Anna Karénine de Léon Tolstoï

Quatrième de couverture :

Anna Karénine, très belle femme issue de la haute société où son charme fait l’admiration de tous, est mariée à un fonctionnaire de rang supérieur qu’elle n’aime pas. Elle tombe amoureuse au premier regard d’un brillant mais frivole jeune officier, le comte Alexis Wronsky. Luttant contre cette passion scandaleuse et destructrice, elle finit par s’y abandonner avec un bonheur coupable. Lorsqu’elle attend un enfant de son amant, rongée par sa faute, elle décide d’avouer son infidélité à son mari.

Mais en cette fin de XIXe siècle, dans l’aristocratie de Saint-Pétersbourg et de Moscou, on ne transgresse pas impunément les convenances. Le tragique engrenage se referme alors sur cette âme honnête et droite qui tentera jusqu’à la fin de concilier sa passion et son intégrité.

« Avec Anna Karénine, Tolstoï atteint le comble de la perfection créative. » Vladimir Nabokov

Le second grand roman (1877) de Léon Tolstoï connaît à sa parution un immense succès, alors que la renommée de l’auteur est déjà bien bien établie. Chef-d’œuvre de la littérature russe du XIXe siècle, cette passion sensuelle et tragique qui paraît pour la première fois en France en 1885, marque l’entrée triomphale de la littérature russe dans la culture européenne.

Ma première confrontation avec la plume de Léon Tolstoï. Et je ne suis pas déçus.

Je n’ai pas encore lu Guerre et Paix, je ne pense pas que cela m’empêche de lire et d’avoir lu se gros (plus de 900 pages) livre.

Je le savais, ce livre était hors de ma zone de confort de lecture. J’avais peur de ne pas pouvoir comprendre, de ne pas pouvoir suivre la prose du Monsieur dont j’ai tant entendu parler. Et je l’avoue, rien de tous cela ne m’est arrivé. J’ai adoré la psychologie que Léon Tolstoï insuffle dans ses personnages, la vivacité des dialogues et les réflexions personnelles de l’auteur subtilement disséminées dans son œuvre.

C’est un livre d’amour, un amour impossible à l’époque des Tsars en Russie. Les mœurs, en tous cas dans l’Ouest on complètement changées. J’ai découvert la haute-société Russe du XIXe siècle. Ses coutumes, la place des hommes, des femmes, de tous rangs dans une société qui se questionne, notamment sur le socialisme, le communisme. J’ai l’impression que Tolstoï, mort avant la Révolution Russe, prédit les dégâts du communisme.

Un voyage dans une autre époque, un autre monde presque. Et dire que Anna Karénine a été inspiré par un fait divers, que je ne vous révélerai pas sous peine de vous spoiler, qui a marqué et perturbé Léon Tolstoï. Ce dernier a peiné à pondre cette œuvre mais il l’a fait, et c’est marquant.

Hemingway parlait souvent de ses lectures dans ses correspondances, adorant Hemingway, il me fallait me procurer une œuvre de Tolstoï, voir de quoi il en sortait. Il est facile, après avoir lu ce roman, de comprendre l’affection d’Ernest pour ce grand écrivain russe.

J’imagine Tolstoï, ressemblant à un ermite, avec sa plume et ses feuilles vierges, écrire ses œuvres qui marqueront le monde même encore aujourd’hui. La magie de l’écriture.

Un jour, je vais devoir m’attaquer a « Guerre et Paix », une odyssée m’attends, et je crois devoirs me préparer avant se périple.

Jaskiers

Ma sainte trinité en t-shirt pour Noël :

Rihanna
Kurt Cobain
The Weeknd ( ne sois pas trop jalouse Paquerite )

Le père Noël m’a gâté ! Ils sont un peu froissés car ils sortent juste du papier cadeaux !

J’espère que vous avez passés de bonnes fêtes !

