La guerre du Vietnam à 20 ans. Les bombes, les cadavres, sous la pluie, dans la boue et la merde.

Tim O’Brien : Les choses qu’ils emportaient.

Pas difficile après la lecture de ce livre d’apprendre que ce dernier a été finaliste du prix Pulitzer. Une leçon d’écriture sur le récit de guerre vécue.

Deux citations du livre qui m’ont inspiré : « Je veux que vous ressentiez ce que j’ai ressenti. Je veux que vous sachiez pourquoi la vérité des récits est parfois plus vraie que la vérité des évènements ». « Ce qu’il faut savoir à propos d’une histoire, c’est qu’on la rêve en la racontant, espérant que les autres rêverons en même temps que nous, et de cette manière la mémoire, l’imagination et le langage se combinent pour évoquer des images dans la tête. C’est l’illusion de vécu. ».

Cela ne vous rappel pas quelques citations d’Ernest Hemingway sur l’écriture ?

Quoi qu’il en soit, Les choses qu’ils emportaient de Tim O’Brien est un très bon et très brutal livre de guerre. Des gamins de 20 ans plongés en plein enfer.

Jaskiers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s