Tributes to The Lizard King # 5 | It’s all Over

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Today, it’s all over.

We buried the

Unknown Soldier.

Lighted a candle,

nourished the fire.

Walking in the desert and

Step on a wire.

Trip in the sand, and…

Fell in love with a witch

and her magic wand.

Slowly she raised my hand.

Til’ the heaven stop the hell.

That’s what’s she told me.

Did she loved it?

I can’t tell.

I loved her two time,

One for tomorrow and one for

Today.

It’s all seem to far away,

like the Beatles and Yesterday.

Life is a bet,

to no one’s,

we owe debt.

Baby we gonna be alright,

because we learned how to forget.

As the sun we’ve been waiting for,

Set.

I need to go away,

We are just wanderer,

on planet Earth.

Just flesh, eyes, nervous systems and beating hearts.

Cancel our subscriptions to the

resurrection.

They’re is but one direction,

one thing we will all go through,

you know what I’m talking about.

I leave you, remember me, flamboyant,

no encore.

Followed her in the wood.

You want the world,

Now !

Scream, act bold,

scold because they scorched

our beautiful sister.

As the world go round and round,

we going numb and dumb.

Nobody want to fight in the front line,

for a wicked politician.

Good news !

The hitchhiker is dead !

Peoples flock the street,

but I feel dread.

This was me, the all time !

I had this thirst for love I could not quench

I’ve fallen down.

I can not stand.

Because this is the END.

Jaskiers

Publicité

Tributes to The Lizard King # 4 |A Killer awoke before dawn

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wandering in the darkness

For a moment.

Approaching the light and another.

The hitchhiker full of hatred

Realize he is nothing less than dead.

A cold summer rain

A warm winter snow

in the blanket of ice

He took his final bow.

What happened ? His everything allright Pam ?

Young people still dying for Uncle Sam !

Jim !

Nothing have changed.

Put in some pill, cure my brain.

Of disease

with ease.

Coughing

I’ill stop drinking tomorow morning !

That’s what’s the doctor said.

How much did I paid ?

Cheap drugs

Grave dug

Père-Lachaise

Next stop.

The girl in the window

Still won’t drop.

How they will spread hateful inks

Puting on the paper my weirdest kink.

Always alive

For death I strive

One day I’ll dive

for one last night.

With my pal.

Cosmic Girlfriend

Witch and devil

Is this the end ?

Game ! Took a bet !

Dead body in a bath

mother, father, let your kids avoid the draft !

Beautiful friends, look for a cold blooded lizard

Instead of a scamming wizard.

In few decade will come a friend

destroying the establishment from the inside.

And a bullet In his brain

That will be all he gain.

Everyone carry their pain.

Perverted, divergent generation of unholy saints

Singing for the redemption of…

I’m glad you came.

When I do it alone darling

I feel such a shame.

This is not the same.

Can we stop that game.

Boring end of a day,

an other dead corpse

an other death for hopes.

Oh captain I feel sorry.

Why so much disdain ?

Mistrust ? Why do they deserve

a bullet in the guts ?

Why Am I here ? What’s my worth ?

I will finish my days

with my mistress.

I’ve sang about the scream of a butterfly

Fly,

high,

a life unchained, untied.

Freedom for all.

The real one.

Don’t listen to your president

he too, kill innocent.

Exhuberent, arrogant.

All of them,

adamant,

lunging,

Clinging for power.

Humanity ? For that it’s over.

They send your child

to the slaughter house.

When they should be hanging out

in a road-house.

Dead generation

Forget the past.

It’s their turn now

To turn the tide.

A table turn

the forest burn

kids with gun,

They’ve got the fund,

to wage their war.

But none for them,

by the side of the road,

abandonned again.

The hitchhiker

modern Charon

Cross the river

it is shallow

everythings seems,

so hollow.

How the place you’ll go !

Fly high

Come down

to drown

and die.

You fell of the boat

their’s no one above

Neither below.

How the place you will hurt

Boots full of dust

rifles full of rust.

The killer of the futur,

will taste an other kind

Of lust !

Lost !

Mother ?

Yes son ?

Nothing, I’m moving out, moving on !

Buy the times this message reach you,

I will be long gone

because I alway awoke before dawn.

I put my boots on.

Father ?

Yes son ?

I’m not the one,

searching for honor.

Neither glory.

Don’t you worry

Mom, dad.

I’m glad,

thanks to you, a decent life I had,

reality hit me hard.

Nothing,

meet me at the psych ward !