Jaskiers

Accordez moi cette valse de Zelda Fitzgerald

Quatrième de couverture :

Accordez moi cette valse est un roman autobiographique dans lequel Zelda Fitzgerald a transposé sa vision toute personnelle de son mariage avec Scott Fitzgerald. Elle y apparaît elle-même sous le nom, à peine voilé, d’Alabama Beggs, incarnation de ces belles du Sud dont elle était une parfaite représentante. Son mari y figure, lui, sous le nom de David Knight. Écrit en « six furieuses semaines », le manuscrit fut accepté d’emblée par Maxwell Perkins, le propre éditeur et ami de Scott Fitzgerald chez Scriber’s. S’il fut boudé par la critique à sa parution, le livre a été réhabilité lors de sa réédition au début des années 1950. Ce portrait d’un homme doué qui s’autodétruit, enfin apprécié à sa juste valeur, est désormais considéré comme une œuvre « puissante et memorable » (le Times literary supplément) dont les personnages et leurs actions – tragiques – contrastent magnifiquement avec le cadre de la Côte d’Azur ensoleillée où ils évoluent . Au-delà de cette peinture d’une époque et de ses personnages, Accordez moi cette valse est aussi, et peut-être avant tout, un grand roman d’amour.

Ayant beaucoup lu Hemingway, qui rejeté l’alcoolisme et la débauche de Scott Fitzgerald sur sa femme Zelda et, pensait Ernest, était jalouse de la réussite et du talent de son mari. Zelda, elle, pense qu’Hemingway était un macho, un bagarreur et un alcoolique.

Voilà dans quel état d’esprit je commence ce roman autobiographique de Zelda Fitzgerald, écrit pendant un de ses long séjour en hôpital psychiatrique. Elle y mourra d’ailleurs durant un incendie à l’âge de 47 ans.

Une écriture poétique tous le long du roman, la vie d’un couple célèbre des années folles d’après la Première guerre mondiale, le mari devient célèbre pour ses tableaux, la femme, ne voulant pas rester une épouse « passive », vivant avec la richesse de son mari décide, un peu tard, de devenir danseuse étoile.

Il faut voir, comme le dit la quatrième de couverture, entre les lignes la vie des Fitzgerald, Scott écrivain devenant célèbre et Zelda, peinant à trouver sa voie, sa place, un but, une certaine indépendance.

Ce livre est un combat, écrit en 6 semaines pendant son séjour en hôpital psychiatrique, Zelda lache ses regrets et ses rêves brisés tout en déclarant son amour pour son mari et son mariage, certes difficile mais qui a tenu bon malgré l’alcool, les fêtes, les voyages, la notoriété, les disputes et les éloignements.

En somme, oui, un beau roman d’amour, c’est beau et ça fait du bien.

Petite anecdote : Shigeru Miyamoto, le créateur du célèbre jeu vidéo Zelda, ce serait inspiré de Zelda Fitzgerald pour la création de son mythique personnage, la princesse Zelda.

Jaskiers

Mon premier Vogue

J’avais le choix entre ce Vogue et le Vogue homme. J’ai choisi le Vogue normal. Bien sur il y a beaucoup de sujet pour les femmes mais il y avait des articles, et surtout des photos, plutôt intéressants sur l’époque hippie ! Les photographies des mannequins, les habits, bijoux sont impressionnantes. Tout est hors de budget pour moi bien sur mais la mode est une culture qui témoigne de chaque époque, qui part et revient suivant l’état de notre société. C’est pour cela, je pense, que Vogue a choisi de parler de la culture hippie, de ce monde ou tout ce voulait plus simple et avec surtout, surtout, plus d’amour. C’est peut être pour cela aussi que je l’ai acheté.

Maintenant je vais aller écouter Hendrix, Janis Joplin, The Doors, les Stones et un peu de Beach Boys !

