This someone in the mirror (A short story/reflexion)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Have you ever had this curious sensation, when you look at yourself in the mirror and wonder who is it that the glass is reflecting?

Of course, it’s you. Here you are, this is you, physically at least.

You move your head, you realize that you’ll never have the possibility to see yourself with your own eyes, you need a mirror or a photography.

This is a curious and powerful moment. Everything that is happening, everything you lived through, every damned second of you life have been happening in that head, that head reflected by the mirror. This is you, your physical entity.

While thinking about this curious feeling, your thoughts lead you to the infinite of space, the universe.

You realize how futile the human body is compared to the apparent endlessness of our world.

After this weird feeling, which started to become an overwhelming one, you are confronted with death.

Am I really alive? Is this really my reflexion in that mirror or what I think I look like? Is it someone else? Am I really alive? What does « alive » mean? Living? I can see my face, it’s physical, my existence take it’s form in that body of mine.

And what if I die? Am I already dead? What if it was all a lie? What if this life I’m living is just my imagination? Do I really understand that I am real?

As you asking yourself those hypotheticals questions, imagine you see the reflexion in the mirror moving, reflecting you, but it’s start to move on it’s own, it is not reciprocating your movement but live and act on it’s own accord.

Imagine that you follow the movement of that reflexion.

You are becoming the mirror.

You are the reflexion now.

You’re in the wrong side of the glass, if there ever was a wrong side.

What are you really when your one true self is looking at the mirror?

Other than that, when your independent reflexion leave, you are nowhere, in a place where existence isn’t real, imagine space but you can’t move and at the same time you’re drifting slowly. You can see but you see nothing. You only really exist when the other you present itself in front of the mirror.

But let’s go back, you are yourself now. The reflexion in the mirror is living its life.

It’s something frightening to see your body living a life of its own. A feeling of loosing control slowly overwhelm you. What does your body do? What’s life in this reflexion for the other you? How do you think you’ll feel? Like this is not really you? This other body that look exactly like yours live a life that is completely different from the real one. Yet it’s your body that you can see. Is that other physical life completely at the opposite of what your current existence is? Are you the same entity?

What if that reflexion start noticing you and realize that you are his reflexion? Do you think you would talk to each other? What kind of questions would you ask to that other you? What kind of question will he ask you?

Imagine seeing this reflexion of you passing through the mirror, touching your face.

You can join them or let them join you.

What will be you decision?

What if life was nothing but a very long and painful hallucination? A farce? A joke? A simulation?

A simple, yet sophisticated, reflexion of you own thoughts?

What if since the beginning, you don’t exist? Never was and never will be?

Your physical being is just a reflexion. From a mirror, a photography, someone eyes. You only really exist inside your mind. So, should we really put this much importance towards apparence? Shouldn’t we trust what we feel instead of what we see?

Our world is inside our minds. Individually and collectively.

Jaskiers

Publicité

Tributes to The Lizard King # 5 | It’s all Over

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Today, it’s all over.

We buried the

Unknown Soldier.

Lighted a candle,

nourished the fire.

Walking in the desert and

Step on a wire.

Trip in the sand, and…

Fell in love with a witch

and her magic wand.

Slowly she raised my hand.

Til’ the heaven stop the hell.

That’s what’s she told me.

Did she loved it?

I can’t tell.

I loved her two time,

One for tomorrow and one for

Today.

It’s all seem to far away,

like the Beatles and Yesterday.

Life is a bet,

to no one’s,

we owe debt.

Baby we gonna be alright,

because we learned how to forget.

As the sun we’ve been waiting for,

Set.

I need to go away,

We are just wanderer,

on planet Earth.

Just flesh, eyes, nervous systems and beating hearts.

Cancel our subscriptions to the

resurrection.

They’re is but one direction,

one thing we will all go through,

you know what I’m talking about.

I leave you, remember me, flamboyant,

no encore.

Followed her in the wood.

You want the world,

Now !

Scream, act bold,

scold because they scorched

our beautiful sister.

As the world go round and round,

we going numb and dumb.

Nobody want to fight in the front line,

for a wicked politician.

Good news !

The hitchhiker is dead !

Peoples flock the street,

but I feel dread.

This was me, the all time !

I had this thirst for love I could not quench

I’ve fallen down.

I can not stand.

Because this is the END.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 4 |A Killer awoke before dawn

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wandering in the darkness

For a moment.

Approaching the light and another.

The hitchhiker full of hatred

Realize he is nothing less than dead.

A cold summer rain

A warm winter snow

in the blanket of ice

He took his final bow.

What happened ? His everything allright Pam ?

Young people still dying for Uncle Sam !

Jim !

Nothing have changed.

Put in some pill, cure my brain.

Of disease

with ease.

Coughing

I’ill stop drinking tomorow morning !

That’s what’s the doctor said.

How much did I paid ?

Cheap drugs

Grave dug

Père-Lachaise

Next stop.

The girl in the window

Still won’t drop.

How they will spread hateful inks

Puting on the paper my weirdest kink.

Always alive

For death I strive

One day I’ll dive

for one last night.

With my pal.

Cosmic Girlfriend

Witch and devil

Is this the end ?

Game ! Took a bet !

Dead body in a bath

mother, father, let your kids avoid the draft !

Beautiful friends, look for a cold blooded lizard

Instead of a scamming wizard.

In few decade will come a friend

destroying the establishment from the inside.

And a bullet In his brain

That will be all he gain.

Everyone carry their pain.

Perverted, divergent generation of unholy saints

Singing for the redemption of…

I’m glad you came.

When I do it alone darling

I feel such a shame.

This is not the same.

Can we stop that game.

Boring end of a day,

an other dead corpse

an other death for hopes.

Oh captain I feel sorry.

Why so much disdain ?

Mistrust ? Why do they deserve

a bullet in the guts ?

Why Am I here ? What’s my worth ?

I will finish my days

with my mistress.

I’ve sang about the scream of a butterfly

Fly,

high,

a life unchained, untied.

Freedom for all.

The real one.

Don’t listen to your president

he too, kill innocent.

Exhuberent, arrogant.

All of them,

adamant,

lunging,

Clinging for power.

Humanity ? For that it’s over.

They send your child

to the slaughter house.

When they should be hanging out

in a road-house.

Dead generation

Forget the past.

It’s their turn now

To turn the tide.

A table turn

the forest burn

kids with gun,

They’ve got the fund,

to wage their war.

But none for them,

by the side of the road,

abandonned again.

The hitchhiker

modern Charon

Cross the river

it is shallow

everythings seems,

so hollow.

How the place you’ll go !

Fly high

Come down

to drown

and die.

You fell of the boat

their’s no one above

Neither below.

How the place you will hurt

Boots full of dust

rifles full of rust.

The killer of the futur,

will taste an other kind

Of lust !

Lost !

Mother ?

Yes son ?

Nothing, I’m moving out, moving on !

Buy the times this message reach you,

I will be long gone

because I alway awoke before dawn.

I put my boots on.

Father ?

Yes son ?

I’m not the one,

searching for honor.

Neither glory.

