Histoire vraie et personnelle n#8 – Hello insomnia my old friend, I’ve come to talk with you again.

La scène se déroule dans une chambre. Plongée dans la pénombre.

Un homme se redresse sur son lit :

– 3h du matin ?! Encore ! Mais à quoi ils servent ces put-

Un cerveau rentre dans la pièce. Il s’empare d’une chaise et s’assoit dessus, face au dossier, comme dans les films ou les acteurs se la jouent cool, ou comme les dragueurs bien lourds font dans les bars pour se donner un air de méchant garçon.

Il s’est placé juste à côté du lit de l’homme.

L’homme prend la parole.

– Ah bah tiens, j’aurai dû m’en douter. Toujours à l’heure enflure.

– Écoute gamin, tu crois que je comprend ? J’suis avec toi moi. Ça m’énerve aussi hein !

– Arrête de jouer les innocents veux-tu ? C’est à cause de toi que je me réveille ! Dans le meilleurs des cas, y’a des fois ou c’est toute la putain de nuit !

– Oh la la ! Ça finit bientôt ces simagrées ?

– Non mais… Tu fais chier pour le dire poliment merde à la fin ! 6 h de sommeil c’est trop te demander ?

Le cerveau écarte les bras, lève ses avant bras, paume de la main en direction du plafond. Un sourire sardonique sur le visage. Il dit :

– Suis-je le seul fautif dans tous ça ?

Le garçon s’allume une cigarette et répond :

– Non, peut-être que c’est moi.

– Hey bien on y arrive ! Doucement mais sûrement !

– En tous cas tu fais moins le malin depuis que tu prends un coup de Noctamide 2 milligrammes dans la tronche hein mon con ? Pendant 3 h tu t’éteins !

Le cerveau reprend sa position initiale. Et reprend.

– Ah ça c’est sur ! On part pour au moins 3 h de sommeil avec ce truc !

– J’aime pas quand tu dis « on ».

– Pourtant je suis toi et toi tu est moi !

– Oui, oui, et ça me fais chier pour être honnête !

– Ooooh ont a vécu de sacré moment ensemble !

Le garçon éteint sa cigarette. Il reprend.

– Allez, on… J’vais essayer de me rendormir l’ami, fais pas l’abrutit déjà que tu l’es pas mal-

– Oolah les insultes garçons ! Quand même ! Dis tu t’rappel de cette –

– Non non ! Je me rappel de rien ! On dors maintenant !

– Ah bah maintenant tu dis « on » toi aussi. C’est à ne plus rien y comprendre.

– Ecoute franchement… Aller au moins on essaies.

Le garçon s’allonge dans son lit. 5 puis 10, puis 30 minutes passent. Il tourne et se retourne dans le lit. Il se relève, se tourne vers le cerveau et dit :

– Sérieusement ? On est encore partis pour une nuit comme ça ? Y’a des choses à faire demain tu sais ?

– T’a qu’à prendre un autre somnifère qu’est ce que tu veux que je te dise !

– Et finir à l’hôpital ? Ou en psychiatrie ou pire encore ? Arrête tu sais très bien que tu en as pas envie aussi !

– Bah j’ai l’impression que c’est de MA faute. J’suis juste le cerveau moi j’fais ce que je peux.

– Ahah ! Le cerveau tu dis ? Et si on dors pas de la nuit, le cerveau il va dire quoi vers 11 heures ?

– Ecoute ça m’affecte moi aussi comme tu le dis. Au faite tu te rappel de cette chanson, de ce blanc bec la ? Cette bonne grosse musique de merde que tu as écouté dans la voiture et qui te rentre dans la tête pour pas en sortir ?

– Ouai oui… Non ne me dit pas que…

– Et bien si ! On la connaît déjà par cœur ! Tu veux qu’on la chante ?

– Oh non non ! J’veux juste dormir l’ami ! Écoute, juste, on va faire le vide entre nous d’accord et –

Le cerveau commence à fredonner une musique (nul). Le jeune homme s’affale sur son lit. Les minutes passent. Lentement mais sûrement. Le jeune homme, allongé sur son lit reprend.

– Ok ça va, vraiment à chier cette musique n’est-ce pas ?

– Ouai carrément ! Mais je ne sais pas pourquoi il fallait que je la chante !

– D’accord, maintenant on va passer à quoi ?

– Tu t’rappel quand E. t’as emmené toi et ton pote de beuverie chez cette fille là… Comment elle s’appelle déjà merde !

– Tu veux parler de T. ?

– C’est ça ! T. ! Tu te rappel, vous sortiez de boîte et E. vous dis ‘hey j’ai une pote elle a de quoi fumer venez je vous y emmène !’

– Je m’en rappel très bien oui !

– Et une fois chez elle ton pote de beuverie à vomi sur son matelas ! On la connaissais même pas la pauvre !

– C’était surréaliste.

– Et toi tu rigolais tellement ! T’étais un peu défoncé faut le dire !

– Un tout petit peu !

– Tu pensais quand même que les flics étaient en bas de la rue à vous attendre !

– Ça rends parano la fumette !

– Ouai, mais ton pote de beuverie a quand même vomi sur le matelas d’une inconnue !

