Léon Tolstoï : une réflexion sur la mort et la vie.

Léon Tolstoï à son bureau en 1908. (Image : Wikipedia)

⁃ C’est vrai, je ne cesse de penser à la mort, répondit Levine, tout est vanité, il faut mourrir ! J’aime le travail, mais quand je pense que cet univers, dont nous nous croyons maître, se compose d’un peu de moisissure couvrant la surface de la plus petite des planètes ! Quand je pense que nos idées, nos œuvres, ce que nous croyons faire de grand, sont l’équivalent de quelques grains de poussière !…

⁃ Tout cela est vieux comme le monde, frère !

⁃ C’est vieux, mais quand cette idée devient claire pour nous, combien la vie paraît misérable ! Quand on sait que la mort viendra, qu’il ne restera rien de nous, les choses les plus importantes semblent aussi mesquines que le fait de tourner cette peau d’ours ! C’est pour ne pas penser à la mort qu’on chasse, qu’on travaille, qu’on cherche à se distraire.

Stépane Arcadiévitch sourit et regarda Levine de son regard caressant :

⁃ Tu vois bien que tu avais tort en tombant sur moi parce que je cherchais des jouissances dans la vie ! Ne sois pas si sévère, ô moraliste !

⁃ Ce qu’il y a de bon dans la vie… répondit Levine s’embrouillant. Au fond je ne sais qu’une chose, c’est que nous mourrons bientôt.

⁃ Pourquoi bientôt ?

⁃ Et sais-tu ? La vie offre, il est vrai, moins de charme quand on pense ainsi à la mort, mais elle a plus de calme.

⁃ Il faut jouir de son reste, au contraire… Mais, dit Stepane Arcadiévitch en se levant pour la dixième fois, je me sauve.

Extrait de Anna Karénine de Léon Tolstoï.

Jaskiers

Anna Karénine de Léon Tolstoï

Quatrième de couverture :

Anna Karénine, très belle femme issue de la haute société où son charme fait l’admiration de tous, est mariée à un fonctionnaire de rang supérieur qu’elle n’aime pas. Elle tombe amoureuse au premier regard d’un brillant mais frivole jeune officier, le comte Alexis Wronsky. Luttant contre cette passion scandaleuse et destructrice, elle finit par s’y abandonner avec un bonheur coupable. Lorsqu’elle attend un enfant de son amant, rongée par sa faute, elle décide d’avouer son infidélité à son mari.

Mais en cette fin de XIXe siècle, dans l’aristocratie de Saint-Pétersbourg et de Moscou, on ne transgresse pas impunément les convenances. Le tragique engrenage se referme alors sur cette âme honnête et droite qui tentera jusqu’à la fin de concilier sa passion et son intégrité.

« Avec Anna Karénine, Tolstoï atteint le comble de la perfection créative. » Vladimir Nabokov

Le second grand roman (1877) de Léon Tolstoï connaît à sa parution un immense succès, alors que la renommée de l’auteur est déjà bien bien établie. Chef-d’œuvre de la littérature russe du XIXe siècle, cette passion sensuelle et tragique qui paraît pour la première fois en France en 1885, marque l’entrée triomphale de la littérature russe dans la culture européenne.

Ma première confrontation avec la plume de Léon Tolstoï. Et je ne suis pas déçus.

Je n’ai pas encore lu Guerre et Paix, je ne pense pas que cela m’empêche de lire et d’avoir lu se gros (plus de 900 pages) livre.

Je le savais, ce livre était hors de ma zone de confort de lecture. J’avais peur de ne pas pouvoir comprendre, de ne pas pouvoir suivre la prose du Monsieur dont j’ai tant entendu parler. Et je l’avoue, rien de tous cela ne m’est arrivé. J’ai adoré la psychologie que Léon Tolstoï insuffle dans ses personnages, la vivacité des dialogues et les réflexions personnelles de l’auteur subtilement disséminées dans son œuvre.

