A Rider On The Storm (A Short Story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

As the wind blows threw my hair (yes, I’ve lost my hat in the firefight. Better this than my head !), I’m pushing Ernesto at full speed.

Brave horse, brave boy. Never scared of a gun shot nor roaming at full pace trough the dark night filled by a storm. Thunder, heavy rain and that brutal winds that push colds rain drops on my skins like thousand of needles prickling me.

It maybe sounds awful for you to imagine yourself in that situation but my friend, a storm is a dream gateway setting for running away from a bank heist.

The law can follow me, it’s impossible to see at 25 yards around. Can you really see what’s the thief even looks like in those conditions ? I can tell you, it’s like trying to find a shadow in the darkness. It’s dangerous for me to, but I trust myself and my horse, we make a great team, we complete each other.

The only things left to do for them ? Waiting !
Waiting ! The worse beginning for a law man trying to catch a thief.

I’m rich, yeah, of course from the money I’ve stoled, but I also have the luxury of time !

Every minute is a wasted one for the sheriff and his boys. I’m gaining more and more ground, they’re losing more and more opportunity to ever found me !

I bet ya’ that I could go back there one of these days, minding my own business, sip a whisky at the saloon and speaking with the local and they’ll never recognize my ass !

But I won’t do that, let’s not tempt the devil. He has been good to me so far, or maybe it was God.

Will God allow His sheep to be robbed of their money won honestly, through the hardship of a precarious life dedicated to provide for their families ? I don’t know. I’ve seen many poor bastards begging for His help before dying. He never got to help them with one of those miracles we hear He can do from those preachers everywhere.

Maybe God is on my side, after all ! He let me rob a bank to show His followers that money took too much place in their life, in their heart. And I’m just His pawn.

I’m not complaining about it ! Thanks God ! Help me whenever You want from now on ! I will gladly serve You if Your plans for me is: to rob more greedy cunts without any single regret. I won’t go to church thought. I have my limits too !

Heck, I can’t imagine everyone discovering that God will be on their side if they choose to rob from the rich and powerful.

Those rich cunts, never rich enough ! They seem to always want more ! Watch ‘em go to church to clear their guilty souls from the sins they commit on a daily basis.

Does God let us create gunpowder to watch us destroy one another, to judge the brave, the coward, the sinner, the poor and the (filthy) rich? To see where what kind of extremes we can go for one of our antic? Or maybe the devil gave us those tools of destruction. Like Prometheus who stole fire from the Gods to give it to the poor bastards that we were without it.

Of course, if you look at it closely, all religions kinda look the same.

But what am I boring you with?

Let’s conclude with those words : This is America, land of the free. This is God’s country, and I’m nobody to judge Him.

Now that I’m far away with that money, watch me wasting it on booze, alcool and gambling.

God, the hunt for money is not over for me, may I serve You well by stealing. I’ll dedicate from now on every stolen dime and dollars to You !

And for you dear friend don’t step on my toes, bank robbing is my thing, found your own way for your redemption !

God Bless America !

Jaskiers

Publicité

Waiting For The Night In New York (A Short Story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

The putrid smell of the street, the trash bags scattered, the rats, the cigarette butts, the stray dogs, the cold wind, the incessant passing and honking of cars, peoples going places or arguing with each other, all of this and more, Billy was used to it.

Becoming a singer, like Dylan, that’s been is goal since he came here at the tender age of 20. But nothing works out exactly how you dreamt it isn’t it ? This and the fact that New York was ruthless, a city that does not take any weakness nor sympathy if you want to make it big.

The rule is, work your ass off, turn to madness, being crazy will give you opportunities. Take pills, smoke joints, if you courageous, inject some smack into your veins. Go crazy, insane, and create. After all, this place has seen some shit and it seems to push people to continue destroying themselves, like an entity that claim their fair share of life and sacrifices, to prosper.

Billy had become that poet in the gutter that Dylan sing about. Everyone recognize themselves in a Bob Dylan ballad. That’s the real magic, the real talent for an artist. This and a little bit of vision, predicting the future, being some kind of prophet. Add some poetry, the magic of words, like a Leonard Cohen and you have yourself a good starting point for an artistic career.

Was Billy not talented enough ? Who really know, talent is maybe thing but doesn’t make you famous nor rich. The work, the grinding, the hustling, sacrifices are the keys to the American Dream. Let’s not forget that you have to be original, mysterious, playing with your audience and, this as to be said, being merciless with your rival and enemies.

Billy was that guy who used to think that everyone was kind, or had to be. Loyal, respectful, those were the qualities that you had to put aside, not always but sometime, to impose yourself, to gain your place in this city.

Too kind, too nice, too honest was Billy to show rudeness. He let himself being stepped on, mistreated, misguided for the profits of others. Others that used him at their advantages to become successful. But not for long, they all lacked talent or the will to keep working.

Too good, Billy was a friend that gaved his shoulders for those broken souls to cry on. Never used their weakness for his own advantage.

The street, his street, his gutter, his territory. The only thing he got to own since coming in New York was this street. It wasn’t the most welcoming place in town, the most secure nor peaceful but it was his. He lived their since so long that the people unconsciously linked him to this patch of concrete and decaying building.

Billy’s Street, that was the name of his place now. And for him, it felt like having his star on the Hollywood Walk-Of-Fame. He often joke by rebranding his corner « Walk-Of-Shame » because of all the junkies, prostitutes and their clients, off beat cops, drunks and homeless people that wander it.

Billy came to find fame, he found something else, maybe more precious and rare, he finds his place with the peoples of the underground, a sect, a clan that his so well kept from curious eyes that the world have completely forgotten their existences.

They were his audience. Audience that no Bob Dylan will ever have the chance to perform in front of.

And Billy got stories for days, even years.

Billy is what’s others aren’t : he’s free. It’s America, after all.

Jaskiers

There’s A Killer On The Road (A Short Story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

« – Go now, let’s go !