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 3 | Rising your Mojo

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Lit a cigarette
In front of the audience.
Hit it once
Throw it on them.

Flamethrower
In the trenches,
Audacious !
Going over the fences.
Government lies are denses.

Valse
Tango
Spanish
And Flamenco.

Bulls love mouvement
Not the color !
Smell the blood
Iron odor.

Open the Doors !

travel, jump on the floor

no feast, again ?
No friends
No honor.

Bedroom full
Of books.
Trying to plant some
Roots.

Hangin on to something.
Check the noose.

Give him boose
So he can leave.
On the loose.
He cannot choose.

A freak accident,
By the side of the road,
Dead Natives Indians.
White Americans are
Guilty.

They said ;
Careful !
They’re a killer on a road !
You know the form of his brain !
Tried to change him in vain.
He want to inflict pain.

Hotel money sex and alcool
Hangover as an hyperbole.

Cigarette ashe burned my crotch.
I have to find another dealer
Another dope,
To float my boat.

Tell God
Face Satan,

He’s got himself,
A face, one of a goat.

Watergate,
Call Deepthroat.

A missing colony in Roanoke.

Soft balls, eyes.
hard bones, hole.
Die.

She just want to sleep with some guy.
He just want a relationship.
Church, mariage and
Everything.

How boring…

Guns on the night stand
gonna make the night end.
Note of Achille last stand.

Walking on one leg
shooting with one hand.

The other to busy,
Making provocative gestures.

Yesterday, far away
A Beatles is dead
imagine, song wrote in bed
For a protest
by a millionaire
it’s business
long hair
Man.
Really dont care.

Another shooting
Hitchhiker in the wilderness
Black tharp
Bullets
Cobain brain
Sex drive drained
clout gain
When the music start again.

Daughter of the storm,
birds feeding their offspring
Worms.
They’ve feasted on your dead body.

Morning glory.
Take good care of my wood.
please lady of the street
Be good.

Yelling compliments aloud
head in the clouds.

Give me one ! Please
put myself at ease.
The old men is wise
your thighs, my prizes.

Tight squeeze.

Reflection on the tempo
no mirror
Check ego.

Valentine, oh Valentine !
Officers, I’m innocent !
They started it,
stamping elephant
wear some elegant
cloths.
For you are the galant.
Bed sheets, a talent.

Lucy in the sky with diarhhea

way done bellow.
On the receiving end,
guess a color,
said yellow.

Submarine
Nuclear
missile. Launch.
Being eated alive
by a brown bear. Lunch.

With me you are
You
Tomorow we’ll be good.

But tonight
I’ve met a maniac,
Who think the hear is flat.

Walk on the moon
the dark side
of her. The bright
Influence the sea tide.

Tidy little bedroom
tank crew go boom.

Met the witch on her broom.

Patriarca
Pater Riot

Pussy,
super ball.
An invite
welcome home.

The same rhymes,
the same time.

Kill a men
Don’t go to prison
attacking a demon.

Stay with mom
leave us alone.

Quote on quote
Broad on Broadway’s sidewalk.

Take it, see you, shit sister.

Kneeling for the anthem,

Welcome.

Go home

you are a dead.

Mouvements and conflicts
In our eternity.

Leave
Live light show
making it flows.

Foes full of flaws.

Old papy pays the fine
With rusty Diamonds.

Stay easy and calm
Reproduce.

Scream at the wall.

Great lf the sea

make out the scenery.

Boddah
Woke up !

When ?

Foremost, tomorrow,

Forward, too hard.

First Forest, burn.
Familiar with the boss
But we hate him.

Ate.

Wink.

School called
Let him in.

Fallen
Dragged
Killed.

Holy war,

All in the
Film Noir.

And whiling to be reborn.

No renaissance.

Take your Time.
Reverse the big flow.

A sail laid on the sea tide.

Cancer diagnostic,

let me die.
For what.
Rested my case before and again.
Peaceful resident
Adamant and conscientiously resistant.

I let myself drown into the sea.

We are from another realm ?

Nod your head yes
And I’ll say no.

Go away demon of the night
Yesterday I rested
Today once more,

So let me go !

Your evil dance.

Demonic chance.
See you after.
Today.
The sun is up.
Ghosts throwing up.
They couldn’t handle
Their last cup.

Bye now
World of non-sense.

To never and ever.

Good sight.

For a good bye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King Series # 2 | Turn On The Lights !

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

The music as ended, get up and turn on the lights.