C’est un livre d’amour, un amour impossible à l’époque des Tsars en Russie. Les mœurs, en tous cas dans l’Ouest on complètement changées. J’ai découvert la haute-société Russe du XIXe siècle. Ses coutumes, la place des hommes, des femmes, de tous rangs dans une société qui se questionne, notamment sur le socialisme, le communisme. J’ai l’impression que Tolstoï, mort avant la Révolution Russe, prédit les dégâts du communisme.

Un voyage dans une autre époque, un autre monde presque. Et dire que Anna Karénine a été inspiré par un fait divers, que je ne vous révélerai pas sous peine de vous spoiler, qui a marqué et perturbé Léon Tolstoï. Ce dernier a peiné à pondre cette œuvre mais il l’a fait, et c’est marquant.

Hemingway parlait souvent de ses lectures dans ses correspondances, adorant Hemingway, il me fallait me procurer une œuvre de Tolstoï, voir de quoi il en sortait. Il est facile, après avoir lu ce roman, de comprendre l’affection d’Ernest pour ce grand écrivain russe.

J’imagine Tolstoï, ressemblant à un ermite, avec sa plume et ses feuilles vierges, écrire ses œuvres qui marqueront le monde même encore aujourd’hui. La magie de l’écriture.

Un jour, je vais devoir m’attaquer a « Guerre et Paix », une odyssée m’attends, et je crois devoirs me préparer avant se périple.

Jaskiers

C’est dimanche, donc un peu d’Hemingway !

« Pour écrire sur la vie, vous devez déjà la vivre. »

Ayant presque lu toute les œuvres d’Hemingway, il doit me rester en tous 5 livres à lire, la plupart des nouvelles écrites pour la jeunesse, je ne peux m’empêcher de poster un article sur mon écrivain préféré.

Mon œuvre préféré de cette tête brûlée ? « L’adieu aux armes » suivit de près par « Pour qui sonne le glas ». Un livre très intéressant et celui de ses correspondances, l’homme écrivait des lettres pour s’échauffer avant ses séances d’écritures.

Petite trivia sympa : il écrivait debout et rédigeait les dialogues entre ses personnages à la machine à écrire. Il était un grand amoureux des chats.

Il a prit la tête d’une petite escouade de la Force Française Libre pour libérer Paris et a continuez de combattre à leurs côté jusqu’à la terrible bataille de la forêt de Hürtgen. Bien sur illégalement et en mentant à l’état major américain…

Il a chassé les sous-marins allemand à bord de son bateau de pêche aux alentours de Cuba et Key West (Floride, U.S.A), avec, cette fois, l’autorisation de l’armée américaine. Il écrire plusieurs nouvelles s’inspirant de cette aventure. Selon plusieurs biographie que j’ai lu, cette opération de chasse au sous-marin était la plupart du temps une beuverie entre ami…

Tellement fan du monsieur que j’ai cherché à acheter une machine à écrire, mon choix c’était porté sur des Remington ou Royal noiseless. Mais quand j’ai vu les prix, j’ai déchanté ! Il est difficile de trouver une machine à écrire, sur le net du moins. Il est dur de juger la qualité, le look, la matière. Les machines à écrire reste, pour moi, des objets mystérieux, j’ai l’impression qu’elles sont presque vivantes ! La machine à écrire attendra donc, mais elle reste toujours un objet que je voudrai acquérir, chérir et utiliser. (Si vous avez des bons plans, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !)

Je pourrai faire la même chose sur Stephen King, Hunter S. Thompson… Mais pour ce dimanche, place au grand monsieur de lettre américaine !

(Rapport avec mon envie de machine à écrire Ernest ?)
Peut-être ma citation préférée avec « Écris la phrase la plus vraie que tu connaisse »

Quel est votre écrivain préféré ? Quel sont vos œuvres littéraires préférées ? Pourquoi ? J’aimerai beaucoup, si vous lisez ses mots, que vous partagiez les œuvres qui vous ont marquées !

