Fear and Loathing at Rolling Stone de Hunter S. Thompson (English version book)

Quatrième de couverture (en anglais) :

Edited with an Introduction by Jann S. Wenner

Glorious… wave upon wave of wild, ferocious, perfectly rendered prose… Thompson changed the meaning of journalism’ – Wall Street Journal

This is the king of Gonzo journalism’s most scorching, original and inspired work for Rolling Stone, showing a writer’s evolution at the magazine that he helped put on the map. From Thompson’s first piece – on his infamous run for sherif of Aspen in 1970 on the freak party plateform – to his last essay on the Kerry/Bush showdown in 2004, via portraits of Nixon, Watergate, Vietnam and Muhammad Ali, this volume also includes some articles not previously collected, as well as correspondence between Thompson and his friend and editor, Jann S. Wenner. The result is a vital portrait of a writer as he pursues his lifelong obsession : The Death Of the American Dream.

‘The great comic writer of the twentieth century’ Tom Wolfe

Un dilemme s’est imposé à moi pour écrire cette article. Je comprend l’anglais, mais l’écrire est une autre pair de manche ! J’ai donc décidé d’écrire mon article sur ce livre en français. Sachant que la plupart de mes abonné(e)s sont français, et sachant que mon anglais écrit est horrible.

Hunter S. Thompson est le créateur d’un genre de journalisme appelé Gonzo.

Le journalisme Gonzo, c’est quoi ?

Un journaliste Gonzo est un journaliste qui s’infiltre, voir se fond dans son sujet d’écriture avec comme particularité une subjectivité assumée et de l’humour. Le journaliste DEVIENT le sujet.

Qu’est ce qu’on apprend à lire ce livre de Thompson ?

Déjà, que Las Vegas Parano est tiré d’une histoire plus ou moins vraie. Hunter S. Thomson, s’étant présenté à l’élection de Shérif de Aspen (Colorado). Il a perdu, mais de très peu ! S’appuyant sur une politique réunissant les « Deglinguosses » (c’est moi qui traduit, à ma sauce), c’est à dire les laissés pour compte, les drogués, les types qui « écoutent du rock », ont appellerais cela la « Sub-Culture » aujourd’hui.

Grâce à cette presque victoire, il réussis à se faire inviter à Las Vegas à… Une convention pour policier et procureurs sur la drogue. Lui, et son avocat Acosta se rendent donc à cette conférence, défoncés à la marijuana, aux Quualudes (somnifère moyennement puissant, mais qui mélangé à d’autres drogues peut faire l’effet d’un LSD) et à l’acide.

La scène où les deux lurons défoncés racontent à un policier accoudé à un bar que des « drogués à la marijuana devenez des vampires. Qu’ils coupaient les têtes de vendeurs de fast-food pour sucer leurs sang et qu’ils les démembraient pour faire des rites sataniques sur les parkings ». Bien sur, tout cela est faux, mais les voir se payer la tête d’un pauvre policier venant d’un patelin perdu d’Amériques est hilarant. Moins pour le policier c’est sur, mais quel toupet.

Ce livre est aussi un énorme complètement à la lecture du livre de Thompson sur l’élection présidentielle américaine de 1972.

Chose que l’on apprends aussi, c’est que Hunter déteste suivre la politique mais va quand même devenir un grand journaliste politique.

Aussi, vous apprendrez comment il a construit son alter-égo Raoul Duke… et se s’autoproclame chef de la rédaction des sports. Raoul est le type qui aime faire sa loi. Il « menace » la rédaction de Rolling Stone, alors à ses tout débuts, que si il voit de la drogue ou des personnes shootées a la rédaction, il leurs cassera la gueule et démissionneras. Le truc, c’est que Raoul Duke est aussi un gros Junkie lui même. Thompson s’amuse donc à utiliser son alter-égo pour faire rire son lecteur (et la toute jeune rédaction de Rolling Stone).

Vous pensez que c’était finis ? Lisez l’oraison funèbre écrit à la disparition, toujours mystérieuse, de son avocat Acosta avec lequel il a eu beaucoup de problème pour publier son roman « Las Vegas Parano ». Je vous laisse découvrir cet article délirant dans le livre.

Aussi, lisez l’article sur le jour où il secoure un juge et ses prostitués au bords d’une route. Le sauvetage finit avec des échanges de coups de feux avec la police.

Lisez le jour ou, défoncé à la coke, il décide de réciter des passages de la bible en plein hôtel jusqu’à provoquer l’intervention de la sécurité.