  • What the fuck happened over there, shit !
  • Come on faster !
  • Yeah, but will you tell me where are Tim and Bryan for Christ’s sake ?
  • Dude, it’s all turned into a shit show in there !
  • Well I guess I already know that because you came back alone ! What was those gunshots that I’ve heard ? It was supposed to be a fine calculated job, no victim !
  • Dude, we thought we had it all under control. Everybody knew the plan and what he had to do but that… fucking security guard decided to be a hero ! Like he was paid enough to care about a robbery !
  • If you let you guard down man, they’ll take you out for sure.
  • What do you fucking know about a bank a robbery ! Shut the hell up and do your job, driving !
  • Well excuse me for being worried about bringing home one dude instead of three ! What happened to them !
  • Faster !
  • I’m at full speed ! Get out if you think you could run faster you shit ! Answer me ! Where are Tim and Bryan ?!
  • Tim got shot in the right shoulder by the security guard and Bryan was instantly killed by a bystander in the bank.
  • What ? And you came out of it unharmed !
  • Tim was badly injured but he could still fire his gun. We exchanged a copious numbers of bullets with the cops and the civilian. We killed the officer first, the bystander emptied is Smith&Wesson on us, Bryan took a bullet in the head… He died instantly. When the civilian started to reload, we took the opportunity to shower him with bullets and that wannabe hero died. Then, time started running out so Tim was guarding the civilians, I took care of the banker who opened the safe, took the money in my duffle bag and when I’ve came back, Tim was bleeding badly. I think that he had been hit sooner during the fire exchange with ether the civilian or the guard. At first, I’ve thought it was in the shoulder but he was hit in the left lung. Had to choose between him and the money so I’ve choose him but he refused and told me to go. To secure the money you see. He told me good luck and said he would cover my exit just in case someone decided to play hero… and here I am now.
  • Fuck. For real ? Men you’re full of shit ! I knew you were a coward at the second I laid eyes on you !
  • Men fuck you ! I did what had to be done !
  • Come on, you could have carried Tim with you !
  • Dude, I was literally carrying millions of dollars in a bag ! Money is heavy but you wouldn’t know this because you are our fucking gateway driver !
  • Man, I can fire a gun, be careful with what you said ! Can’t believe you left Tim to get die or… Wait… shit ! Was he the one who fired his gun just before you came running to the car ?
  • Yes I’ve told you, he was covering me !
  • You fucking lier ! He was trying to shoot you because you’re the one who killed Bryan ! »

Rami died on the spot, shot by Aubrey.

« – You haven’t see that one coming isn’t it ? Getaway driver my ass ! »

Throwing the body out of the car, Aubrey drove West.

Nothing was going accordant to the plan, he saw the flashing lights of law enforcement cars reflecting on his rear view mirror.

Taking his handgun, he fired at the blinding lights. He received a salve of bullets as an answer.

The car stopped going forward almost immediately.

He had a two possibility now. Run or facing the cops.

To this day, the faith of the five million dollars is still unknown. But they’re tainted in blood, sweat, tears and betrayal, like every currency in this world.

Jaskiers

People are strange (A short story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Letter received and diffused by The New-York Pines after the gruesome discovery of a dead body in Greenwich Village :

Greetings New-Yorkers and to the whole wide world ;

I discovered that I must be a strange fellow since my art wasn’t recognized the way I thought it would be.

This is annoying to put your heart and soul into something and seeing it end up being a disaster.

Maybe because people are strange, or maybe this is all me. I’m confused…

I’ve carefully choosed my subject and the scenery. The message that I wanted to share with the world completely falled apart. Nobody seems to have really understood my work, my art. I have put a lot of heart and effort into it. But people don’t seems to appreciate this art of mine.

It was beautifull, at least from my point of view.

Carefully hanged on an old telegraphic wire linking two building, hanging in the air and crossing a busy and scenic commercial street, there was exposed my masterpiece, for you all to see.

A torso that I, the « misunderstood artist » sculpted and carved into the most noble components. A component that no artist ever use, or very rarely.

Just a torso a real human torso, suspended in the air in the same pose as the Christ on his cross.

It took some time to do this… finding the right materials, the place… It took some thinking to hang my art piece in the right place. I won’t really go into details, a magician keep is secret, and so does the artist.

What kind of message I wanted to vehiculate ? This is the kind of questions no artists should answer ! Let it to your audience to build their own opinion. Why does the artist always need to explain his work ? It’s too easy if we revealed the true meaning of our art ! Let the individual to make is own assumption. That’s why art exist : make up your own minds, find the meaning, your personnal one.

Does a piece of art always have to make sense ? Hell no ! It have a meaning for sure, unconsciously, we give it one when we’re creating it. Personally, I let my instincts take the wheel of my creativity. Can’t go wrong if it is from a feeling deep within my soul that my art come to life.

But, like I said before, people are strange. Jim Morrison used to sing about this. He probably knew how strange it was to be an artist, a successful one, and seeing all those peoples, fans, journalists, critics, others artists, criticizing your work and at the same time your life. Wich is stupid !

Let me give you and advice : you have to differentiate the personnal life of an artists from his work. Those are two completely different entities.

And as for the way an artist express himself, one should not judge them to harshly.

Of course I say that in my own defense because I know that I have traumatised peoples by hangin a real human torso in a middle of a busy street.

Lessen, it was an experience, yes a awfull one but I did get reactions !

Next time, I’ll kill the guy in front of your innocents and pathetic eyes !

What I did was art. And it’s a disrespectful to call me a narcissistic and perverted killer !

I have made New-York a trend Again ! I’m the new Andy Warhol !

I am a king maker ! That is the name that I want you all, fucking maggots, to call me : The King Maker !

Sincerely ;

The King Maker.

Jaskiers

They want blood John ! (A short story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

« Dear Thomas and all of the Espire’s redaction;

You’re maybe wondering why I did that to the Perish redaction.

Let me explain myself before being judge, rightfully so, by the public.

I was a writer for that paper for two decades.

The begining here was delightfull. I was able to write whatever I wanted to write about. My work was never disputed by the former boss, M. Anthelm.

I wrote story about everything I wanted to. This was also a great time to learn about story telling and the craft of creating shorts fictions for a wide audience.

My relations with the staff was ideal for a writer. They were open, respectful and dedicated to help me and my work evolve. Nothing was out of bundary, no subject was banished, I had the opportunity to broaden my horizon and my audience. And the pay was decent.

Those years passed by fast, as all the years happen to do when you have a lot of work.

M. Anthelm was a mentor, a friend, a confident. Always up to publish new things. As I said, they was no bundaries.

Freedom. That was the magazine was all about. That was what America was all about. That’s the way we all saw it back in those days. Freedom of speech. A real free press.