Slowly, my eyes will burn.

Onward !

Let me rest
Fight my inner demons
Unrest.

Outside the window,
Hear the tempest.
Invasive thoughts,
Unwelcomed guest.

Heavy burden, get of my chest.
your finger tips
Run on my skin,
The devil and his jest.

In the never,
Go west,
In the wilderness
thick bushy forest.

Turn on the lights,
Let’s make it bright !

Since the music’s over,
Watch out for the Hitchiker,
Faceless shadow,
Mean, rugged, you disgrace !

I’ll tell you,
When to
Put it off

Because my dear

Death…

it’s not the end
The dark feelings, the bitter,
Bend.
Once more. Over. We’ll do it again.

Just a beginning.

Pass the chemical,
for the American pastoral
Not a country for the Royals.

Let’s go back, to the Grace.
Dear Father, they’re sinner.

To the moon.

All above
A watchtower
No joker
Tell dylan
No tambourin man !

Come again come again !
No ! Next Time.

Right now,
Still need to gather
That mind of mine
thinking about that
Surprise gathering
unlocket it
Took of my hat.
Ready for
The blow-back.

Poor Ophelia, you said it.
The gambler hit.

All in
Chance are
One to five
I only have
Luck this time.

And you, angel,
Wipe out the Dust
With those fairy wings
wind gust.
Throught the Windows
Again, Hitchiker looking for.
Making Widows !

Still, it’s not the time
come
And talk. It will hurt
less
lizard hard eye,
bedroom a mess.

Bring in no priest
banned books all over the place.

Watch for every step,
gain distance from me,
Go away from you.

Still up
mine almost there
Their’s time to spend
life to waste.
no shackles

on wrist.
Welcome, this is not a test
put on weight. The robber
got no vest.

He’s always heading west.

Thunder rolling in the east
maggots and yeast.

Always the same,
Repeating storys
of mother crying
of machins, gunning
Killing,
Bombing.
Rising mister ?
Mojo willing !
Tasty !
Well, billing.

Money for nothin’
The Killer on the road
Gunslingin’

Hooker of my street
Corner.
Hustling with J.Edgar
Hoover.

Over. Not.

Let’s tie another knot !
Hear an other note,
go down and up.

Shining through sherif !
Show, shiner, shining
First photography
aliby !
No you honor,
I’ve condessed
I killed him
jury’s in horror.

Again the window !
Supected spectator
Spectacular and
Sceptical
illusions are not opticals

In my youth
Vigor
Optimum
Continuum
Momentum
Ridin’ bum
Numb
Thumbs press her gum.

Pentobarbital delirium
Til death tear us apart !
Glad to hear from them
the sect
The guru
Solding your gem.

What’s life but a game.

Lights are off, didn’t notice it at first
back at it,
last to run.
Lead the fun
cow-boy empty your gun.

Fragile, fragile !
Careful !
When you move the crate
Treatorous creature !

All on board !
Shot vulture !

Nothing is
Against nature,

Except deprived minds like ours.

Good allure…

Ascending !
Descending…
Deceiving.

Producting
Engenering
Ring
Of
fire.

Situation is dire !

Light spray faster than
A startled cat.

Gaining more fat
Bulking.
For the King.

silence, no more chat.
Dear audience
This is the end

Of the act.

Dim the light.

Slowly.

Dazed and confused.

Down the hatch

Once again, dear friend.

Down and out.

Goodbye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King series # 1 | Under the influence

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wrote under influence

Here I am. Once again I have to take this pill supposed to make me feel good. To stop my sadness and to make me sleep.

Let me tell you, I hate those drugs ! My instinct, when I’ve been prescripted them, told me that’s wasn’t a good thing. I should have followed my instinct. After all, this ancient gift lead us, humanity, to where we are right now.

The first time I took them, they tasted like something… chimical. Almost sour and surely not a moment I look up to when I’m going to sleep.

I accuse them of being responsible for a lot of physical problems. Hair failling out from my scalp.

It mess with my whole body but others, them, they all seems ok after taking it but apparently… the problem is me.

So, once I swallow the pills, I was sure that this drugs will lead me to degradation.

Well I have heard many times, from my gut instinct, from the inside.

So I kept taking it… it was something. I took one a few minutes ago.

telle me the worse situation.

How much of pill consumption do i need ?

This pill also bring non-sens.

This is a strange things, what am I seeing ?

So now, I should really understand.

I dread having to take them.

They burn my brain.