Ou le jour où le trésorier de Rolling Stone a reçu une facture de 7 000 $ parce que Hunter avait décidé, pour une raison encore inconnue, de brûler les canapés de l’hôtel. Il était censé écrire un article… qu’il n’écriera finalement pas pour des raisons tout aussi mystérieuses.

Il l’avoue et le revendique, depuis tous jeune, il est un hors-la-loi. Il connaît ces derniers, sait comment les gérer et écrire des articles à ce propos.

Mais absolument rien ne vaut sa haine ténue envers Nixon et Bush Jr.

Des pépites d’humour saupoudre tout ses articles. Le journalisme Gonzo, s’est ça aussi !

Le journalisme de Hunter ne plait pas forcément à tous le monde. Mais l’homme et l’écrivain sont indissociables. Ses articles sont lui, SON expérience. À vous de découvrir pour voir si le Gonzo est pour vous !

Jaskiers

11 réflexions sur “Fear and Loathing at Rolling Stone de Hunter S. Thompson (English version book)

      • Et c’était sincère! Je reprends du poil de la bête merci, désolé je réponds toujours avec un délai. J’aime bien avoir du temps sans les écrans. J’espère que tu as passé un joli week-end !

        Aimé par 1 personne

      • Je comprends, les écrans ça usent…
        Content que de savoir que vous reprenez le dessus sur la maladie !
        J’ai repensé à ton texte personnel que tu hésite à partager.
        Demain je vais sûrement poster un article très personnel, j’aimerai, si possible, avoir ton avis dessus. J’ai encore des doutes à le poster alors peut-être que je ne le ferai pas… Je sais que c’est une demande tordue mais si demain tu vois un article de moi, j’espèrerai que tu me dise ton avis dessus, si bien sûr tu le peux et tu le veux.
        Bonne fin de soirée à toi et encore merci !

        Aimé par 2 personnes

      • Tu peux me tutoyer! Enfin, si ça ne t’ennuie pas !
        J’ai d’ailleurs commencé à tout relire et retravailler ce fameux projet…
        Je ne sais pas de quoi tu vas parler mais je t’encourage dans tous les cas et je suis prête à le lire avec grand plaisir, si tu en as le courage. Je te remercie aussi pour ta confiance et je te souhaite une belle soirée aussi!

        Aimé par 2 personnes

      • D’accord j’essayerai de te tutoyer dorénavant, mais des fois j’oublie et je vouvoie sans faire exprès.
        C’est quelque chose de nouveau pour le blog, ou j’écris sur moi, sur quelque évènements qui m’ont marqués. C’est plutôt personnel car sa touche à la maladie, en filigrane je veux pas trop en dévoiler non plus, et à certaines choses dont je n’arrive pas à parler, même avec mes proches.
        J’espère que ça te donnera envie de partager toi aussi même si l’exercice, surtout le partage en faite est difficile.
        Je me demande si ce n’est pas trop « stupide » de me dévoiler comme ça…
        Enfin, on est pas encore demain et j’aurai peut-être plus envie de poster l’article.
        Je te remercie beaucoup !

        Aimé par 2 personnes

      • Effectivement c’est toujours délicat d’écrire sur soit et de trouver le juste milieu qui nous convient. Par contre, je ne dirais pas que c’est stupide. Agis si tu penses que ça peut te libérer te quelque chose ou aider certains.
        Il n’y a pas de pression à avoir en tout cas, tu feras si tu penses que c’est bon pour toi et je te soutiens peut importe ton envie!
        Je t’en prie !

        Aimé par 2 personnes

  1. Cet article est norme, et encore une fois ton enthousiasme et ta passion font la différence, tu es complètement passionné par certains univers, et tu sais les rendre attrayants et attractifs !
    Grâce à toi j’en sais beaucoup plus sur cet auteur bien délirant et complètement en marge du système.
    Ça donne envie de le lire pour voir si le Gonzo est en Nous 😉
    je t’embrasse Seb
    à minima je vais regarder Las Vegas Parano, que je n’ai jamais vu

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup Paquerite !!! Oui vraiment je te conseil « Las Vegas Parano », c’est quand j’ai appris que c’était en fait une adaptation d’un livre de Thompson que j’ai découvert le monsieur. Johnny Depp qui l’incarne dans le film était très ami avec Hunter. C’est un autre univers journalistique et littéraire le Gonzo. Ce qui est sur c’est qu’après avoir lu et regardé se film, la drogue fait plus peur qu’autre chose…
      Merci encore pour tes commentaires !
      La bise !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s