Old boss, like I loved to call him, had to retire, cancer. Fucking lung cancer. I told him many times : Anthelm, good ol’ boss, stop smoking, that’s not healthy, tobacco isn’t a medecine ! They have been lying to us, it destroy your lungs and all ». But of course, being a old man, and a boss of a successful newspaper/magazine, he told me, very politely, to focus on my work instead of focusing on him. Fair.

The next week of that conversation, I had writed a short story about a man dying of cancer because of the cigarette. He was dying, leaving his family not only with a painfull grieving to do but also with greats difficulties. The man died, and the family was torn apart because they faced problems they could not overcome. The used-to-be stable and perfect family ended up being splitted into clans and it finished with all members facing theirs demons.

A writer have to be a little bit of a prophet sometimes.

M. Anthelm died, we all grieved, we stayed united and strong until the new boss came around.

Here is the start of my demise.

M. Catheren took the place of my good ol’ boss. Right at the begining, things have gone down south with him.

To be honest, I didn’t liked his face, his nonchalant and arrogant attitude. I think he had the same feelings for me.

He hated the first story I gaved to him. And the second, and all the others. I wasn’t able to have a single story publish during three months !

I asked to talk with him, it wasn’t like with the good ol’ boss, I had to pass trought is assistant, who had to communicate to him my desire to have a meeting. It took three days to finaly have hold of him.

I took the opportunity to ask him what was is problem with my stories and what does he really wanted from me and my writing.

He started by telling me that the time had changed, and that, all of us, had to adapt to that new world.

The time didn’t changed since he became the boss, he was so vain that he thought that just by becoming the head of the magazine, everyone working for him had to change, change in his direction. For a boss, this could be seen as normal but he was far, far from being a man, a leader, like M. Anthelm.

That was something, being told that when I worked here for decades. But he finally told me, what he really wanted from my writing :

« They want blood John ! Make some cow-boy, outlaws, gangster, cops stories, those stories that’s spill blood at every words ! The people Johnny, they want to be entertained ! Bring out the guns ! Violence ! That’s what’s sell now ! And you better be good at it ! You have to prove your worth toward me ! This is America Johnny, we work hard, harder than our neighboor, and we work well ! We make sacrifices so we can all succeed in our collective project which is, like I’ve said the day I became the boss, to be the number one magazine in America ! Fuck the others ! Especially Espire ! Esquire is managed by M. Thomas, a prick, a coward, someone that call himself a intellectual ! Ah ! Fuck ‘em Johnny ! I don’t want my magazine to be a den of intelectuals ! I want it to be the fast food of the magazine industry ! You can do that John right ? You’re with me right ? Ah ! You old cunt, you better be if you don’t wanna finish unemployed. A unemployed writer life is a life heading for the gutter ! Johnny, you don’t want to finish like that. Now, write me some bloody stories. No more talk, we need content, and the content that our everchanging audience really want. Out now ! Let’s get to work will ya’! »

Yes, those where is words. This men, coming from nowhere, that nobody in the industry knew, had the nerves to gave me lessons about how our magazine worked.

I had to do something but he said one true thing : I would have ended up in the gutter if I didn’t followed his directions.

This is why a write this letter to you, M. Anthelm. You and your magazine have been our fierce rival. We can never be good without a great rival. And God know you were a great opponent.

Why do I wrote those last lines like it was over ?

This letter will be my testimony, explaining why I did this.

Hopefully, when you’ll receive this letter, my plan would have come to term, successfully.

Yes, I have killed M. Catheren. He wanted me to spill blood, he got served.

I ended my life after my killing. Didn’t wanted to finish in prison for a young arrogant piece of shit.

Publish that letter, or do whatever you want with it. Make some money from that tragedy, scrap it to the last dollar you could produce with it.

Hopefully you will resume your outstanding work. The work of a real litterature’s magazine !

Long live the free writers ! Long live freedom. Long live America !

Yours truly;

Johnny V. Covack.

Jaskiers

Dante’s Dusty Road – Chapitre Final (+ Prologue)

Dans son rêve, il se retrouvait dans un bateau qui tanguait, l’eau faisant un bruit métallique quand elle percutait son embarcation, qui était pourtant en bois.

Il se réveilla en sursaut. Son rêve n’était pas dénué d’une certaine réalité, car il se réveilla et sentit sa voiture se balancer de gauche à droite avec un bruit de crissement.

Il se retourna pour voir le dos d’un bison côté passager arrière sur la droite.

L’auteur démarra la voiture immédiatement et klaxonna, le bison ne fut nullement effarouché. Pire, il semblait encore plus énervé et mit un grand coup de corne dans la vitre, qui se fissura légèrement, puis un autre coup violent vers la roue.

Il démarra en trombe, sentit un poids le retenant. Il n’osait accélérer trop de peur de blesser l’animal et de coincer ses cornes dans la carrosserie de la voiture.

Il klaxonna, cria même. La bête imposante le regarda, il fut terrifié le temps d’une seconde et accéléra, profitant de cette courte pause dans l’entreprise de sabotage du mastodonte.

Transpirant sur le volant, il espérait que la bête n’ait pas percé sa roue ni fait trop de dégâts.

La voiture roulait normalement, mais mieux valait s’arrêter sur le bas côté pour évaluer les dégâts. Il trouva un petit espace en terre sur le bas-côté de la route pour s’arrêter.

La carrosserie était percée au niveau de la portière, la poignée avait été arraché, la jante était rayée et ressortait légèrement de son emplacement. Un vif coup de pied l’a remis en place. Il se pencha pour regarder au niveau des amortisseurs et du disque de frein. Rien ne semblait endommagé, mais le bas de caisse avait pris un mauvais coup. Un trou assez large, où la main entière pouvait passer, se situait entre la portière et le bas de caisse. L’écrivain, encore tout tremblant de la décharge d’adrénaline, savait qu’il allait falloir faire réparer ces dégâts avant qu’ils n’empirent.

Et dire qu’il y aura le chemin du retour. Et Forgan n’aura pas de mécano.

Il espérait ne pas avoir blessé le bison, mais il se souviendrait longtemps du regard de feu, et presque haineux, de la masse de muscle que l’animal lui avait lancé. Il s’en servira pour écrire, peut-être donnera-t-il son regard à une créature infernale dans son prochain ouvrage.

Il reprit la route, il avait dormi toute la nuit. Malgré tout, il se sentait encore épuisé et un léger mal de crâne s’imposait au niveau des yeux.

Et il n’y aura pas de pharmacie à Forgan, il n’y aura rien à Forgan, à par moi. Seul… c’est ce que je voulais non ?