Until the sun rise, that cruel mesure of time. A tic and a toc.

This is messing up everything over there. Why do we need sleep anyway.

Doing it’s things, it’s a very good service !

It’s difficult to write under the influence. Why ? Too hard for you to fully understand. Take one for yourself darling.

They want to kill a loyal customer. I wish I could go and see, but I’m on my way to become a zombi.

I don’t understand why I need this… come on. Why don’t you go inside and leave me alone after consumption ?

What kind of subject do you offer me ?

Vision of tree and fake leather.

Where do you wan’t to lead me ?

What do you want to show me ?

What do you want from me ?

Why are you showing me this ?

Is everything ok ? You burn my brain.

My energy you’re draining.

Too much damage ! I’ll finish in the gutters.

Stop enforcing your laws on me !

Segnõr stop ! I’m only daft, don’t wan’t to die yet !

If only my body could understand. I just want sleep.

How heavy is the mind ? How fragil it is. A simple pill !

The forest is waiting for me. I see the tree, green leaves ! I take some for thee…

How romantic ! Lost in my antics’!

Thanks you Jim for your wisdom,

Because know I’m feeling free !

In my poetry !

Unleash the crazy !

Down, my eyes are bleeding. For trying to escape an heavy mind. Can’t even found solace in the arms of the sleeping god !

Why Am I Even (heaven) here ?

Duality of the two sides of my brain. One telling me : give up yourself my dear. The other ? Too numb, to dumb.

I don’t want it ! But I need it ! Duality, this foe ! You ennemy !

Let me sleep !

But you have to do your deed !

Dead.

Writing till my mind shut off.

A gift for you, dear reader. Kind audience.

This is everyday, a battle for wellness.

A pill, and another one. Waking up in the middle of the night to finish the work. And meeting a strange fellow. A mysterious entity took control. Few hours of sleep and he disapear.

How strange.

Thanks Jim.

To the wizard king !

Keep dancing !

I wish I could… tame my music.

Sorry, I need some sleep.

Jaskiers

Une opportunité rêvée – Chapitre Final

« – Je suis là cobaye ! Pas besoin de me chercher ! Papa vient à toi ! »

Il tira une nouvelle fois, j’avais anticipé le coup avec mes réflexes aiguisés à l’extrême. Les mouvements de son index appuyant sur la détente se firent au ralenti. Mais moi, je ne l’étais pas, au ralenti. J’esquivais la balle qui continua doucement son trajet rectiligne en direction du vieil homme. Tout redevint à vitesse normale d’un coup seul coup, me laissant le temps de faire un bond en avant. Je pris la main du doc’ qui tenait le revolver, la tourna à 360 degrés. Ses os craquèrent dans ma main. Je lui tendis le bras gauche avec ma main gauche et assenas un coup du plat de la main droite sur son coude qui émit un son de bouteille en plastique piétinée. Son bras était brisé.

Je le pris par les cheveux et le projetais dans la chambre. Le pauvre vieux qui avait assisté à tout cela avait été touché à l’abdomen par la balle du docteur que j’avais esquivé. En état de choc, il regardait sa blessure et sa main ensanglantée avec laquelle il essayait d’arrêter l’hémorragie.

Je donna une violente claque à ce vieillard, sa tête percuta le sol sur le sol carrelé. Je ne crois pas l’avoir tué, juste l’avoir assommé, il ne m’avait rien fait, mais qui sait ce qu’il aurait pu faire ? Le docteur l’avait tué après tout, je n’avais fais qu’abrégé son agonie.

J’allais maintenant régler mes comptes avec le docteur, dont le bras gauche au coude fracassé et la main droite broyée n’avaient pas l’air de le faire souffrir.

« – Wow ! Gamin ! J’avais pas prévu ça !