Jaskiers

Pourquoi le suicide de Kurt Cobain nous hante encore :

I think I’ m dumb or maybe juste happy

Je n’ai pas connu la musique de Nirvana ni même Kurt Cobain de mon vivant. Kurt s’étant tué quelque mois avant ma naissance. Mais malgré ce fait, j’ai l’impression de faire un deuil de Cobain quelque fois par an ou la musique de Nirvana est la seule chose que je peux écouter. J’ai l’impression en visitant des forums et des conversations sur internet que beaucoup de personnes ressentent la même chose ou l’équivalent. Comme un grand frère parti sans que nous l’ayons vraiment connus. Je pense que Kurt aurai DÉTESTÉ ces mots, lui qui détestai plus que tout d’être un model, une idole, une icône, un porte parole de sa génération. Ce n’était pas le but de sa vie. Ont pourrait dire que le but de sa vie était de faire de la bonne musique, mais il était un éternel insatisfait et la musique tient une triste place dans sa lettre de suicide.

Our little group has always been
And always will until the end

Nous sommes donc là, à se demander, encore sonné, comment Kurt a t’il pu nous laisser. Toute une génération et les autres qui ont suivies, la mienne et les plus récentes sont comme en mal d’un musicien anticonformiste, rebelle mais doux, féministe, génie créatif et à fleur de peaux. Le rock pour moi, a disparu à la mort de Kurt Cobain. Je mets de côté les Slipknots et autres groupe de Métal, car Nirvana faisait du punk ROCK. Si il savait qu’aujourd’hui qu’un membre des Ramones fait des apparitions dans un supermarché pour gagner sa vie, je crois qu’il se demanderai sur qu’elle planète il vit.

A mosquito

Dave Grohl a continué son parcours en créant, avec succès, les Foo Fighters, Krist a lui prit son temps et vient de former un nouveau groupe Giants in the trees. Dave avoue ne toujours pas pouvoir écouter Nirvana encore aujourd’hui. Krist semble plus réservé, Kurt et lui étaient de loin de très bon amis, ensemble depuis le début, dans les galères, les jobs mal payés permettant de payer des sessions d’enregistrement au studio. Dave vint plus tard dans la vie de Kurt, il n’est pas le premier batteur de Nirvana, mais le peu de temps passer avec lui l’ont marqué, surtout que Kurt l’encourageait à continuer d’écrire ses propres musiques.

« Accroche toi, accroche toi mon fils ». Voici les paroles de la mère de Kurt Cobain la première fois qu’elle entendit « Smell like teens spirit ». Krist Novoselic dira après le suicide de Kurt qu’ils n’auraient jamais dû sortir cette musique. Kurt dans son journal écrira « On aurai dû être un groupe de cover de RIM » plutôt que de faire leur propres chansons.

Juste parce que tu es parano, ca ne veux pas dire qu’il ne sont pas après toi.

La mort a toujours hanté les paroles de Nirvana, toutes les chansons étaient écrites par Kurt. Des paroles parfois confuses ou qui n’avait aucun sens. D’ailleurs Weird All Yankovick fera une parodie de Smell Like Teen Spirit à cause de ces paroles sans dessus dessous ce qui amusa Kurt au plus au point. Mais les paroles étaient-elles sans aucun sens ? Quand un journaliste lui demande de parler un peu de lui, Cobain lui répond : It’s all in the meat men, all in the meat… fallait-il lire « You can’t fire me because I quit » dans Scentless Apprentis un avertissement ? J’ai lu plusieurs remarque sur ces fameuses paroles, personnellement, si vous écoutez d’autres chanson de Nirvana, les références au suicide ou à la mort son pléthore. Le triste et presque pathétique « Something in the way » semble être une blague, une parodie d’un Cobain moqueur et joueur, j’ai le même sentiment pour « love buzz », tournant en ridicule les chansons d’amour niaises (et ce n’est pas pour me déplaire).