Il ne pouvait s’enlever Springsteen de la tête. Que faire s’il le trouvait garer devant son ranch, ou carrément dedans avec son énorme camion ? Et s’il n’était pas tout seul, mais avec son ami fumeur au langage fleuri ? Et si les flics étaient là eux-aussi ?

Il réfléchissait trop.

Rand alluma la radio, se demandant quel genre de station il pouvait capter dans cette région perdue.

La voix nasillarde d’un jeune Bob Dylan chantait que les temps étaient en train de changer. Du folk, la musique des paysans, la musique du terroir américain. Pourquoi les gens de l’Oklahoma n’étaient-ils pas aussi poétique que les rimes de Bob Dylan ? Enfin, il ne mettait pas tous les citoyens du Middle-West dans le même panier, ce serait injuste et le rabaisserait au même niveau que cette poignée de ploucs qu’il avait rencontré jusque-là.

Le panneau Forgan afficha 20 miles. Autant dire qu’ils lui donnèrent l’impression d’en avoir fait 200 quand, enfin, il arriva.

Forgan, c’était petit, plat, et strictement rien autour à par de l’herbe grillée par le soleil, une curieuse odeur de brûlé et quelques bisons.

Il entra son adresse exacte sur son téléphone qui marquait qu’aucun réseau n’était disponible. Internet ne fonctionnait toujours pas. Il allait devoir se présenter à ses nouveaux voisins plus tôt qu’il ne l’avait prévu pour demander sa route. Pas une seule âme dans la petite ville, ni dans la petite rue principale bordée de petits bâtiments plats, ni dans ses quelques rues perpendiculaires à la principale. Il savait que son ranch n’était pas à Forgan même. Un tout petit peu plus à l’ouest, lui avait-on dit à New-York.

Il s’arrêta dans une ces petite rues perpendiculaires et sortit de la voiture. Il voulait sentir l’air de son nouvel environnement car l’odeur de brûlé qu’il sentait l’inquiétait. Était-ce sa voiture ? Dehors, l’odeur assaillait ses narines. Il fit le tour de la voiture, pas de fumé, l’odeur semblait remplir entièrement l’air de la petite bourgade.

Cette ville serait peut-être le premier témoin de son nouveau roman. Mais difficile d’être témoin de quelque chose quand il n’y a personne.

Après avoir marché seul dans la rue principale, il remarqua qu’il n’y avait aucun commerce, en tout cas aucun d’ouvert en cette matinée. Comment allait-il se nourrir ? Son ranch n’avait aucun animal et il n’était pas fermier pour un sou. Uber-Eat ne devait sûrement pas livrer par ici. L’angoisse l’envahissait.

Pourquoi cette folie ? Il avait eu ce sentiment, cette envie d’aller s’éloigner au milieu du pays. Il avait demandé à sa maison d’édition des adresses, regardé sur internet, et un agent immobilier de la Grosse Pomme lui avait trouvé ce ranch. Il était tellement confiant dans ce projet qu’il l’avait acheté et dépensé de l’argent pour la rénover sans même jamais le voir en vrai, ni même se renseigner sur les alentours.

Il était coincé, pas de nourriture, pas d’internet, pas de station essence. Rien.

Pourquoi personne ne l’avait prévenu ? C’était comme si cet endroit l’avait aimanté, une force inconsciente, ou plutôt très consciente, l’avait entraîné ici, au milieu de nulle part.

C’était peut-être ça être artiste et vivre de, et pour, son art. Obéir à ses envies jusqu’à la folie. Rien de romantique, l’auteur ténébreux et torturé, c’était bien dans le principe, mais en vrai, c’était une lutte de tous les instants.

Quand la survie était devenue optionnelle, l’argent palliant à ce problème, il pouvait dire amen à tous les caprices de son art. Il pouvait ? Non, il le devait.

Il devait être ici, seul, abandonné au milieu de nulle part, dans la poussière et la chaleur, démuni, sans même une bouteille d’eau. Il n’avait plus la force de faire demi-tour, ni de continuer. Il voulait juste disparaître. Il l’a fait, en quelque sorte. Sa disparition ajouterait à sa notoriété une note de mystère qui collerait parfaitement à son image.

Il s’allongea au milieu de la route et ferma les yeux. La solitude extrême. Une petite ville abandonnée remplaçait un New-York bondé de monde.

Son projet d’écriture, c’était peut-être de mourir ici.

Dante se releva rapidement. Déterminé, subitement, à ne pas mourir ici, mais plutôt en société, à la vue de tout le monde. Fini l’envie de solitude. Et il n’avait jamais été question de venir passer l’arme à gauche ici.

Debout sur ses jambes flageolantes, il vit devant lui un énorme feu, une belle bâtisse en bois allait être rongée par les flammes dans quelques instant, une énorme grange, rouge, comme celle qu’il voulait allait subir le même sort.

Parfois, on arrive à son but sans s’en rendre compte. Il suffit de s’arrêter pour contempler le chemin parcouru, pour savoir où nous en sommes et continuer ou pas, notre route.

Et Dante était arrivé.

Le feu. L’incendie. Tout ce qu’il voyait, c’était les flammes qui mangeaient une grande maison et commençaient à dévorer les plus petites installations. C’était son ranch qui partait en fumé.

« – Hey bien, ma vie a fini par devenir un mauvais roman. On récolte ce que l’on sème. Et je n’ai rien semé dans ce ranch. »

Prologue

Dante, assit à sa table habituelle dans son bar préféré de Hell’s Kitchen, The Topito, attendait anxieusement son agent littéraire.

Son nouveau roman fini, qui lui prit six mois à écrire, avait été envoyé à sa maison d’édition qui attendait fiévreusement le travail de leur nouvelle star. Quelques semaines plus tard, son agent l’avait appelé. Ils devaient se rencontrer pour parler d’argent, de droits d’auteur et, sûrement, même si son agent ne le lui avait pas dit, de quelques réajustements à faire dans son nouveau livre.

Rand avait écrit une histoire qui se déroulait dans un désert aride, où des créatures et entités sortaient du sable pour traquer un pauvre homme perdu dans l’immensité dorée.

Il était fébrile, ce deuxième roman devait prouver une bonne fois pour toute qu’il était un écrivain sur qui compter dans les prochaines années. Les critiques l’attendaient au tournant et ne le rateraient pas.

Quand son agent arriva, il vit son grand sourire.