Les protagonistes rigolent. Puis le jeune homme, ferme les yeux. Au bout de plusieurs dizaines de minutes, le cerveau dit :

– Et tu te rappel au lycée, en cours de physique-chimie, le jour ou tu t’es renversé du produit chimique corrosif et que t’a paniqué ?

– J’ai pas paniqué ! J’étais inquiet c’est tous !

– Tous le monde s’est bien foutu de ta gueule se jour là !

– ASSEZ !

Le jeune homme se retourne dans son lit. Plusieurs dizaine de minutes passent encore. Le cerveau reprend :

– Et tu te rappel la fois en cour d’histoire ?

– Arrête s’il te plaît ! Vraiment faut que je dorme la merde !

– Attends attends ! Tu te rappel, la prof t’avait demandé qu’elle religion pratiquaient les romains durant l’empire romain et tu te rappel ce que tu as répondu ?

– Stop sérieusement j’ai pas envie de m’en rappeler.

– Tu avais répondu, avec aplomb en plus, « Ils étaient protestants ! ». Tous le monde, mais alors absolument tous le monde s’est foutu de ta gueule !

– Franchement… Va te faire foutre l’ami d’accord ?

Le jeune homme se recouvre la tête de son oreiller. Les dizaines de minutes passent, encore. Le jeune homme prend la parole.

– Avec tes conneries, demain je vais avoir envie de sucre.

– Ouai c’est bizarre ça hein ?

– Quand j’ai regardé la série La Casa De Papel, Tokyo la fille badass de la série elle dit que quand on manque de sommeil, le corps réclame du glucose, c’est bien du sucre ça non ?

– J’en sais rien mais le nom de l’actrice c’est Ursula Corbero.

– D’accord.

– Elle est plutôt… jolie non ?

– J’dirais pas le contraire.

– Prends donc ton téléphone regarder quelques photos d’elle !

– Eh arrête tes conneries ! J’aurai déjà des bonne grosse cernes sous les yeux, si en plus j’utilise le téléphone ils seront défoncé !

– Allez, tu la trouve mignonne, juste quelque photos pour etre-

– Non ! Putain mais il est qu’elle heure ?!

– 7 heure mon seigneur.

– Ah non mais c’est pas possible ?

Le cerveau se lève subitement, et sort de la chambre. Le jeune homme se rendort, pour se réveiller une demi-heure après, au doux son du réveil.

Je dédicaces cet article à mes camarades insomniaques.

P.S. : Voici Úrsula Corberó.

Jaskiers

14 réflexions sur “Histoire vraie et personnelle n#8 – Hello insomnia my old friend, I’ve come to talk with you again.

  1. Fantastic … how did you know I hadn’t slept since last monday? As you know..im in hospital..pain is my sister ..and insomina too…For hours …. I can’t sleep in pain, so I walk, I write, I listen to music, I read comics, when I sleep for four or five hours it’s a success … thanks! Very well written..insomnia knows no national borders 😦

    Aimé par 1 personne

    • Thanks you very much Poet.
      I’m so sorry for you men, sleep is such an important factor for enjoying life. I hope your pain will go away from you one day !
      I’m posting an article tommorow, I really hope that you can read (and listen) it.
      Take care Poet !

      Aimé par 1 personne

  2. Thanks Jaskiers, my life is a total roller coaster, I am suddenly released from the hospital tomorrow and I go home for half a day, to my wife, daughter, dog … and from Wednesday I will be a month in Darkov, Karviná, about 200 km from the house .. .training, healing, write, take photos, publish a video, maybe meet new girls:) at least I’ll finish a collection of poems, but a month without everything close to me, friends … it will be hard ….. again … like a hermit … i forbid myself on month tv … maybe some documents on youtube … It also seems to you that life around is changing so fast? … as if we were just characters in some bad pc simulation … 🙂 I’m going to escape … have a good time too, stay strong, creative and invincible!
    Yeah, im looking forward to your article tomorrow!

    Aimé par 1 personne

    • Yes, you’re absolutely right. I moved from the center of France to the North, in Normandie. It’s a chalenge, not gonna lie. Kinda strugle to have a strong « foothold» there but I have to make it, no other choice…
      Men, you have a mind made out of steel for going througt all of that, I’m looking forward to what you will create while your stay in Darkov. Create us some good stuff while « hermiting », play it like a Leon Tolstoï !
      Elon Musk say we live in a simulation, and the more and more I’m starting to believe it.
      Thanks for your words as always, and keep strong too, I have no doubt you will Poet !

      Aimé par 1 personne

  3. C’est embêtant l’insomnie.
    J’ai eu des passages dans ce genre, heureusement c’est du passé.
    Mais quand on devient maman, le sommeil est à jamais entamé… je ne me l’explique pas, je ne dors plus comme avant, j’ai l’impression que je suis toujours en état de veille😅
    Merci pour ton texte, assez surréaliste et du coup très original !
    Bravo Seb

    Aimé par 1 personne

      • La barbe, je ne connais que très mal l’insomnie de vécu car de base, je m’endors très vite d’épuisement, néanmoins, les nuits où je ne ferme l’oeil à cause des douleurs, qu’est-ce que j’enrage! Je n’ose pas imaginer ça sur une base quotidienne. Je t’envoie de bonnes ondes que ça continue à aller vers le mieux.
        Merci à toi !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s