You can’t fire me ´cause I quit

La première tentative de suicide de Kurt se produit à Rome, dans une chambre d’hôtel, pendant que sa femme Courtney Love dort. Il prends des médicaments avec de l’alcool et laisse un mot accusant Courtney de le tromper. Love ne niera pas, comme on peux le voir dans le documentaire « Montage of Heck » qu’elle aime flirter. « J’aime flirter… Je flirt avec n’importe qui… Je pourrai même flirter avec une chaise ». Pour Kurt, l’infidélité présumée de sa femme lui est insupportable, aillant mal vécu le divorce de ses parents, ont peux comprendre la douleur d’un Kurt, qui déjà hypersensible, dépressif et accro à l’heroine, peut vite sombrer et penser que la mort comme dernier refuge ne serait pas un mal.

Here ´s the one who like all our pretty song

Kurt laisse derrière lui Frances Bean Cobain, sa fille, qui aujourd’hui est une artiste graphique et musicienne. Elle avoue que quand elle entends à la radio Nirvana, elle reproche à son père de l’avoir laissé.

Nous voyons en lui, je pense, une sensibilité que nous avons tous et que nous cachons. Nous nous voyons en lui comme un rebelle, ayant un besoin d’expression constant dont nous aussi nous avons besoin.

Le 5 avril 1994, Kurt s’enfuit de son centre de désintoxication, s’installe dans la dépendance de sa maison de Seattle, se shoot une énorme dose d’héroïne, écrit sa lettre de suicide et se mets un coup de fusils dans la tête, mettant fin à sa vie, à 27 ans. Le monde pleure Kurt Cobain et continu de le pleurer.

Kurt aurai pu être votre fils, frère, père, ami ou mari. Tout avait l’air tellement simple avec lui qu’il attirait beaucoup d’autres personnes par son aura de bonté (même si il ne fallait pas trop le chercher non plus), sa gentillesse et sa simplicité… Mais l’on dis souvent que les meilleurs parent les premiers.

Here we go now, entertain us !

Jaskiers

Guerre d’Espagne : un passion française | Le Monde (hors-série)

Avec en couverture, la plus célèbre photo de Robert Capa et avec comme sujet la guerre d’Espagne je n’ai pas pu résister !

Le magasine contient de très belles photographies, des ouvrages recommandés à la fin du magazine, des interviews d’historiens, une chronologie détaillée et de nombreux articles.

Une passion française ? Peut-être. Mais je retiens la non-intervention de la France et de l’Angleterre du côté Républicain. Laissant les mains libres à Mussolini et surtout à Hitler pour aider les franquistes, les fournirent en armes, véhicules et surtout avions.(N’oublions pas Guernica. Qui n’est pas qu’un tableau de Picasso.) Hitler développera ainsi la technique du Blitzkrieg, la guerre éclaire, qui aidera grandement à la chute de la France.

La guerre civile d’Espagne et le premier volet de la seconde guerre mondiale. Torture, viole, pillage des deux côté, même si l’historien Paul Preston l’écrit dans son livre « Guerre d’Espagne – Une guerre d’extermination » les exactions seront beaucoup plus nombreux côté franquiste.

N’oublions pas non plus les civiles, les réfugiés et républicains fuyant pour la France. Certain républicains espagnols se battront au côté de la Résistance, comme l’écrivain Jorge Semprun, certains mourront, d’autres seront déportés et y trouveront la mort aussi. Je regrette que l’on ai oublié les Résistant espagnols qui se sont battu pour leur pays ainsi que pour la France. Je ne connais pas d’ouvrage, peut être ai-je mal cherché, sur les espagnols dans la Résistance et je trouve cela injuste et dommage.

N’oublions surtout pas les nombreuses femmes Républicaines Espagnoles qui ont pris les armes et qui se sont battues courageusement.

La fin de la dictature de Franco en Espagne prends fin à sa mort le 20 novembre 1975.