Bonnes nouvelles, s’ils sourient ainsi, bonnes nouvelles.

En effet, son agent lui exposa que la maison d’édition était enchantée par ce roman, quoique surprise.

« – Tu vois Dante, j’l’ai lu moi aussi, il est plus triste qu’effrayant.

– Ah… bon, à peu de chose près, c’est la même chose.

– Pas vraiment. Surtout pour la maison d’édition qui te voyait devenir une poule aux œufs d’or grâce à ton talent de conteur d’histoire terrifiante.

– Hey bien… ça surprendra mon public. Après tout, c’est une bonne chose de ne pas se cantonner à un seul genre

– Oui… Oui évidemment. Mais… bon, je pense que ça va passer, le livre sera bon et les critiques surpris.

– Tant mieux.

– Par contre, je trouve que tu n’es pas trop dans ton assiette depuis quelques mois. C’est cette histoire avec cette Harley de cette station-service perdue en plein Oklahoma ? Faut pas te sentir coupable. Tu n’y es pour rien. C’est horrible mais les féminicides sont de plus en plus courant…

– Ce n’était même plus son mari. Elle a fait de la prison pour s’être défendue contre lui. Je suis persuadé qu’elle n’a pas osé se défendre quand il s’est ramené avec un calibre devant elle… Il ne va même pas faire de tôle, il est considéré comme fou. Qu’elle société de merde ! Et tu ne serais pas dans ton assiette toi non plus si, ajouté à ça, ton ranch à plusieurs millions de dollars, non assuré, brûlait sous tes yeux.

– C’est du passé Dante, passe à autre chose ! Ton livre va bien se vendre, tu vas te renflouer un peu, voir beaucoup. On va faire raquer Hollywood pour les droits cinématographiques !

– Si tu le dis, tant mieux…

– Ce n’est pas le moment de te laisser abattre ! De la concurrence arrive Dante ! La rançon du succès, tu inspires les gens et ils se mettent à écrire.

– Super. Répondit l’écrivain d’un ton blasé.

– Je suis sérieux ! La maison d’édition a reçu un de ces manuscrits mon vieux ! Tu devrais le lire !

– J’ai pas le temps, ni même l’envie de lire.

– Ah ! Arrête de morfondre un peu !

– C’est tout ce que tu avais à me dire ?

– Non ! Je te dis, on a reçu un manuscrit d’un type qui sort de je ne sais où, incroyable. Le type s’appelle Springsteen !

– Springsteen ?!

– Pas Bruce hein, mais un certain Peter Springsteen.

– Oh putain de merde…

– Quoi ? De… ? Attends, son titre c’est le seul truc un peu bancal de son manuscrit : ‘Du feu pour mon ranch’. »

Dante eut l’impression que son cerveau penchait sur la droite, ses yeux et son regard déviaient eux aussi, comme un plan dans un film, comme un navire qui chavire brusquement. Ses oreilles bourdonnèrent et l’envie de vomir le fit se précipiter vers la sortie.

« – Dante ?! Ça va ? Hey !… Ah merde, c’est le titre du livre de Springsteen qui te chamboule ?… J’aurai dû y penser avant, désolé… Je vais envoyer un message à la maison d’édition, ce titre craint vraiment trop… »

Essayant de prendre appuis sur une borne incendie sur le trottoir et de reprendre ses esprits, une voix familière interpella l’écrivain :

« – Si c’est pas gratte-papier ! Gratte-papier dans la ville des grattes-ciel ! Ça fera un bon titre pour mon prochain bouquin. Et désolé pour ton ranch l’ami, sans rancune entre écrivain maintenant, hein ? J’ai énervé quelques personnes en te dévoilant mon petit trafic et j’ai dû prendre les devants tu vois, brûler ton ranch, c’est comme le Joker quand il dit ‘c’est pas une question d’argent, c’est plus pour envoyer un message’ ou un truc du genre. Mais bon, tu m’en veux pas hein ? On est pareil tous les deux, au final ! Springsteen et Dante, ça ferait de beaux noms pour les personnages d’un roman noir ! »

FIN

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 22

Une station essence se proposa à lui. Mettre son essence lui-même, demander au tenancier un coca, ou ce qui pouvait remplacer la caféine, un ou deux sandwichs et repartir. Il avait fait ses besoins sur le bord de la route, profitant d’y être seul sur cette dernière. Il fallait, avant tout, être efficient, faire vite pour arriver au ranch.

Il s’arrêta à la pompe, regretta de ne pas avoir fumé une cigarette avant, descendit et emboîta la pompe dans son véhicule. Personne ne sortait du magasin. Avec un bref coup d’œil, il pensait même qu’elle était fermée, rien ne filtrait de l’intérieur.

Tant mieux, je m’arrêterai à la première supérette du coin, je n’aurai qu’à passer devant un ou une caissière qui ne voudrait qu’une seule chose : que ma sale dégaine de Yankee aux yeux cernés déguerpisse. Ne pas faire de vague et tout ira bien.

Il faillit salir ses chaussures en retirant la pompe, il avait retenu la leçon de la dernière fois. Pas d’essence sur ses habits.

Il remonta dans sa voiture et partit en vadrouille à la recherche d’un Wallmart, d’un Target ou n’importe quel magasin pour faire ses emplettes et repartir aussitôt. La fatigue était là, mais s’il ne pouvait plus garder ses paupières ouvertes, il s’arrêterait au bord de la route pour un somme rapide. Dangereux oui, mais mieux valait risquer le danger d’un somme en solitaire sur le bord d’une route que de provoquer une rixe dans l’hôtel très bon marché de la ville.

Rien ne semblait vivant dans ce patelin, à par les bisons flânant dans les immenses champs qui entouraient la petite ville. Il semblait être rentré dans un décor de far-west moderne.

Il chercha une connexion à Internet avec son téléphone avec l’espoir de trouver une supérette pour se ravitailler avant la dernière ligne droite. Après Buffalo, direction Forgan s’en regarder en arrière. Son cerveau et son corps réclamait non seulement du repos, mais aussi, de l’écriture. Le besoin de catharsis, de poser des mots sur ce qu’il avait vécu jusqu’ici. s’imposait pour sa santé psychique. Et aussi, pour commencer son nouveau roman.

Il trouva un magasin, appelé Venture, de plain-pied, sans l’aide d’internet qu’il ne recevait toujours pas. Le magasin avait l’air d’un vieux et ancien motel. Le parking était vide.