Merci !

Jaskiers

Le maître des aveux de Thierry Cruvellier

Quatrième de couverture :

Phnom Penh, mars 2009. Kaing Guek Eav, plus connus sous le nom de Douch, responsable de la torture et de la mort de plus de douze mille victimes à la prison de Tuol Sleng (S-21), est seul face à la justice internationale, seul face aux familles de ses victimes, seul peut-être plus que tout face à lui-même, à l’étendue d’un crime impossible à sonder, impossible à pardonner. Le maître des aveux raconte le destin peut ordinaire d’un bourreau Khmer Rouge dans les années Pol Pot, mais il met aussi en scène la « comédie humaine », tour à tour bouleversante et déroutante, qui s’est joué autour de son procès.

Thierry Cruvellier aborde cette histoire avec une qualité de regard et d’écriture qui la place d’emblée au-dessus du simple témoignage journalistique. À partir de la dramaturgie du procès, qu’il présente avec un sens aigu de sa théâtralité, il procède à une véritable évocation, faisant surgir les témoins, les lieux, les fantômes, avec une étonnante force.

Thierry Cruvellier suit les procès pour crimes contre l’humanité à travers le monde depuis une quinzaine d’années.

«Le sens de la Révolution était des les écraser, un par un. J’ai tout sacrifié à la Révolution, avec sincérité. Toute ma vie, quand j’ai fais quelque chose, je l’ai fais correctement. »

Douch

– Douch le tortionnaire Khmer Rouge, le « maître des aveux » se retrouve devant un tribunal international pour crime contre l’humanité.

L’homme est intelligent, frêle, il ne ressemble pas à un tortionnaire. Douch cache en lui tellement de secrets, sur la mort et la torture qu’il a infligé mais surtout ordonné. Torturé par ses crimes ? L’accuser manipule son monde. Tantôt rempli de regret et s’excusant tantôt froid, cynique voir moqueur. Terriblement calculateur, l’homme était un brillant étudiant, un professeur de mathématique patient et apprécié de ses élèves avant la Révolution Khmer Rouge. La justice, le monde peine à cerner l’homme.

L’homme se défend comme ce sont défendu beaucoup de criminels de guerre devant un tribunal. Je n’ai fais qu’obéir aux ordres ; pour survivre.

L’homme fait face à ses anciens subordonnés, ce qui l’amuse, mais surtout à des survivants et aux familles de victimes. Qui le regarde droit dans les yeux pour des réponses. Les questions sont directes, souvent accompagnées de larmes.

Comment mon frère, père, sœur, mère, mari, femme, ami(e) ont été tué. Où ont-ils été exécutés, comment ? Pourquoi ?

Encore une fois, ce livre prouve qu’un Homme normal, placé dans un contexte propice peut devenir un terrible bourreau. Et l’Histoire a une tendance à se répéter, de nouveaux bourreaux apparaissent et commettent leurs crimes impunément et avec zèle. Puis devant la justice, ces Hommes voudront nous faire croire que ce sont eux les victimes.

Découvrez dans ce livre comment un homme cherche à manipuler, à faire expier ses crimes en proclament s’être converti au christianisme, à se faire excuser tant bien que mal. Mais la question reste : est-il sincère ?

Jaskiers

Bonne année à vous !

Je vous souhaite le meilleur ! Surtout pour la santé, en grandissant on m’a souvent dit que c’était le plus important et je dois l’avouer, ça l’est.

Le meilleur dans vos projet, professionnels, personnels !

Le meilleur pour vos amours, vos ami(e)s, votre famille, vos proches.

Et pleins d’amour, c’est important ça aussi !

Jaskiers

Bon réveillon du jour de l’an !

Source : https://www.stickers-center.com/stickers-fenetre-trompe-l-oeil/529-sticker-trompe-l-oeil-croisette-grecque-8945016587744.html

Je vous souhaite un bon réveillon du jour de l’an, attention à la boisson et au reste. Ne faites pas trop les fous car le couvre-feu est en vigueur et risque même d’être plus sévère apparement.