Don’t you worry

Mom, dad.

I’m glad,

thanks to you, a decent life I had,

reality hit me hard.

Nothing,

meet me at the psych ward !

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 3 | Rising your Mojo

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Lit a cigarette
In front of the audience.
Hit it once
Throw it on them.

Flamethrower
In the trenches,
Audacious !
Going over the fences.
Government lies are denses.

Valse
Tango
Spanish
And Flamenco.

Bulls love mouvement
Not the color !
Smell the blood
Iron odor.

Open the Doors !

travel, jump on the floor

no feast, again ?
No friends
No honor.

Bedroom full
Of books.
Trying to plant some
Roots.

Hangin on to something.
Check the noose.

Give him boose
So he can leave.
On the loose.
He cannot choose.

A freak accident,
By the side of the road,
Dead Natives Indians.
White Americans are
Guilty.

They said ;
Careful !
They’re a killer on a road !
You know the form of his brain !
Tried to change him in vain.
He want to inflict pain.

Hotel money sex and alcool
Hangover as an hyperbole.

Cigarette ashe burned my crotch.
I have to find another dealer
Another dope,
To float my boat.

Tell God
Face Satan,

He’s got himself,
A face, one of a goat.

Watergate,
Call Deepthroat.

A missing colony in Roanoke.

Soft balls, eyes.
hard bones, hole.
Die.

She just want to sleep with some guy.
He just want a relationship.
Church, mariage and
Everything.

How boring…

Guns on the night stand
gonna make the night end.
Note of Achille last stand.

Walking on one leg
shooting with one hand.

The other to busy,
Making provocative gestures.

Yesterday, far away
A Beatles is dead
imagine, song wrote in bed
For a protest
by a millionaire
it’s business
long hair
Man.
Really dont care.

Another shooting
Hitchhiker in the wilderness
Black tharp
Bullets
Cobain brain
Sex drive drained
clout gain
When the music start again.

Daughter of the storm,
birds feeding their offspring
Worms.
They’ve feasted on your dead body.

Morning glory.
Take good care of my wood.
please lady of the street
Be good.

Yelling compliments aloud
head in the clouds.

Give me one ! Please
put myself at ease.
The old men is wise
your thighs, my prizes.

Tight squeeze.

Reflection on the tempo
no mirror
Check ego.

Valentine, oh Valentine !
Officers, I’m innocent !
They started it,
stamping elephant
wear some elegant
cloths.
For you are the galant.
Bed sheets, a talent.

Lucy in the sky with diarhhea

way done bellow.
On the receiving end,
guess a color,
said yellow.

Submarine
Nuclear
missile. Launch.
Being eated alive
by a brown bear. Lunch.

With me you are
You
Tomorow we’ll be good.

But tonight
I’ve met a maniac,
Who think the hear is flat.

Walk on the moon
the dark side
of her. The bright
Influence the sea tide.

Tidy little bedroom
tank crew go boom.

Met the witch on her broom.

Patriarca
Pater Riot

Pussy,
super ball.
An invite
welcome home.

The same rhymes,
the same time.

Kill a men
Don’t go to prison
attacking a demon.

Stay with mom
leave us alone.

Quote on quote
Broad on Broadway’s sidewalk.

Take it, see you, shit sister.

Kneeling for the anthem,

Welcome.

Go home

you are a dead.

Mouvements and conflicts
In our eternity.

Leave
Live light show
making it flows.

Foes full of flaws.

Old papy pays the fine
With rusty Diamonds.

Stay easy and calm
Reproduce.

Scream at the wall.

Great lf the sea

make out the scenery.

Boddah
Woke up !

When ?

Foremost, tomorrow,

Forward, too hard.

First Forest, burn.
Familiar with the boss
But we hate him.

Ate.

Wink.

School called
Let him in.

Fallen
Dragged
Killed.

Holy war,

All in the
Film Noir.

And whiling to be reborn.

No renaissance.

Take your Time.
Reverse the big flow.

A sail laid on the sea tide.

Cancer diagnostic,

let me die.
For what.
Rested my case before and again.
Peaceful resident
Adamant and conscientiously resistant.

I let myself drown into the sea.

We are from another realm ?

Nod your head yes
And I’ll say no.

Go away demon of the night
Yesterday I rested
Today once more,

So let me go !

Your evil dance.

Demonic chance.
See you after.
Today.
The sun is up.
Ghosts throwing up.
They couldn’t handle
Their last cup.

Bye now
World of non-sense.

To never and ever.

Good sight.

For a good bye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King Series # 2 | Turn On The Lights !

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

The music as ended, get up and turn on the lights.

Slowly, my eyes will burn.

Onward !

Let me rest
Fight my inner demons
Unrest.

Outside the window,
Hear the tempest.
Invasive thoughts,
Unwelcomed guest.

Heavy burden, get of my chest.
your finger tips
Run on my skin,
The devil and his jest.

In the never,
Go west,
In the wilderness
thick bushy forest.

Turn on the lights,
Let’s make it bright !

Since the music’s over,
Watch out for the Hitchiker,
Faceless shadow,
Mean, rugged, you disgrace !

I’ll tell you,
When to
Put it off

Because my dear

Death…

it’s not the end
The dark feelings, the bitter,
Bend.
Once more. Over. We’ll do it again.

Just a beginning.

Pass the chemical,
for the American pastoral
Not a country for the Royals.

Let’s go back, to the Grace.
Dear Father, they’re sinner.

To the moon.

All above
A watchtower
No joker
Tell dylan
No tambourin man !

Come again come again !
No ! Next Time.

Right now,
Still need to gather
That mind of mine
thinking about that
Surprise gathering
unlocket it
Took of my hat.
Ready for
The blow-back.

Poor Ophelia, you said it.
The gambler hit.

All in
Chance are
One to five
I only have
Luck this time.

And you, angel,
Wipe out the Dust
With those fairy wings
wind gust.
Throught the Windows
Again, Hitchiker looking for.
Making Widows !

Still, it’s not the time
come
And talk. It will hurt
less
lizard hard eye,
bedroom a mess.

Bring in no priest
banned books all over the place.

Watch for every step,
gain distance from me,
Go away from you.

Still up
mine almost there
Their’s time to spend
life to waste.
no shackles

on wrist.
Welcome, this is not a test
put on weight. The robber
got no vest.

He’s always heading west.

Thunder rolling in the east
maggots and yeast.

Always the same,
Repeating storys
of mother crying
of machins, gunning
Killing,
Bombing.
Rising mister ?
Mojo willing !
Tasty !
Well, billing.

Money for nothin’
The Killer on the road
Gunslingin’

Hooker of my street
Corner.
Hustling with J.Edgar
Hoover.

Over. Not.

Let’s tie another knot !
Hear an other note,
go down and up.

Shining through sherif !
Show, shiner, shining
First photography
aliby !
No you honor,
I’ve condessed
I killed him
jury’s in horror.

Again the window !
Supected spectator
Spectacular and
Sceptical
illusions are not opticals

In my youth
Vigor
Optimum
Continuum
Momentum
Ridin’ bum
Numb
Thumbs press her gum.