Quand il rentra dans ce magasin, il découvrit que c’était en faite un restaurant plus qu’autre chose. L’écrivain espérait qu’il aurait la possibilité de prendre un plat à emporter, on était en Amérique après tout, aucun doute, pour de l’argent, l’Amérique vous offre tout ce que vous voulez.

Il attendit au comptoir, qui était vide, la seule présence des menus imprimés indiquait que le restaurant n’était pas abandonné. Il en prit un.

De la viande. Que de la viande. De la viande à la viande à la sauce viande avec un dessert à la viande. C’était le pays des bisons, le business principal de la ville. Après tout, la ville s’appelait Buffalo.

Une femme de quarante ans, la teinture blonde en fin de vie, des cernes et des rides marquées sur le visage et d’une maigreur inquiétante se présenta lui.

« -Vous désirez ?

– Je cherche quelque chose à emporter.

– D’accord, vous avez vu le menu ?

– Oui, mais je n’ai pas encore trouvé ce qu’il y a à emporter.

– La section sandwich se trouve à la fin. »

Rand fit défiler les pages du menu et découvrit les sandwichs, tout à la viande.

« -Vous avez besoin de conseil ? »

Il lâcha un petit rire. Il avait le choix entre sandwich à la viande de bison avec salade, tomate et moutarde, ou sandwich au bison avec de la mayonnaise.

« – Je vais prendre le sandwich complet.

– Salade, tomate et moutarde ?

– C’est ça.

– Et comme rafraîchissement ?

– Vous avez du café ?

– Oui mais malheureusement pas à emporter.

– Je vais vous prendre du coca.

– Nous n’avons que du Pepsi, cela vous va ?

– Oui merci. »

Elle se retourna pour partir dans la cuisine. Il vît par la porte entrouverte l’état lamentable des cuisines. Poussières, graisses, détritus, sangs, il ne manquait que la présence d’un rat pour combler le tableau.

Il va falloir faire fît de ces horreurs, se dit Rand à lui-même et à son estomac.

Dante pouvait entendre les bruits de couteau, celui d’un micro-onde et les voix de la serveuse et de la cuisinière.

Et si ce sang… non c’était trop, même s’il avait eu le droit à des hurluberlus, la probabilité d’ajouter à ses rencontres déstabilisantes, une meurtrière qui cuisinerait les morceaux de ses victimes humaines pour les vendre à ses clients était quasi-nul.

Quasi-nul ne veut pas dire nul, et plus rien ne me surprendrai. Je commence à perdre la tête. T’es parano Dante, arrête de penser à des conneries, si ça se trouve, c’est une déformation professionnelle, le risque quand t’es auteur de romans d’épouvantes.

La serveuse sortit de la cuisine, le gratifia d’un sourire et d’un « Ça arrive monsieur, merci de votre patience. »

Au moins était-elle polie pour une potentielle Serial-Killer cannibale… Allez Dante, arrête tes bêtises.

Il attendit encore cinq minutes. Le restaurant était désert, les menus et les couverts étaient recouverts d’une fine couche de poussière. L’air était lourd, pas extrêmement chaud, mais respirer commençait à être difficile.

Ou bien je suis en train de faire une crise d’angoisse ou bien le DustBowl a encore de l’influence sur le pays.

Les crises d’angoisses avaient été ses compagnons d’enfance et d’adolescence, jusqu’à ce que ses parents ait assez d’argent pour l’amener voir une thérapeute. Thérapeute et thérapie qui s’avérèrent être extrêmement efficaces et, à force d’exercices, réussirent à diminuer très fortement ses crises, jusqu’à ce qu’elles ne deviennent plus que des mauvais souvenirs. Il se rappelait qu’il ne fallait surtout pas oublier de bien respirer, mais l’air semblait empli de poussière. Il lui fallait aussi observer l’environnement autour de lui, mais il était tellement terne et misérable qu’il commença à paniquer.

Enfin, elle arriva, son sandwich placé dans un papier, son pepsi bien frais à la main. Il paya son dû, la carte bleue tremblante dans sa main. Il sentait les regards plein de jugement que devait poser sur lui la serveuse. Il transpirait à pleine gouttes. Tom pria intérieurement que sa carte passe, ce qu’elle fit. Il ramassa son dîner, et partit.

« – Bon appétit monsieur.
– Merci à vous aussi. »

À vous aussi ? Sérieusement ? Dante Thomas Rand ce que tu peux être idiot parfois.

En rentrant dans sa voiture, il s’imaginât la serveuse rigolant. C’était comme dire à quelqu’un « bonjour » et qu’il vous répondait « bonsoir ». Non seulement cela le faisait se sentir idiot, mais il se sentait humilié par la personne qui avait eu plus de présence d’esprit en lui indiquant que c’était le soir.

Les interactions humaines sont compliquées. Ou plutôt, je les rends compliquées.

Il sortit le sandwich de son papier, regarda la viande grossièrement apposée, respira un grand coup pour enlever la pensée qu’il mangeait peut-être de la viande humaine.

Non, c’est du bison…

Il regarda autour de lui. Tout près de lui, il y avait un champ immense avec un bison solitaire qui le regardait.

Putain, il sait. Les animaux ne sont pas idiots. Si ça se trouve, je suis en train de manger son frère. Merde.

Il reposa le sandwich, il n’avait plus faim. Il ouvrit sa cannette de soda qu’il but d’un trait.

Le soleil commençait à abandonner le ciel. L’écrivain reparti, direction Forgan. Il n’y avait pas de panneaux indiquant la ville mais il suivait ceux de Knowles.

Comme le nom de jeune fille de Beyoncé.

Cette pensée le fit sourire. Sourire qui ne resta longtemps sur le visage car la fatigue commençait déjà à fermer ses paupières. De plus, il n’avait pas mangé.

Après quelque miles, une dizaine peut-être, il s’arrêta sur le bas côté de la route, une petite place labourée par les pneus des paysans du coin, qui devaient passer par là pour rentrer dans leurs champs, s’occuper de leurs bêtes, de leurs bisons chéris.

Il fuma une cigarette, la nuit était tombée, les lumières du tableau de bord étaient éteintes. Silence. Il écrasa son mégot dans un étui en ferraille qu’il avait trouvé dans sa boîte à gant, étui qui semblait sortir de nulle part. Il abaissa son siège, vérifia si les portes étaient fermées et ferma les yeux.