Merci pour tout !

Jaskiers

Les français à Sarajevo de Frédéric Pons.

Quatrième de couverture :

Depuis 1991, près de cinquante mille militaires français on servi dans les Balkans, soldats d’une paix improbable au cœur du premier et du plus terrible conflit dans l’Europe de l’après-1945.

À Frédéric Pons qui les a rencontrés, ils ont tout raconté, le meilleur et le pire.

La vie et les missions dans Sarajevo assiégée, sous la menace permanente des snipers et des bombardements ; l’incroyable épopée des convois humanitaires sur des routes impossibles et les embuscades meurtrières face à des milices déchaînées ; les raids aériens les plus audacieux montés par les pilotes de l’armée de l’air et de l’aéronavale ; la tristesse et l’impuissance devant la mort de camarades assassinés par des tireurs sans visages ; la honte enfin, l’humiliation de devenir otages, enchaînés à des poteaux, transformés en cibles vivantes.

Près de cinq cents soldats ont été blessés ou tués. Frappés sans pouvoir combattre. Pourtant, ils ont été et vont encore jusqu’au bout d’eux-mêmes, tous ces jeunes soldats, étrangement mûris par cette guerre sans nom, par tous les coups reçus, par la déception et par les regrets.

Ce livre explique leur engagement, dévoile leurs succès et leurs échecs sanglants. Il raconte aussi l’angoisse de leurs familles et de leurs amis restés en France, qui auront vécus ces heures avec une intensité et une émotion jamais vues jusque-là. Il révèle enfin ce qui restera, pour l’armée française, une terrible blessure.

En pleine actualité, un document exceptionnel sur un des grands drames d’aujourd’hui.

Frédéric Pons est journaliste et grand reporter, rédacteur en chef à Valeurs actuelles et au Spectacle du monde ; il est également correspondant de guerre et chargé de cours au Collège interarmées de défense. Il fut lui-même officier casque bleu.

Je dois le dire, j’ai une certaine « passion » ou disons plutôt intérêt pour le siège de Sarajevo durant la première moitié des années 90.

L’Archiduc d’Autriche François Ferdinand. (photo : Wikipedia)

Mais avant, un petit rappel, Sarajevo est aussi la ville où a été assassine l’Archiduc d’Autriche-Este François Ferdinand par Gavrilo Princip le 28 juin 1914, provoquant, par les jeux d’alliances complexes, le début de la Première guerre mondiale.

Gavrilo Princip, l’assassin de l’Archiduc François Ferdinand. (photo : Wikipedia)

Cette intérêt pour le siège de Sarajevo a été éveillé par l’œuvre de Guillaume Ancel Vent glaciale sur Sarajevo. ( Le blog de Guillaume Ancel : https://nepassubir.home.blog )

J’ai donc recherché sur internet des ouvrages sur ce conflit européen majeur dont je ne connaissais que très peu des tenants et aboutissants avant de lire Ancel.

Et je suis tombé sur se livre d’occasion de Frédéric Pons, qui se focalise sur l’organisation de l’armée française intervenu en ex-Yougoslavie en tant que force de l’ONU.

Sarajevo 1992 ( photo : Wikipedia)

L’ouvrage présente les différents protagonistes d’une guerre sanglante et fraternelle entre Bosniaques, Serbes, Croates et Musulmans, dont le siège de Sarajevo est devenu le symbole. Sarajevo est un melting-pot de ces 4 (voir plus) ethnies réunis sous le drapeau de la Yougoslavie. C’était sans compter sur les idéaux nationalistes du Serbe Slobodan Milošević, provoquant des heurts au seins de l’Armée populaire yougoslave, dont il prends veut prendre le contrôle pour faire de la Yougoslavie une « Grande Serbie ». Les hostilités déclenchées, il en faut peut pour que la Yougoslavie s’embrase dans une guerre sauvage et fratricide. La Yougoslavie n’existera plus.