Pentobarbital delirium
Til death tear us apart !
Glad to hear from them
the sect
The guru
Solding your gem.

What’s life but a game.

Lights are off, didn’t notice it at first
back at it,
last to run.
Lead the fun
cow-boy empty your gun.

Fragile, fragile !
Careful !
When you move the crate
Treatorous creature !

All on board !
Shot vulture !

Nothing is
Against nature,

Except deprived minds like ours.

Good allure…

Ascending !
Descending…
Deceiving.

Producting
Engenering
Ring
Of
fire.

Situation is dire !

Light spray faster than
A startled cat.

Gaining more fat
Bulking.
For the King.

silence, no more chat.
Dear audience
This is the end

Of the act.

Dim the light.

Slowly.

Dazed and confused.

Down the hatch

Once again, dear friend.

Down and out.

Goodbye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King series # 1 | Under the influence

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wrote under influence

Here I am. Once again I have to take this pill supposed to make me feel good. To stop my sadness and to make me sleep.

Let me tell you, I hate those drugs ! My instinct, when I’ve been prescripted them, told me that’s wasn’t a good thing. I should have followed my instinct. After all, this ancient gift lead us, humanity, to where we are right now.

The first time I took them, they tasted like something… chimical. Almost sour and surely not a moment I look up to when I’m going to sleep.

I accuse them of being responsible for a lot of physical problems. Hair failling out from my scalp.

It mess with my whole body but others, them, they all seems ok after taking it but apparently… the problem is me.

So, once I swallow the pills, I was sure that this drugs will lead me to degradation.

Well I have heard many times, from my gut instinct, from the inside.

So I kept taking it… it was something. I took one a few minutes ago.

telle me the worse situation.

How much of pill consumption do i need ?

This pill also bring non-sens.

This is a strange things, what am I seeing ?

So now, I should really understand.

I dread having to take them.

They burn my brain.

Until the sun rise, that cruel mesure of time. A tic and a toc.

This is messing up everything over there. Why do we need sleep anyway.

Doing it’s things, it’s a very good service !

It’s difficult to write under the influence. Why ? Too hard for you to fully understand. Take one for yourself darling.

They want to kill a loyal customer. I wish I could go and see, but I’m on my way to become a zombi.

I don’t understand why I need this… come on. Why don’t you go inside and leave me alone after consumption ?

What kind of subject do you offer me ?

Vision of tree and fake leather.

Where do you wan’t to lead me ?

What do you want to show me ?

What do you want from me ?

Why are you showing me this ?

Is everything ok ? You burn my brain.

My energy you’re draining.

Too much damage ! I’ll finish in the gutters.

Stop enforcing your laws on me !

Segnõr stop ! I’m only daft, don’t wan’t to die yet !

If only my body could understand. I just want sleep.

How heavy is the mind ? How fragil it is. A simple pill !

The forest is waiting for me. I see the tree, green leaves ! I take some for thee…

How romantic ! Lost in my antics’!

Thanks you Jim for your wisdom,

Because know I’m feeling free !

In my poetry !

Unleash the crazy !

Down, my eyes are bleeding. For trying to escape an heavy mind. Can’t even found solace in the arms of the sleeping god !

Why Am I Even (heaven) here ?

Duality of the two sides of my brain. One telling me : give up yourself my dear. The other ? Too numb, to dumb.

I don’t want it ! But I need it ! Duality, this foe ! You ennemy !

Let me sleep !

But you have to do your deed !

Dead.

Writing till my mind shut off.

A gift for you, dear reader. Kind audience.

This is everyday, a battle for wellness.

A pill, and another one. Waking up in the middle of the night to finish the work. And meeting a strange fellow. A mysterious entity took control. Few hours of sleep and he disapear.

How strange.

Thanks Jim.

To the wizard king !

Keep dancing !

I wish I could… tame my music.

Sorry, I need some sleep.

Jaskiers

Dante’s Dusty Road – Chapitre Final (+ Prologue)

Dans son rêve, il se retrouvait dans un bateau qui tanguait, l’eau faisant un bruit métallique quand elle percutait son embarcation, qui était pourtant en bois.

Il se réveilla en sursaut. Son rêve n’était pas dénué d’une certaine réalité, car il se réveilla et sentit sa voiture se balancer de gauche à droite avec un bruit de crissement.

Il se retourna pour voir le dos d’un bison côté passager arrière sur la droite.

L’auteur démarra la voiture immédiatement et klaxonna, le bison ne fut nullement effarouché. Pire, il semblait encore plus énervé et mit un grand coup de corne dans la vitre, qui se fissura légèrement, puis un autre coup violent vers la roue.

Il démarra en trombe, sentit un poids le retenant. Il n’osait accélérer trop de peur de blesser l’animal et de coincer ses cornes dans la carrosserie de la voiture.

Il klaxonna, cria même. La bête imposante le regarda, il fut terrifié le temps d’une seconde et accéléra, profitant de cette courte pause dans l’entreprise de sabotage du mastodonte.

Transpirant sur le volant, il espérait que la bête n’ait pas percé sa roue ni fait trop de dégâts.

La voiture roulait normalement, mais mieux valait s’arrêter sur le bas côté pour évaluer les dégâts. Il trouva un petit espace en terre sur le bas-côté de la route pour s’arrêter.

La carrosserie était percée au niveau de la portière, la poignée avait été arraché, la jante était rayée et ressortait légèrement de son emplacement. Un vif coup de pied l’a remis en place. Il se pencha pour regarder au niveau des amortisseurs et du disque de frein. Rien ne semblait endommagé, mais le bas de caisse avait pris un mauvais coup. Un trou assez large, où la main entière pouvait passer, se situait entre la portière et le bas de caisse. L’écrivain, encore tout tremblant de la décharge d’adrénaline, savait qu’il allait falloir faire réparer ces dégâts avant qu’ils n’empirent.

Et dire qu’il y aura le chemin du retour. Et Forgan n’aura pas de mécano.

Il espérait ne pas avoir blessé le bison, mais il se souviendrait longtemps du regard de feu, et presque haineux, de la masse de muscle que l’animal lui avait lancé. Il s’en servira pour écrire, peut-être donnera-t-il son regard à une créature infernale dans son prochain ouvrage.

Il reprit la route, il avait dormi toute la nuit. Malgré tout, il se sentait encore épuisé et un léger mal de crâne s’imposait au niveau des yeux.

Et il n’y aura pas de pharmacie à Forgan, il n’y aura rien à Forgan, à par moi. Seul… c’est ce que je voulais non ?

Il ne pouvait s’enlever Springsteen de la tête. Que faire s’il le trouvait garer devant son ranch, ou carrément dedans avec son énorme camion ? Et s’il n’était pas tout seul, mais avec son ami fumeur au langage fleuri ? Et si les flics étaient là eux-aussi ?

Il réfléchissait trop.

Rand alluma la radio, se demandant quel genre de station il pouvait capter dans cette région perdue.

