L’élection présidentielle américaine, une analyse approfondie et sérieuse.

D’un côté, Donald J. Trump, candidat à sa propre réélection. Caractériel, incisif, dur, cruel, impulsif, ancienne star de la télé réalité. Qualifié de raciste, d’antisémite, sexiste, qualifiant les suprematistes blanc comme des « good guys » et accros à Twitter. De l’autre côté, Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama. Il se présente avec Kamala Harris comme vice présidente, elle pourrait être la première femme Vice Présidente des Etats-Unis. Biden est plus connu sur l’internet comme étant le « Biden Bro », un meme devenu populaire après la victoire , surprise, de Trump en 2016, où les internautes le mettaient en scène en train d’essayer de faire de mauvaise blague à Trump quand avant son entrée à la Maison Blanche. Voilà pour la présentation des protagonistes.

Maintenant, comment fonctionne l’élection présidentielle américaine. Pas par le vote à la majorité comme chez nous en France (celui qui a le plus de vote gagne) mais par le vote des grands électeurs. Ainsi…

Non sérieusement, je crois qu’on à assez bouffé de politique américaine ces derniers jours, et de la politique de Trump et ses péripéties aussi pathétiques qu’inquiétantes les unes que les autres. Alors voilà un gif de chat et un gif de chien (pas de jaloux comme ça) pour oublié ce bordel mondial dans lequel nous vivons.

J’attends le prix Pullitzer pour cet article. Ne me remerciez pas.

P.s : Biden a gagné et tant mieux, je pense et je j’espère que l’Amérique pansera ses plaies laissé par l’administration Trump.

Jaskiers

Laissez- nous les librairies ouvertes !

Dessin de Riad Satouf

Laissez- nous les librairies ouvertes !

https://www.instagram.com/francoisbusnel

https://www.jesoutiensmalibrairie.com/

https://www.librairies-alip.fr/

Source : Paquerite

L’arbre qui ne cache aucune forêt.

Des rumeurs de reconfinement ce mercredi 28 me laisse perplexe, si elles se confirment, je me sentirai comme sonné. K.O. Je viens de partir de ma maison en pleine campagne, ou j’ai passer le premier confinement, à un petit appartement où nous vivons à 3. Sans balcons. Il y pire que moi, beaucoup plus pire, mais c’est à ce demander comment nous sortirons de ce cercle infernal, confinement – déconfinement – reconfinement. Combien de fois allons nous vivre comme cela, comment allons nous nous en sortir, économiquement, socialement, moralement… ? Qu’est ce qui nous attends après ce grand virage ? Un arbre centenaire au tronc aussi solide que du béton armé ou, après l’impacte, certains ne se relèveront pas, d’autres difficilement, et d’autres bien sûr, sans une égratignure car certains savent profiter de la situation comme ce personnage dans le roman de Camus «La peste ». Mais comme dans le roman, pour ces gens la, la roue tourne. L’anxiété arrive, la peur avec, l’angoisse omniprésente. Il n’y a qu’à espérer que ces rumeurs sont juste des rumeurs ou qu’elles sont fausses voir amplifiées et que les mesures ne seront pas si dure que ça. J’ai écris ce texte à l’a va-vite à cause de ces rumeurs omniprésentes et oppressantes. Avec tous cela bien sur, s’ajoute l’inquiète pour les proches et mes ami(e)s car tous le monde peut être touché, et cela peut mal finir quelque sois l’âge, le sexe, le mode de vie ect… Je peine aussi à comprendre pourquoi nous ne nous sommes pas plus « réarmé », plus organisé pendant cette petite accalmie que nous avons eu cette été. Aussi cette impression que durant ce petit moment ou le virus s’est fait un peu moins virulent, nous avons encore oublié les soignants. «Oh le virus semble se faire moi présent, merci les soignants à la prochaine ». J’attends l’intervention du président Macron avec une certaine impatience et une certaine peur, car si ces rumeurs sont vraies, je ne sais pas quand quel camps je serai quand nous aurons percuté cette arbre centenaire. Jaskiers