Une banlieue de Sarajevo durant le siège. (photo : Wikipedia)

Comme dans l’ouvrage de Guillaume Ancel, Frédéric Pons nous fait part de la situation confuse et cruelle dans laquelle les forces françaises mais aussi canadiennes, anglaises et d’autres nationalités doivent « préserver la paix ». Par ses mots, comprendre : nourrir la population terrorisée (livrée au pillage, au snipers qui tire sur les civils, homme, femme, enfant, comme sur les casques bleus), les protéger mais… ne pas riposter. L’armée française sera « humiliée» , ne peux pas ou peu riposter aux attaques de mortier, de snipers, par le fait que l’ONU essayait de garder une certaine neutralité. Une neutralité qui profite aux belligérants pour harceler, attaquer, bombarder et manipuler la situation suivant les agendas des forces s’affrontant sans pitié pour la vie humaine. En résultera des camps de concentrations, des viols, pillages et massacre. Notamment à Srbrenica. Il faut aussi dévoiler la « sympathie » du gouvernement français pour les serbes, qualifiés «d’alliés historiques», laissant les casques bleus français se faire canarder par ces mêmes serbes avec, bien sûr l’interdiction aux français de riposter.

Le parlement de Bosnie touché par des chars serbes 1992 (photo Wikipedia)

Des vidéos et reportages (très choquants, je conseil aux personnes sensibles de NE PAS LES VISIONNER) sont accessible sur YouTube. Les courtes vidéos filmées par les correspondants de l’Associated Press, ou AP, sont les plus intéressantes pour vous « plonger » dans l’univers terrible du siège (le plus long de l’histoire !) de Sarajevo.

J’ai regardé ces vidéos de civils terrorisés, traversant les rues sous les balles de snipers avec ma sœur qui m’as fait cette remarque « dire qu’on se plaint de devoir porter des masques pendant qu’eux ont vécus ça, c’est terrible ». J’ai trouvé sa remarque pertinente et je voulais la partager avec vous.

Tag alertant les civiles : Attention Sniper (photo : Wikipedia)

Au milieu du livre, et c’est toujours un gros plus pour moi, des photographies nous sont présenté. Elles nous montrent les différents protagonistes français dans Sarajevo. Même si j’aime les photographies dans les livres d’histoires, celle choisies sont pertinentes car elles montrent les officiers, politiques et généraux mais peu de photos de la bataille, de la misère humaine, des dégâts ect ect… Elles sont plus anecdotiques car je préfère les photos et témoignages des soldats présent, en ligne, que ceux des généraux.

La fin du livre contient quelque plans et repères des lieux de combats qui auraient dû être placés au début du livre pour faciliter la compréhension du lecteur.

Si vous êtes intéressé par le siège de Sarajevo et l’action des différentes armées françaises dans cette guerre, je vous le conseil.

Tag sur un mur à Sarajevo. Traduction : Bienvenu en enfer ( photo : Tom Stoddart )

Jaskiers

La guerre, et après ?

Sébastien, un ami blogueur, s’interroge sur la difficulté de « vivre après la guerre » dans nos sociétés qui espèrent se protéger de tout.«  Se faire…

La guerre, et après ?

Guillaume Ancel a partagé sont expérience de soldat de retour de théâtres de guerres.

Ce Sébastien dans l’article, c’est MOI ! Je suis vraiment ému d’apparaître dans un de ses articles. Je lui ai posé ces questions car je souhaite écrire 4 nouvelles sur des soldats de retour de guerre, avec emphase sur le stress post-traumatique et la difficulté de réadaptation à la société civile.

Je vous laisse avec cet article de Guillaume Ancel en espérant qu’il vous éclaire sur la mentalité que peut avoir un soldat de retour d’intervention.

Jaskiers