La voix nasillarde d’un jeune Bob Dylan chantait que les temps étaient en train de changer. Du folk, la musique des paysans, la musique du terroir américain. Pourquoi les gens de l’Oklahoma n’étaient-ils pas aussi poétique que les rimes de Bob Dylan ? Enfin, il ne mettait pas tous les citoyens du Middle-West dans le même panier, ce serait injuste et le rabaisserait au même niveau que cette poignée de ploucs qu’il avait rencontré jusque-là.

Le panneau Forgan afficha 20 miles. Autant dire qu’ils lui donnèrent l’impression d’en avoir fait 200 quand, enfin, il arriva.

Forgan, c’était petit, plat, et strictement rien autour à par de l’herbe grillée par le soleil, une curieuse odeur de brûlé et quelques bisons.

Il entra son adresse exacte sur son téléphone qui marquait qu’aucun réseau n’était disponible. Internet ne fonctionnait toujours pas. Il allait devoir se présenter à ses nouveaux voisins plus tôt qu’il ne l’avait prévu pour demander sa route. Pas une seule âme dans la petite ville, ni dans la petite rue principale bordée de petits bâtiments plats, ni dans ses quelques rues perpendiculaires à la principale. Il savait que son ranch n’était pas à Forgan même. Un tout petit peu plus à l’ouest, lui avait-on dit à New-York.

Il s’arrêta dans une ces petite rues perpendiculaires et sortit de la voiture. Il voulait sentir l’air de son nouvel environnement car l’odeur de brûlé qu’il sentait l’inquiétait. Était-ce sa voiture ? Dehors, l’odeur assaillait ses narines. Il fit le tour de la voiture, pas de fumé, l’odeur semblait remplir entièrement l’air de la petite bourgade.

Cette ville serait peut-être le premier témoin de son nouveau roman. Mais difficile d’être témoin de quelque chose quand il n’y a personne.

Après avoir marché seul dans la rue principale, il remarqua qu’il n’y avait aucun commerce, en tout cas aucun d’ouvert en cette matinée. Comment allait-il se nourrir ? Son ranch n’avait aucun animal et il n’était pas fermier pour un sou. Uber-Eat ne devait sûrement pas livrer par ici. L’angoisse l’envahissait.

Pourquoi cette folie ? Il avait eu ce sentiment, cette envie d’aller s’éloigner au milieu du pays. Il avait demandé à sa maison d’édition des adresses, regardé sur internet, et un agent immobilier de la Grosse Pomme lui avait trouvé ce ranch. Il était tellement confiant dans ce projet qu’il l’avait acheté et dépensé de l’argent pour la rénover sans même jamais le voir en vrai, ni même se renseigner sur les alentours.

Il était coincé, pas de nourriture, pas d’internet, pas de station essence. Rien.

Pourquoi personne ne l’avait prévenu ? C’était comme si cet endroit l’avait aimanté, une force inconsciente, ou plutôt très consciente, l’avait entraîné ici, au milieu de nulle part.

C’était peut-être ça être artiste et vivre de, et pour, son art. Obéir à ses envies jusqu’à la folie. Rien de romantique, l’auteur ténébreux et torturé, c’était bien dans le principe, mais en vrai, c’était une lutte de tous les instants.

Quand la survie était devenue optionnelle, l’argent palliant à ce problème, il pouvait dire amen à tous les caprices de son art. Il pouvait ? Non, il le devait.

Il devait être ici, seul, abandonné au milieu de nulle part, dans la poussière et la chaleur, démuni, sans même une bouteille d’eau. Il n’avait plus la force de faire demi-tour, ni de continuer. Il voulait juste disparaître. Il l’a fait, en quelque sorte. Sa disparition ajouterait à sa notoriété une note de mystère qui collerait parfaitement à son image.

Il s’allongea au milieu de la route et ferma les yeux. La solitude extrême. Une petite ville abandonnée remplaçait un New-York bondé de monde.

Son projet d’écriture, c’était peut-être de mourir ici.

Dante se releva rapidement. Déterminé, subitement, à ne pas mourir ici, mais plutôt en société, à la vue de tout le monde. Fini l’envie de solitude. Et il n’avait jamais été question de venir passer l’arme à gauche ici.

Debout sur ses jambes flageolantes, il vit devant lui un énorme feu, une belle bâtisse en bois allait être rongée par les flammes dans quelques instant, une énorme grange, rouge, comme celle qu’il voulait allait subir le même sort.

Parfois, on arrive à son but sans s’en rendre compte. Il suffit de s’arrêter pour contempler le chemin parcouru, pour savoir où nous en sommes et continuer ou pas, notre route.

Et Dante était arrivé.

Le feu. L’incendie. Tout ce qu’il voyait, c’était les flammes qui mangeaient une grande maison et commençaient à dévorer les plus petites installations. C’était son ranch qui partait en fumé.

« – Hey bien, ma vie a fini par devenir un mauvais roman. On récolte ce que l’on sème. Et je n’ai rien semé dans ce ranch. »

Prologue

Dante, assit à sa table habituelle dans son bar préféré de Hell’s Kitchen, The Topito, attendait anxieusement son agent littéraire.

Son nouveau roman fini, qui lui prit six mois à écrire, avait été envoyé à sa maison d’édition qui attendait fiévreusement le travail de leur nouvelle star. Quelques semaines plus tard, son agent l’avait appelé. Ils devaient se rencontrer pour parler d’argent, de droits d’auteur et, sûrement, même si son agent ne le lui avait pas dit, de quelques réajustements à faire dans son nouveau livre.

Rand avait écrit une histoire qui se déroulait dans un désert aride, où des créatures et entités sortaient du sable pour traquer un pauvre homme perdu dans l’immensité dorée.

Il était fébrile, ce deuxième roman devait prouver une bonne fois pour toute qu’il était un écrivain sur qui compter dans les prochaines années. Les critiques l’attendaient au tournant et ne le rateraient pas.

Quand son agent arriva, il vit son grand sourire.

Bonnes nouvelles, s’ils sourient ainsi, bonnes nouvelles.

En effet, son agent lui exposa que la maison d’édition était enchantée par ce roman, quoique surprise.

« – Tu vois Dante, j’l’ai lu moi aussi, il est plus triste qu’effrayant.

– Ah… bon, à peu de chose près, c’est la même chose.

– Pas vraiment. Surtout pour la maison d’édition qui te voyait devenir une poule aux œufs d’or grâce à ton talent de conteur d’histoire terrifiante.

– Hey bien… ça surprendra mon public. Après tout, c’est une bonne chose de ne pas se cantonner à un seul genre

– Oui… Oui évidemment. Mais… bon, je pense que ça va passer, le livre sera bon et les critiques surpris.

– Tant mieux.

– Par contre, je trouve que tu n’es pas trop dans ton assiette depuis quelques mois. C’est cette histoire avec cette Harley de cette station-service perdue en plein Oklahoma ? Faut pas te sentir coupable. Tu n’y es pour rien. C’est horrible mais les féminicides sont de plus en plus courant…

– Ce n’était même plus son mari. Elle a fait de la prison pour s’être défendue contre lui. Je suis persuadé qu’elle n’a pas osé se défendre quand il s’est ramené avec un calibre devant elle… Il ne va même pas faire de tôle, il est considéré comme fou. Qu’elle société de merde ! Et tu ne serais pas dans ton assiette toi non plus si, ajouté à ça, ton ranch à plusieurs millions de dollars, non assuré, brûlait sous tes yeux.