N’oublions pas non plus la journaliste Renée Lafont, tué par les franquiste qui n’a pas eu le droit à la légion d’honneur contrairement à ses deux collègues masculins : Guy de Traversay et Louis Delaprée.

Gerda Taro, la reporter photographe compagne de Capa trouvera elle aussi y trouvera la mort à l’âge de 26 ans…

Je conseillerai aussi au lecteur de cette article de lire les ouvrages de Hemingway, notamment son roman « Pour qui sonne le glas » et la mythique journaliste (et ancienne compagne de Hemingway) Martha Gellhorn dont de nombreux ouvrages sont disponibles et que je m’apprête à lire dans quelques temps !

Je vous conseil vivement l’ouvrage de Paul Preston « Une guerre d’extermination : Espagne 1936-1946 »

Cet hors-série est vraiment de qualité et je vous le conseil pour une entrée en matière dans le drame qui a été la guerre civile espagnol.

Jaskiers

Something in the way| Les dernières photos de Kurt Cobain vivant.

Kurt Cobain et son ami de 6 ans, Thor. 10 jours avant sa mort
Lors de la dernière séance photo officiel de Nirvana.
Une des dernières photos de Kurt avec des fans.
It’s better to burn out than to fade away – Nirvana
You can’t fire me because I quit – Nirvana
Lettre de suicide de Kurt, à son ami imaginaire Boddah.

Je n’ai pas voulu me permettre de mettre les photos du corps sans vie de Kurt Cobain, ni les photos de la scène du suicide par respect, pour l’homme et sa famille. Je voulais juste par ces photographies, montrer quel enfer, quelle sombre pensée, un espoir sans lumière au bout du tunnel peut se tapir dans votre psyché. Aussi, ne laissez pas les sourires de l’un de vos proche souffrant vous rassurez. Même si vous avez tout, l’argent, le succès, une famille, les démons peuvent s’installer, détruire votre « moi » intérieur. Les gens diront pourquoi, ils jugeront comme nous jugeons tous. Mais vous êtes vous et ils ne sont pas vous. Chacun est comme il est et porte sa croix. Pour certains, elle est beaucoup trop lourde. Ne nous laissons pas envahir. Vivons, aimons avec compassion. C’est tous ce qu’il nous reste.

Je suis vraiment confus
La mort, c’est qui je suis
J’ai dû mourrir seul, il y a très très longtemps

Si vous avez besoin d’aide, voici la plateforme d’écoute et d’aide en cas de pensée suicidaire : SOS suicide.

Jaskiers

L’élection présidentielle américaine, une analyse approfondie et sérieuse.

D’un côté, Donald J. Trump, candidat à sa propre réélection. Caractériel, incisif, dur, cruel, impulsif, ancienne star de la télé réalité. Qualifié de raciste, d’antisémite, sexiste, qualifiant les suprematistes blanc comme des « good guys » et accros à Twitter. De l’autre côté, Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama. Il se présente avec Kamala Harris comme vice présidente, elle pourrait être la première femme Vice Présidente des Etats-Unis. Biden est plus connu sur l’internet comme étant le « Biden Bro », un meme devenu populaire après la victoire , surprise, de Trump en 2016, où les internautes le mettaient en scène en train d’essayer de faire de mauvaise blague à Trump quand avant son entrée à la Maison Blanche. Voilà pour la présentation des protagonistes.

Maintenant, comment fonctionne l’élection présidentielle américaine. Pas par le vote à la majorité comme chez nous en France (celui qui a le plus de vote gagne) mais par le vote des grands électeurs. Ainsi…

Non sérieusement, je crois qu’on à assez bouffé de politique américaine ces derniers jours, et de la politique de Trump et ses péripéties aussi pathétiques qu’inquiétantes les unes que les autres. Alors voilà un gif de chat et un gif de chien (pas de jaloux comme ça) pour oublié ce bordel mondial dans lequel nous vivons.