Le dernier repos du juste avant l’arrivée.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 19

Son estomac s’effondra dans ses talons.

Putain, on a même plus le droit de s’en griller une en voiture maintenant ? Si Hunter S. Thompson était encore de notre monde…

Il regarda anxieusement la voiture de police passer à côté de la sienne, se garer vers le magasin de la station-service. Deux policiers en sortirent. Il vit sa fan sortir des toilettes et pointer du doigt la voiture de Rand.

Nan. Mais non elle n’a pas fais ça quand même !

Les deux flics s’approchèrent et lui firent signe de baisser sa vitre.

« – Bonjour monsieur, ne vous inquiétez pas, nous avons juste une question à vous poser.

– Messieurs. Allez-y je vous en prie.

– Est-ce que cette dame, l’un des policiers pointa la femme de la station-service du doigt, a consommé de l’alcool, de la drogue ou vous a proposé de l’argent contre une relation sexuelle ?

– Non… non pas du tout.

– A-t-elle eu un comportement dangereux pour vous ou pour elle-même ? »

Tom se rappelait l’avoir vu sortir, une cigarette allumée au bec. Allumer une cigarette au milieu d’une station-service n’était sûrement pas une chose à rapporter aux cow-boys.

« – Non, non rien de tout ça.

– Vous a-t-elle menacé d’une quelconque manière ? Verbalement ? Physiquement ?

– Non monsieur, c’est une personne très amicale et intelligente, enfin le peu de temps que j’ai eu à converser avec elle.

– Vous êtes sûr ? N’ayez pas peur, elle ne peut pas vous faire de mal.

– Non messieurs, elle n’a pas du tout était agressive, ni menaçante.

– Vous êtes nouveau par ici ?

– Je suis juste de passage.

– D’accord… »

Le deuxième flic, qui jusque-là n’avait dit aucun mots, s’approcha de Dante et chuchota :

« – Elle est en probation.

– Ah bon ?

– Elle a fracassé le crâne de son mari avec une batte de baseball.

– Putain de…

– Il est encore vivant mais il n’est plus vraiment… Le flic fit une moue de la tête des plus expressives.

– Ah. Légitime défense peut-être ?

– Stephen ? Il aurait pas fait de mal à une mouche !

– Son mari ?

– Oui.

– Vous savez, parfois les apparences sont trompeuses. » Dit le premier flic qui lui avait parlé.

Rand jeta un œil à sa lectrice dans le rétroviseur, qui les regardait en se rongeant les ongles.

« – Oui, surtout avec les femmes vénales comme elles. Mais on les a dans le collimateur ces sales putains. » Répliqua le deuxième officier.

Dante Rand resta bouche bée à cause de ce que les agents venaient de lui dévoiler et par les paroles proférées par des défenseurs de la veuve et de l’orphelin.

« – Vous feriez bien de partir car elle vous a vu nous parler.

– Mais elle n’a rien fait de mal messieurs, je vous promets.

– On vous croit ! On vous laisse repartir. Merci pour votre coopération.

– De rien… »

Il remonta sa vitre, ne repartant pas tout de suite, regardant les flics revenir vers la femme qui baissait les yeux et acquiesçait. Quand il vit les garants de la loi se diriger vers leur voiture, il démarra, mais ne se dirigea pas vers la sortie de la ville, il voulait aller parler à cette femme. Elle avait l’air innocente, ou en tout cas, pas la manipulatrice perverse que les messieurs à l’insigne lui avaient décris.

Mais peut-être que les meilleurs manipulateurs vous manipulent sans que vous ne vous en rendiez compte…

Il fit le tour d’un pâté de maison, en essayant de se repérer tant bien que mal, et arriva à l’entrée de la station-service. Pas de cowboys. L’écrivain profita de l’occasion et se gara juste à côté du magasin.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 14

Le gratte-papier s’alluma une cigarette, tendit son paquet à Springsteen qui se servit.

« – Je venais de m’acheter des clopes quand il est venu m’en réclamer.
– Sacré crevard !
– Il savait qui j’étais.
– Ouai, j’lui ai envoyé un message avec mon téléphone portab’.
– Pourquoi ?
– Bah, c’pas souvent qu’on croise des Yankees comme toi.
– Et il m’a accosté pour quelle raison ?
– Euh… la terre est p’tite hein, coinci’ machin comme tu dis !
– C’est quand même étrange non ?
– Ça oui !
– Juste un message que tu lui a envoyé… il y avait quoi dans ce message ?
– Détends-toi merde ! Juste un message comme quoi une pédale de Yankee était dans les parages et qu’il se pavanait avec sa berline allemande.
– Ah…
– Bon bah, merci pour la clope…
– Non ça s’est rien, merci à toi vraiment. Le hasard fait bien les choses parfois.
– Ouai… coinci’ machin truc comme tu dis.
– Coincidence. Bon, j’ai dû te retarder, tu as sûrement de la route à faire !
– Nan…
– Non ? Tu faisais juste une balade en camion et Boum, tu tombes sur moi !
– Ecoute c’est un truc pas vraiment déclaré ce que j’livre tu vois… un truc qui est pas légal légal. »

Peter fit mine de tirer avec un fusil.

« – Des flingues ?
– Ouai mais tu gardes ça pour toi.
– Qu’est-ce… merde !
– Ouai ! La vérité c’est que j’pensais qu’t’étais un d’ces fédéraux.
– Quoi ?
– Ecoute, un type bien habillé, tout beau avec une belle berline. Quand j’ai vu ça j’ai pensé ça y’est. Quand j’t’ai questionné, tu m’as sorti une histoire que t’écrivait des livres et tout.
– Donc tu as prévenu ton petit copain Franky pour qu’il garde un œil sur moi ?
– Ouai. Et j’ai appelé le flic là.
– Attends, le flic qui m’a arrêté ?!
– Ouai, il est dans la magouille le poulet là.
– Mais il m’a reconnu ! Il a lu mon bouquin !
– Ah !
– Tu lui as pas demandé d’information quand il t’a dit qu’il m’avait chopé ?
– Bah il m’a dit que t’étais reglo mais j’le croyais pas. Les fédéraux ils peuvent te tenir un type comme ça, par les couilles !
– Merde, tu m’as suivis donc ?
– Un peu ! Mais quand j’ai vu que tu prenait la bonne direction, j’ai dis ouai, il est reglo. J’allai t’laisser tranquille tu vois. Je t’ai laissé à la dernière p’tite ville là, et c’matin j’vais pour reprendre la route et j’te retrouve là avec un pneu en moins !
– Lâche-moi maintenant d’accord ? Et regarde sur Internet mon putain de nom ! Regarde les photos merde !
– Bah internet… moi j’connais pas trop.
– Et bien fais-le quand même ! »

Rand ouvrit la portière de sa voiture.