– C’est du passé Dante, passe à autre chose ! Ton livre va bien se vendre, tu vas te renflouer un peu, voir beaucoup. On va faire raquer Hollywood pour les droits cinématographiques !

– Si tu le dis, tant mieux…

– Ce n’est pas le moment de te laisser abattre ! De la concurrence arrive Dante ! La rançon du succès, tu inspires les gens et ils se mettent à écrire.

– Super. Répondit l’écrivain d’un ton blasé.

– Je suis sérieux ! La maison d’édition a reçu un de ces manuscrits mon vieux ! Tu devrais le lire !

– J’ai pas le temps, ni même l’envie de lire.

– Ah ! Arrête de morfondre un peu !

– C’est tout ce que tu avais à me dire ?

– Non ! Je te dis, on a reçu un manuscrit d’un type qui sort de je ne sais où, incroyable. Le type s’appelle Springsteen !

– Springsteen ?!

– Pas Bruce hein, mais un certain Peter Springsteen.

– Oh putain de merde…

– Quoi ? De… ? Attends, son titre c’est le seul truc un peu bancal de son manuscrit : ‘Du feu pour mon ranch’. »

Dante eut l’impression que son cerveau penchait sur la droite, ses yeux et son regard déviaient eux aussi, comme un plan dans un film, comme un navire qui chavire brusquement. Ses oreilles bourdonnèrent et l’envie de vomir le fit se précipiter vers la sortie.

« – Dante ?! Ça va ? Hey !… Ah merde, c’est le titre du livre de Springsteen qui te chamboule ?… J’aurai dû y penser avant, désolé… Je vais envoyer un message à la maison d’édition, ce titre craint vraiment trop… »

Essayant de prendre appuis sur une borne incendie sur le trottoir et de reprendre ses esprits, une voix familière interpella l’écrivain :

« – Si c’est pas gratte-papier ! Gratte-papier dans la ville des grattes-ciel ! Ça fera un bon titre pour mon prochain bouquin. Et désolé pour ton ranch l’ami, sans rancune entre écrivain maintenant, hein ? J’ai énervé quelques personnes en te dévoilant mon petit trafic et j’ai dû prendre les devants tu vois, brûler ton ranch, c’est comme le Joker quand il dit ‘c’est pas une question d’argent, c’est plus pour envoyer un message’ ou un truc du genre. Mais bon, tu m’en veux pas hein ? On est pareil tous les deux, au final ! Springsteen et Dante, ça ferait de beaux noms pour les personnages d’un roman noir ! »

FIN

Jaskiers

J’ai fait un mauvais rêve… ou un bon cauchemar. (Billet onirique ?)

C’était bien la première fois depuis longtemps, en faite, depuis toujours que je m’étais réveillé avec l’impression que j’étais heureux d’être vivant. Dans ma vie courante, ce sentiment, je ne l’avais pas eu depuis longtemps.

Il m’a fallu ce « rêve » pour réaliser, non, ressentir, le temps de quelques secondes, que je devrais profiter de la vie et arrêter de me tracasser pour un rien.

Mais ce sentiment est venu quelques minutes après mon réveil, j’étais secoué par le cauchemar que je venais de faire.

Voici le rêve que j’ai fait durant la nuit du 03/06/2022 au 04/06/22 :

J’étais dans un hôpital avec une perfusion dans le bras. J’avais un cancer en phase terminal et j’allai mourir d’une minute à l’autre.

Cancer de quoi ? Je n’en sais rien, je me rappelle avoir mal à la cuisse gauche, j’étais épuisé et terrorisé d’attendre la mort.

Je sais qu’il y a plus de détails de ce rêve mais ils sont passés aux oubliettes de ma mémoire. Vous savez, quand vous avez fait un rêve dont vous ne vous souvenez pas mais que les sensations que vous a laissées ce dernier vous tenaille la poitrine et hante vos pensées… C’est frustrant de ne pas pouvoir se souvenir. Le corps, lui s’en souvient, mais l’esprit a décidé qu’il fallait l’oublier.

Je me rappelle l’attente terrible de ma dernière seconde de vie. Puis, je suis sortie de l’hôpital pour faire une dernière balade avant ma mort.

Le soleil reflétait ses rayons sur une des façades de l’hôpital, comme si les vitres de ce dernier étaient des miroirs.

Je vis mon père, maigre, la peau jaunie et tout aussi épuisée que moi, me rejoindre. Je ne me rappelle plus du tout de ce dont nous avons parlé.

Pour information, mon père est mort d’un cancer.

Puis, je retournais dans ma chambre, seul. Un tout petit peu moins terrorisé.

Mais l’attente et surtout cette douleur qui se propageait dans mon corps reprît sa terrible emprise.

Et je me suis réveillé, en sueur, le cœur battant. Puis, j’ai allumé une cigarette pour décompresser et c’est là que j’ai ressenti cette sensation d’être en vie, relativement en bonne santé (ironique de dire que je fumais en même temps d’avoir cette pensée…) et qu’il fallait que j’arrête de me monter la tête pour des petits riens. Et puis, les réminiscences du rêve-cauchemar revinrent me hanter.

J’ai, à l’époque où j’écris cet article, c’est-à-dire le jour même de ce cauchemar, lu pas mal sur la vie de Jim Morrison, sur sa philosophie de vie. Je lisais le « Photojournal » de Frank Lisciandro sur sa relation avec Jim. Il parlait dans ce livre des écrits de Jim sur ses rêves et cauchemars qu’il avait pour habitude d’écrire sur ses carnets notes. Morrison portait une attention particulière à ses rêves, au monde onirique. Je l’ai lu dans sa poésie et on peut l’entendre dans la musique des Doors.

De plus en plus, je remets en question la vie, pas MA vie mais LA vie. Je commence à être persuadé que nous ne voyons qu’une infime partie de notre monde, que la vie a des mystères, des choses puissantes, peut-être peut-on parler de dimensions ou de plusieurs mondes, parallèles au notre. Des choses invisibles, des choses dont nous perdues la capacité de voir et ressentir.

Je pense aux Indiens d’Amérique, aux Égyptiens de l’Egypte antique, ils semblent qu’ils avaient une vision différente, ou mieux, une relation différente avec notre monde. Évidemment, pour les Égyptiens de l’antiquité, cette réflexion est étoffée de toute cette culture connue dans le monde entier, mais les Indiens d’Amériques, bien que martyrisés, mal traités encore aujourd’hui, ont gardé la sagesse, certains rites et secrets qu’ils protègent depuis je ne sais combien de milliers d’années mais qui reste, je pense, trop inconnus du grand public. J’aimerais parler avec l’un d’entre eux. Nous ne pouvons juger de leurs visions du monde car leur peuple, coutumes, croyances, rites, existent depuis des millénaires, enfin je présume. Ils savent, leurs ancêtres savaient des choses sur notre monde, des facettes que nous avons oubliées.