J’attends le prix Pullitzer pour cet article. Ne me remerciez pas.

P.s : Biden a gagné et tant mieux, je pense et je j’espère que l’Amérique pansera ses plaies laissé par l’administration Trump.

Jaskiers

La guerre d’Algérie : Algérienne de Louisette Ighilahriz; récit recueilli par Anne Nivat

Je dois l’avouer, je ne connais que très peu des événements et de l’histoire de la guerre d’Algérie. Ce premier livre que j’ai lu m’a éclairé sur les événements vécus du côté des algériens, plus précisément des fellagas. Louisette Ighilahriz était surnommé la « blonde incendiaire » par les soldats français. Capturée, elle survécut à la torture et s’enfuie « en prison » grâce à l’aide et à la compassion d’un médecin militaire français qu’elle n’a jamais pu remercier. Les tortures, les nombreux transferts dans des prisons françaises, le racisme, la haine, les coups, la violence. Le combat d’une femme fière, indépendante, courageuse pour son pays. Ce livre est aussi le combat d’une féministe, isolé dans un environnement extrêmement patriarcal, religieux. Souvent déçue, elle n’a cependant jamais abandonné son combat, ses valeurs et ce en quoi elle croyait. Son récit est rapporté par la grande journaliste française Anne Nivat, lauréate du prix Albert Londres pour son livre « Chienne de Guerre » racontant son périple avec le peuple tchétchène durant la guerre Russo-tchétchène.

Comme écrit avant, je ne connais presque rien de cette guerre ayant opposé mon pays, la France, avec l’Algérie, pourtant je ne me rappel pas avoir séché autant de cours d’histoire qui m’aurait empêché d’apprendre que plus d’un millions de personnes y ont perdues la vie. Je ne savais rien de la torture, pratiquée par mon pays. Les français qui ont pratiquer la torture sur les résistants algériens comme la gestapo l’a fais sur les résistants français. L’histoire ce répète, avec ses même horreurs et ses même combats. Je sais que mon grand père paternel a fais la guerre d’Algérie dans une unité du génie, stationnée à Novi. La première fois, appelé au milieu de la nuit alors qu’il venait d’avoir depuis quelques jours sont premier enfant avec ma grand mère. Selon ses camarades de guerre, il avait très mauvais moral, il ne voulait pas être la. A son deuxième appel à retourner en Algérie, il fut renvoyé dans ses pénates dans l’Allier car sa tension, lors de sa visite médicale, était montée à plus de 22. Il me reste beaucoup à apprendre de ce conflit dont en France on ne parle que très peu, du moins de mon point de vue. Comme celui de la guerre en Indochine et de Ðiện Biên Phủ. Merci les livres qui vont m’aider à en apprendre un peu plus, car ici, en France, personne n’en parle ou alors très peu.

Quatrième de couverture.

« Je souhaite que les français sachent qu’en Algérie, entre 1954 et 1962, il ne s’est jamais agi d’une opération de « maintien de l’ordre » ni d’une « pacification ». J’écris pour rappeler qu’il y a eu une guerre atroce en Algérie, et qu’il n’a pas été facile pour nous d’accéder à l’indépendance. Notre liberté a été acquise au prix de plus d’un million de morts, de sacrifices inouïs, d’une terrible entreprise de démolition psychologique de la personne humaine. Je le dis sans haine. Le souvenir en est lourd à porter. Je souhaite que mon témoignage en provoque d’autres des deux côtés de la Méditerranée ; que les langues d’anciens appelés et d’officiers français qui ont vécu cette guerre et survécu se délient. Je souhaite que l’on retienne de mon histoire qu’il faut préserver l’être humain, d’où qu’il vienne. Ce n’est ni en torturant, ni en avilissant ou dégradant qu’on parvient à ses fin, quelles qu’elles soient. Avec ce livre j’ai accompli mon devoir de vérité. »