« – Attends désolé l’ami ! T’veux pas savoir c’que je transporte vraiment et surtout à qui ? Pour ton bouquin, ça serait une bonne idée !
– J’en ai rien à foutre. Et tu devrais garder ça pour toi. Pas très réglo de déballer que tu deal des flingues à un quasi-inconnu. Je sais pas qui t’a engagé, mais il doit être aussi con que toi. »

Il claqua la porte, démarra encore une fois en trombe. Dans le rétro, le bouseux retournait dans son camion en courant. Si à la prochaine intersection, il avait le moindre doute que Peter le suivait, il s’arrêterait au premier commissariat. Avec un peu de chance, les flics ne seraient pas corrompus jusqu’à la moelle.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 13

Springsteen sortait de sa cabine, le sourire édenté étiré jusqu’aux oreilles. Il brandissait une clé pour démonter un pneu d’une main et un cric de l’autre, les outils qui avaient manqué à Thomas.

Le camionneur se rapprochait, et avec l’outil en croix, il ressemblait à un mauvais prophète. Il criait quelque chose que les tympans de Rand refusaient d’étendre.

Dante agrippa son volant, serra sa mâchoire et poussa un cri rauque pour se donner du courage. Ou parce qu’il déraillait. Et parce qu’il allait falloir jouer délicatement avec ce monstre. Ravaler sa fierté et le laisser pavoiser, le caresser dans le sens du poil. Ne pas poser trop de questions.

« – Bah ça alors ! Le yankee mal polis !

– Salut mec.

– Putain, hey, sacrément amoché l’pneu.

– Ouai.

– Une chance que je passais par là !

– Une chance oui !

– T’sais changer une roue, Yankee ?

– Oui j’pense.

– Tu penses ?

– Mais je pense que tu as l’air bien plus doué toi.

– Ah ça, bien dit.

– Je te lâcherai un billet.

– Nan, pas d’ça chez nous Yankee ! À New-York peut-être que les gens sont pingres mais pas nous !

– Ça pour être pingres, les new-yorkais si connaissent…»

Dante sortit de sa voiture et à son grand bonheur Springsteen cala le cric sous la voilure, tourna la manivelle et le côté gauche de sa voiture se souleva.

« – Putain, vraiment pas de veine de crever ici non de Dieu ! J’t’avais dis, y’a personne par ici.


– Dis-moi Peter, est-ce que tu me suivais ?

– Te suivre ? Mais pour quoi foutre ! Tu crois que j’suis amoureux de toi ! J’suis pas un n’homo’ comme vous, les new-yorkais !

– Faut avouer que cette coïncidence est un petit peu suspecte.

– Coinci’ quoi ?

– Un hasard si tu veux.

– Ah ouai, j’oubliais qu’t’etais un feignant de gratte-papier d’mes deux.

– Tu me suivais oui ou merde ? »

Peter arrêta d’actionner le cric. Il se releva, fixant Rand avec un sourire narquois et un regard noir légèrement inquiétant.

« – Tu crois vraiment que je te suivrais en camion ? J’suis con mais pas au niveau de suivre un type discrètement avec mon énorme outils de travail.

– Ok, ça se tient.

– Ouai qu’ça se tient ! Bon je vais déboulonner ton pneu là, tu dois avoir un embout qui se met sur la croix pour déboulonner le boulon antivol. »

L’écrivain feignit de comprendre, il avait entendu le vendeur de la voiture lui parler vaguement d’un truc antivol. Il ouvrit le coffre, trouva un sachet plastique qui contenait un embout métallique.

« – C’est ça ?


– Ouai ça l’air d’et’ ça. »

Le routier prit l’embout et d’une main experte le posa sur le boulon antivol du pneu dégonflé. Il plaqua la croix dessus et força. Ses muscles des bras et du cou se tendirent, il tourna l’outil et le boulon céda.

« – Bingo !

– Banco !

– Hein, tu m’traites de « blanco » ?

– Non, BANCO, B.A.N.C.O.. Ça veut dire pareil que bingo s’tu veux.

– Ah ! J’croyais que tu m’avais dit un truc de racisme.

– Nan j’suis pas raciste.

– Pareil ! J’ai rien contre les noirs hein, mais…

– Non on va éviter de parler de ce sujet, d’accord ? Laisse-moi plutôt admirer ta technique pour changer un pneu. Peut-être que je te mettrai dans un de mes romans un de ces jours.

– Vraiment ?

– Oui, les écrivains puisent sur leurs vécus, leurs expériences et leurs souvenirs pour écrire.

– Compliqué vot’ truc, mais vas-y, tu m’appelleras l’homme qu’change un pneu plus vite que son ombre.

– Pourquoi pas ! Un peu longuet mais pourquoi pas. »

Le flatter, c’est comme ça qu’on traite avec ses types, les plaindre, ils sont contents et vous mangent dans la main !

Springsteen déboulonna les trois autres boulons avec confidence, enleva la roue qui s’avéra récalcitrante à sortir de son emplacement, alla de lui-même chercher la roue de secours dans le coffre et fit la manœuvre inverse pour la fixer.

Il n’y avait pas à dire, il savait ce qu’il faisait, il le faisait bien et rapidement. Comme au lit, pensa Rand en lui-même, excepté le ‘bien’.

« -Bah V’la, c’est finito comme disent les mexicains ! »

Je ne parle pas espagnol mais je n’ai jamais entendu de mexicain dire ‘finito’.

« – Impressionnant vraiment. Sacré technique !

– Ça c’est pas les mexicains qui feraient un si rapide boulot et gratis ! Même avec l’mur de Donald ils viennent…

– Juste une question, pourquoi t’a parlé de moi à ton pote, le type avec la barbe hirsute, celui dont la femme est morte à New-York ?

– Franky ? Franky tu l’connais ? L’est pas discret ! J’lui avait dit de la fermer ! Il va m’entendre ! Tu sais, il m’a dit qu’il avait tué sa femme pour l’assurance vie ! »

Jaskiers