Ce rêve était peut-être une mise en garde ; ne pas trop chercher ce que je ne pourrai pas supporter. Ou peut-être est-ce l’inverse, une sorte de renaissance. Ou bien, c’était juste un rêve.

Un rêve qui m’a marqué. Je fais souvent des rêves, je les écris sur mes carnets depuis presque 8 ans maintenant. Mais j’avais envie de partager ce rêve avec vous car, au fond de moi, je le trouve important. J’entamerai, bientôt je l’espère, des lectures pour ouvrir un peu mes horizons et m’éclairer un peu sur ce monde qui cache à nos yeux des facettes oubliées. C’est peut-être aussi ça le problème, nous ne pensons et croyons qu’avec les yeux. Jim Morrison l’écrivait, nous sommes dépendants des yeux, ils nous offrent un monde, un seul et nos autres sens sont dominés par eux. Je pense qu’il nous faut nous reconnecter à la nature, à notre nature pour pouvoir découvrir le reste et nous émanciper de la dictature de la vue.

Je parle comme si j’étais fou. Et je le suis un peu. Et je revendique que les fous ont peut-être raison. Peut-être voient-ils quelques choses que le commun des mortels ne voit pas où ne veut pas voir et réprime ces fous. Avons-nous peur d’eux parce qu’ils sont fous ou parce qu’ils voient des choses que nous ne pouvons pas voir ni comprendre ? Peut-être que ces fous sont devenus fou car ce qu’ils ont découvert, les choses dont ils ont fait l’expérience les ont laissés sur le carreau. Parce que nous avons oubliés que l’existence est autre chose que le monde physique et observable à l’œil.

Suis-je à la recherche de la Vérité comme Proust, enfant, dans le jardin de grand’tante Léonie à Combray ? Et, qu’en saurais-je que j’ai trouvé cette Vérité ?

À la recherche d’un monde plus juste, doux qui a un sens. Que nous ne pouvons avoir mais qui est là.

Merci d’avoir lu jusqu’ici.

Jaskiers

Bienvenue à la cure de Rien – Partie 5

—> Partie 4 https://jaskiers.wordpress.com/2022/06/30/bienvenue-a-la-cure-de-rien-partie-3/ <—

Je me réveillais allongé dans un lit. J’avais l’impression d’avoir fait la fête toute la nuit. J’avais une soif terrible, la tête lourde et une légère envie de vomir.

Oui, j’étais allongé dans un lit, confortable, la chambre était d’une blancheur à faire mal aux yeux. Une grande fenêtre sur ma droite laissait entrer les rayons d’un soleil voilé par les nuages.

Je fus pris d’une légère crise de panique, car je ne me rappelais plus vraiment où j’étais et comment j’avais fini ici. La mémoire me revint rapidement.

Il y avait un bureau, avec un ordinateur portable fermé dans le coin droit, en face de moi. Dans le coin gauche, une penderie, entre les deux, la porte d’entrée.

À la gauche du lit se trouvait une table et deux chaises avec une jolie vase fleurit par les fleurs que j’avais pu admirer en chemin pour arriver ici.

À droite ma droite, une lampe moderne, design, avec son réveil intégré, un grand verre d’eau que je m’empressais de boire et une note :

« Pour votre réveil !

Désolé pour ce traitement assez difficile, mais pour changer, il faut parfois se faire violence. Vous n’êtes pas notre prisonnier, nous ne sommes pas du Gouvernement Unique. Je suis bien le Docteur Proust, je suis bien là pour vous aider à revivre. Je sais aussi que vous n’êtes pas un agent infiltré.

Disons que notre entretien était certes brutal mais il fallait en passer par là pour être sûr.

Nous ne sommes jamais trop prudent n’est-ce pas ?

Vous, moi-même et tous les gens ici sont en danger, nous nous devons d’être scrupuleux quand nous acceptons un nouveau patient.

Nous avons déjà eu à faire avec des agents essayant de s’infiltrer.

Enfin, reposez-vous, buvez, manger si vous le voulez, un petit en-cas se trouve dans le tiroir de la table de chevet.

Si vous vous sentez d’attaque, vous pouvez tout de suite me demander en utilisant le téléphone incorporé à la lampe de chevet, qui d’ailleurs, fait aussi réveil ! On n’arrête pas le progrès !

N’hésitez pas à vous reposer, j’insiste. Ces dernières heures ont sûrement été les plus mouvementés de votre vie.

En espérant avoir votre confiance, vitale pour votre guérison et votre futur.

Respectueusement, Docteur Gilberte Proust. »

Après avoir lu ces lignes et fini mon verre d’eau, je m’allongeais de tout mon long, j’essayais de reposer mon corps, mes muscles et surtout mes nerfs.

Je savais que j’étais entre de bonnes mains, que je n’étais pas piégé.

Mon esprit vagabonda jusqu’à me rappeler Selena.

Selena ! Elle qui souffre depuis des années, mais qui n’a jamais baissé les bras et qui est maintenant sur la route, encore et toujours.

Une femme… je n’avais jamais pensé aux femmes. Jamais vraiment tombé amoureux, et Selena était la seule femme avec qui j’avais eu une conversation normale, en dehors du travail, depuis des décennies.

Je regardais le téléphone-lampe-réveil. Et si je contactais le docteur Proust pour parler du cas de Selena ? Sûrement, elle avait des contacts avec les autres groupuscules de Divergents, peut-être pourrait-elle la retrouver et l’aider. Ou peut-être pourrai-je l’appeler directement avec le vieux téléphone portable qu’elle m’avait donné dans l’avion…

Mais mon esprit fatigué se rappela à moi, je devais me reposer encore quelques heures pour avoir les idées clairs et détendre mes nerfs encore à vif. Puis, j’aviserai.

Il ne nous reste que ça à faire quand nous avons perdu le contrôle, pour notre propre bien-être, de notre vie, aviser et faire confiance.

Et réfléchir à la suite… car j’étais loin de me douter que je n’étais plus en sécurité, moi et toute la clinique.

À suivre.

Jaskiers

Jusqu’à l’os

L’histoire de son automutilation commença comme beaucoup d’autres. Au collège, avec ses amies. Avec la pointe du compas, ou avec une paire de ciseaux.

C’était devenue une sorte de rite d’entrée dans sa petite bande d’amie. On se scarifiait pour montrer que l’on souffrait, à cause des garçons ou de la famille, des amies et, parfois, pour s’intégrer. Certaines se scarifiaient pour l’attention, faisant semblant de se mutiler discrètement mais ne cachant pas leurs cicatrices. C’était, il faut le dire, un effet de mode. Des séries télés en parlaient. L’héroïne d’une de ces séries se scarifiait et elles faisaient de même, pour l’imiter.

Parfois, un professeur le remarquait et l’une d’elle finissait à l’infirmerie où les parents étaient convoqués d’urgence, et puis, c’était fini.

Si elles continuaient, on les menaçait d’aller les emmener en psychiatrie et cette seule menace arrêtait les moins « sérieuses ».

Quant à Coralie, personne ne se souciait vraiment de ses scarifications. Elle se mutilait plusieurs fois par jour, traînant ses lames sur l’avant-bras, au niveau du biceps, à l’intérieur des cuisses. Son but à elle n’était pas d’attirer l’attention mais de faire sortir son mal-être par le saignement. Chaque goute de sang était un défi aux malheurs. La douleur une échappatoire, la douleur physique peut faire oublier pendant quelque temps la douleur psychique, c’était ce que ressentait la jeune fille. Avec le temps, se mutiler devint même un besoin. Faire sortir le mal par le sang, en quelque sorte, comme au moyen-âge. L’Histoire se répète, inlassablement.

Inlassablement aussi, cette mode de la scarification disparue pour la bande d’amie de Coralie. Mais pour elle, elle continuait.

Ses amies pensèrent qu’elle avait arrêté, mais comme écrit plus haut, Coralie savait mieux faire qu’elles, elle savait cachait ses cicatrices et elle se scarifiait pour une raison, c’était, pour la jeune fille, un échappatoire, un vrai besoin, et pas une mode. Elle avait évidemment commencé pour faire comme les autres, être cool, comme les fumeurs. Et comme les fumeurs, elle devint accro. Les fumeurs deviennent addicts à la nicotine, Coralie, elle, devint accro à la douleur.

Tout addict sait cacher son addiction, ou au moins, fait le maximum d’effort pour s’adonner à leur autodestruction, sans que personne puisse le remarquer.

Coralie ne pouvait pas compter sur ses parents, sur sa mère. sur qui tout le poids des responsabilités était retombé, et encore, c’était quand elle était sobre. Son père la dédaignait, il aurait préféré avoir un garçon. Elle ne pensait pouvoir compter, en aucun cas, sur l’infirmière du collège et, encore moins, sur les professeurs.

Ne comptait que le sang qui coule de son corps, la froide lame qui déchirait la chair et la douleur salvatrice.

Elle réalisa que tant de scarification prenait de la place sur son corps, il fallait soit rouvrir d’ancienne cicatrice, arracher des croutes ou trouver d’autres espaces sur son corps.

Elle se hasardait à trouver d’autres endroits pour s’ouvrir car c’était là la meilleure des sensations qu’une peau, vierge de toute blessure, s’ouvre, fasse mal et saigne.

Le corps a ses recoins, ses endroits qui permettent de se blesser sans attirer l’attention. Elle les avait trouvée et entamait avec parcimonie ses nouvelles zones, pour en garder pour plus tard.

Le temps passa, rapidement, les copines avaient leur premier amour, les vrais, ceux qui brisent le cœur.

Coralie n’en voulait pas de ces relations amoureuses, elle s’éloigna de ses amies, ou peut-être était-ce l’inverse. Vinrent les moqueries, le harcèlement, l’abandon.

Qu’importe, Coralie avait ses lames de rasoir et tout son attirail secret, qu’elle cachait judicieusement un peu partout chez elle, et sur elle, dans les coutures de ses habits ou ses chaussures.

Les deux dernières années de collège s’écoulèrent, dans la douleur. Se faire du mal était devenu la seule manière de se déconnecter de la réalité, du présent, des autres, et même, un peu d’elle-même.

Tout était compliqué. Son corps changeait, ceux des autres aussi. Les garçons s’intéressaient à elle mais Coralie ne voulait pas d’eux. Aucun n’était digne de confiance, pour elle. Trop immature, trop laid, trop beau pour être intéressé par elle, trop étrange, trop curieux, la jeune fille trouvait toujours une excuse pour ne pas répondre aux sollicitations de ces garçons.

Rien ne l’intéressait, à par peut-être le cinéma. Le cinéma, c’était un peu comme durant ses séances de tortures. Le septième art lui permettait de se déconnecter de la réalité, de vivre, par procuration, une autre vie, voyager, apprendre, découvrir d’autres cultures, d’autres langues. S’évader du présent pesant, du passé traumatisant et du futur angoissant. Le cinéma, c’était aussi une mythologie, avec ses acteurs et actrices, ses stars, ses histoires, ses péripéties et ses scandales extra-cinématographique. Les films étaient une sorte d’opium pour elle, et ces histoires de célébrités, un petit plus pour garder encore un peu de l’effet de dépaysement et de déconnexion du monde. Pendant ce temps-là, où le cinéma l’a happé, elle ne se faisait aucun mal. Mais une fois le film finit, une fois sa magie dissipée, elle reprenait ses instruments de torture et œuvrait pour oublier qu’elle était encore coincé dans ce monde qu’elle ne comprenait pas, qui ne la comprenait pas et qui semblait ne pas vouloir d’elle.

Plusieurs fois, Coralie eut l’idée d’en finir avec sa très jeune existence. S’ouvrir les veines du bras serait un jeu d’enfant. La douleur, le sang, cela, elle connaissait, rien ne serait plus simple.

Mais elle avait cette petite voix au fond d’elle, celle qui s’accroche à la vie, l’instinct de survie diront certains, qui lui promettait un avenir plus radieux. Cet espoir que tout peut changer, s’arranger, que la vie réserve parfois de grande et belle surprise, l’empêchaient de commettre cet acte. Ça et la possibilité de se rater. Car cela amènerait à tellement de chose qu’elle ne désirait pas, notamment l’attention, la pitié, la guérison. Cela créerait un séisme dans son existence somme toute bien rangée. Elle contrôlait tout ce qu’elle pouvait, et surtout, son corps. Elle ne voulait pas qu’on lui enleva la scarification. L’adolescente ne voulait pas et avait peur de guérir. Car après tout, guérir, c’était souffrir, encore, mentalement, pour y arriver.

Elle faisait couler son sang, elle trouvait les outils parfait pour se couper, certaines parties du corps demandaient différentes manières, différentes lames pour s’ouvrir et saigner correctement.

Coralie découvrit qu’elle pouvait gratter, empirer bien plus une plaie, l’élargir pour faire couler ce sang qui personnifiait désormais, dans sa psyché, le mal. Cette douleur physique intense prenait tout à l’instant présent, elle ne laissait pas le temps de réfléchir et de se morfondre, de trop penser. La douleur enflammait sa blessure, son cerveau, ses nerfs, rien ne comptait plus que le moment où la douleur était presque insupportable.

Avant son entrée au lycée, l’adolescente décida de se concentrer sur une seule plaie, y aller à fond, voir jusqu’où elle pourrait supporter de s’infliger un tel traitement. Voir jusqu’où pouvait aller sa volonté.

Ayant deux mois pour elle, la jeune fille s’attaqua à sa cuisse droite, la blessure aurait le temps de cicatriser. Et de toute façon, elle ne portait jamais de jupe, encore moins de short.

Avec son ciseau, elle commença à faire une entaille sur la largeur, au milieu de la cuisse.

La douleur était intense, maintenant Coralie pouvait se permettre de s’infliger une souffrance plus grande que celle donnée par les petites entailles.

Le sang coulait abondamment, quand elle attaqua la blessure à vif, l’intensité de la peine se décupla. L’adolescente faillit s’évanouir, pour ce premier jour, elle se contenta de la large entaille, toute la journée, elle veilla à ne pas laisser la plaie commencer la cicatrisation.

Le deuxième jour, la douleur était encore intense mais Coralie avait reprise des forces grâce à une bonne nuit de sommeil.

Cette fois, elle enfonça encore plus profondément la lame du ciseau, une fois à l’intérieur, la vive douleur donna à Coralie une grande satisfaction. Tout son corps brûlait, les petites entailles, c’étaient finit pour elle, place aux grandes, aux plus douloureuses peines que fournissaient les grandes balafres.

La lame de ciseaux bien rentrée dans la chair, elle l’a tourna, faisant un mouvement latéral pour agrandir la totalité de la plaie. L’opération fut longue, la douleur et la libération qu’elle lui procurait la forçaient à prendre une pause tout en laissant la lame plantée.

Le sang coulait, le mal-être avec. C’était une sorte de découverte d’elle-même, plus qu’une simple scarification, c’était un défi, elle qui pensait n’être bonne à rien, c’était se prouver qu’elle était bonne à faire une chose, se faire du mal. C’était aussi un moyen de contrôle, elle qui se sentait confuse, victime de la vie qui lui imposait de grandir. L’adolescente plaçait toute son anxiété dans la douleur. La douleur était devenue la personnification de son anxiété, le sang la preuve que la peine infligée permettait à ses peines de s’évacuer de son corps qui changeait trop vite.

Le troisième jour, le contour de la plaie était devenue mauve, voir légèrement noir. Marcher faisait mal, le tissu de son pantalon, qui frôtait la blessure, provoquait une sensation de brûlure intense.

Ils n’y avaient plus de retour en arrière. Coralie était allée si loin dans la scarification que les petites entailles ne suffiraient plus jamais à satisfaire et à amenuiser sa peine.

S’armant de courage autant que de sa paire de ciseaux, elle serra les dents pour rentrer encore une fois la lame, pour l’enfoncer encore plus profondément.

Les éclairs de douleur la firent, encore une fois, presque tourner de l’œil, mais elle s’accrocha. C’était une libération comme jamais Coralie n’en avait connu avant. Là, ce n’était plus du petit lait, ce n’étaient plus les petites blessures que s’infligeaient ses anciennes amies, elle était passée à un stade supérieur. Pour une fois, pensait-elle, je suis capable de faire quelque chose mieux que les autres.

Serrant toujours la mâchoire, elle fit pivoter la lame pour l’a faire ressortir. Le geste fût horriblement pénible. Elle s’arrêta un peu pour reprendre son souffle et apprécier la douleur aiguë. D’un coup vif, sec, et rapide la lame ressortit. Coralie s’allongea et cria de douleur. Le sang recouvrait maintenant toute sa cuisse. Le muscle avait été entamé.

Coralie ressortit épuisée de cette séance. Elle s’allongea dans son lit et réussit à s’endormir, la douleur agissait comme une berceuse, une présence qui lui donnait l’impression d’être en sécurité.

Elle ne se réveilla pas dans son lit mais dans une chambre d’hôpital. Branchée à des machines qui émettaient à intervalles réguliers des petits bruits sonores. Allongée dans des draps blancs immaculés, la chambre entière était en faite de cette couleur, exempté les meubles d’un rose pâle. Elle était à l’hôpital.

Son premier réflexe fut de regarder sa blessure à la cuisse, elle lui faisait mal. La jeune fille fit glisser doucement les draps sur le côté et vit qu’il n’y avait plus de balafre car il n’y avait tout simplement plus de jambe.

Confuse, elle se sentit s’évanouir, les machines émirent avec plus de régularité leurs sons inquiétants. Coralie ne les entendait plus que vaguement, comme si elle était sous l’eau, sa vision tanguait, elle ferma les yeux.

La porte de la chambre s’ouvrît sur une jeune femme qui se précipitait vers elle.

« – Tu es réveillée ? Comment te sens-tu ?

  • Où suis-je ? Pourquoi j’ai plus de jambe droite ? J’ai soif !
  • Tu es à l’hôpital, tu auras à boire quand j’aurai l’autorisation du docteur. Tu ne sais pas pourquoi tu es là ? Tu ne te rappelle rien ?
  • Non… je me rappelle que je me suis allongée dans mon lit pour faire une sieste, c’est tout.
  • Tu te souviens de ce que tu as fait avant ?
  • Ma blessure à la cuisse ?
  • Oui.
  • Oui, je m’en souviens.
  • C’était de… la scarification, de la mutilation.
  • Oui.
  • Tu ne te rappelles pas t’être réveillée ?
  • Je ne me rappelle rien ! Je m’allonge pour faire une sieste et me retrouve à l’hôpital avec une jambe en moins ! Dites-moi ce qu’il s’est passé merde !
  • Du calme… pour faire court, ta blessure s’est infectée rapidement. Tu as eu une très grosse fièvre, des délires. Tes parents n’ont pas comprit tout de suite que c’était dû à ta blessure mais pensaient juste que tu avais une bonne grippe. Ils t’ont traité à coup de Doliprane pendant deux jours. Tu ne mangeais plus et délirais de plus en plus. Ton père t’a frappé, tu lui as rendu les coups malgré ta faiblesse. Pour te punir, ils t’ont laissé sans soins pendant une journée encore. Ton état avait atteint un stade critique. Tu ne délirais plus, tu passais ton temps à crier. Les voisins se sont demandés ce qu’il se passait et ont appelé la police. Bien évidemment, tes parents les ont bernés en disant que tu étais sortis. Puis, ils t’ont forcé à te lever et ont enfin découvert ta blessure. Ton père t’a remise au lit mais l’état de ta jambe était critique. De peur d’avoir des problèmes avec les organismes sociaux, ils ont essayé de te soigner eux même. Ce qui n’a fait qu’empirer ton état. Tu es tombé dans une sorte de coma. Tes parents se sont violemment disputés, les voisins ont encore une fois appelés la police. Cette fois, ils demandèrent à te voir. Ils ont forcé le passage de ta chambre et t’ont retrouvé dans un état lamentable, inconsciente. Les pompiers sont arrivés, puis, quand tu es arrivée aux urgences, le médecin urgentiste a décidé que ta jambe était perdue et que l’infection pouvait se propager rapidement dans le reste de ton corps. Il a décidé d’amputer. Cela fait trois jours que tu étais dans un coma semi-artificiel. Cela nous amène à aujourd’hui.
  • Je sens encore ma jambe !
  • Cela s’appelle des douleurs fantômes. C’est très gênant mais cela se guérit avec une thérapie.
  • Des douleurs fantômes ?
  • Oui. Comme je te dis, une thérapie spéciale psychologique et physique te sera prescrite après t’être remise et reposée. Nous avons toute une équipe pour t’aider. Et tes parents, eux, ils sont dans un sacré pétrin tu peux me croire.
  • Tant mieux. Douleur fantôme…douleur, douleur. Tant que j’ai encore la douleur, j’irais bien. »

Jaskiers