  • Ah non ? Est qu’aviez-vous prévu ?
  • C’était secret…
  • Hey bien ça ne le sera plus !
  • Écoute-moi ! Arrête ça. Tu as tué John, tu es un tueur ! Tu n’as pas assez de sagesse pour avoir une telle force…
  • Allons ! Vous me parlez de sagesse ? Était-ce sage de m’injecter cette… chose ?
  • Je ne savais pas que ça allait prendre une telle ampleur !
  • Qu’aviez-vous en tête exactement ? C’était quoi ces expériences ?
  • C’est militaire ! On… voulait créer… une… substance qui permettrait à un soldat tombé à la mer, marinier ou pilote, de ne pas se noyer…
  • Ça a marché !
  • Oui mais peut-être… trop !
  • Je n’ai pas vraiment à m’en plaindre…
  • Qu’est-ce que vous êtes… devenus exactement mon garçon ?
  • Je ne suis pas votre garçon, ni votre cobaye. Mais depuis l’expérience, mes sens sont comme décuplés, mes réflexes sont aiguisées, ma force physique est incroyable, ma condition physique en elle-même est impressionnante. Ma mémoire, mon intelligence sont passées à un niveau de capacités incroyablement performantes. Je suis passé d’étudiant fauché à sur-homme grâce à votre expérience docteur !
  • Je vois ça… j’ai mal géré la dose… mon projet… c’était de le tester sur vous et d’améliorer la drogue. Vous avez beaucoup souffert pendant l’expérience et cela, même si la vie du soldat est sauvée, n’est pas une bonne chose. Il faut qu’il soit sauvé et puisse reprendre le service le plus rapidement possible, sans séquelle.
  • Vous avez l’air tellement déçus docteur ! Mais vous aviez raison, vous avez créé une révolution. J’ai été le spectateur et l’acteur d’une révolution qui va bouleverser le monde entier ! Vous auriez pu devenir encore plus riche… quoique si nous devenions tous des super-humains, le monde s’écroulerait en quelques jours !
  • Mais je peux peut-être arrêter ça. Vous ne voulez pas rester dans cet état de… super-humain comme vous dites, toute votre vie ?
  • Je n’ai pas vraiment à m’en plaindre. J’ai cassé pas mal de chose sans le vouloir, je dois apprendre à contrôler ma force. Non, je ne veux pas changer.
  • Mais… vous réalisez que cela pourra durer jusqu’à votre mort ? Vous… ce n’est pas une vie ! C’est le mythe de Midas en quelque sorte !
  • Des mythes gréco-romains ! Belle analogie ! Je suis plutôt Hercule, je pense.
  • Je peux vous rendre normal à nouveau !
  • Si vous le pouviez, vous l’auriez fait tout de suite après l’expérience. La vérité, c’est que vous n’avez aucune idée de comment faire marche arrière.
  • Laissez-moi un peu de temps !
  • Mais je ne veux pas redevenir comme avant !
  • Vous êtes devenus un tueur !
  • Je me suis défendu !
  • Vous auriez pu facilement mettre ce pauvre John hors d’état de nuire sans le tuer !
  • Effectivement… mais je ne contrôle pas vraiment ma force comme je vous l’ai déjà répété.
  • Arrêtons cette folie, tous les deux !
  • Et que feriez-vous après ? Vous continuerez vos expériences et ferez souffrir d’autres cobayes et vous ferez de ce monde un champ de bataille !
  • Faites ce que vous avez à faire, dites-moi comment vous voulez que tout cela finisse ! Me tuer ne vous apportera rien. Vous savez que l’organisation vous traquera sans relâche
  • Je le sais, et je les attends. Je suis tellement pressé de m’occuper d’eux, c’est… euphorisant d’utiliser mes incroyables capacités ! Quand à vous, je vais régler notre différent une bonne fois pour toute ! »

Je ramassai son pistolet, j’appuyais le canon sur la tempe du docteur :

« – Un savant fou se suicide après avoir tué son homme de main et un vieux… je ne sais pas vraiment qui il était mais c’est vous qui l’avez condamné. Meurtres suicide, c’est ce qui ressortira de ce carnage, tout simplement !

  • Pit… »

Le coup de feu était partie, sa cervelle dégoulinait sur le mur blanc immaculé.

Je ne pris même pas le temps de regarder les derniers soubresauts de son corps. Je sortis de la salle, découvris après quelques minutes de recherches la salle de surveillance, effaça les enregistrements et brûla les disques durs.

Je sortis du bâtiment, j’allais continuer ma vie comme avant ou presque, car maintenant, j’avais des capacités surhumaines… et confiance en moi. Terriblement confiance en moi.

(A suivre ?)

Jaskiers

Une opportunité rêvée – Chapitre 9

Je décidais d’y aller en courant, comme je l’avais fait pour revenir. J’arrivai en avance, ne sonna pas à l’interphone, ne me dérangea pas à fixer du regard la caméra pour m’identifier. J’eus juste à pousser la poignée de la porte et cette dernière s’ouvrît devant moi, les pênes se brisèrent et le bruit de leur chute sur le sol carrelé raisonna dans l’immense hall d’entrée.

« – Hey docteur ! Votre cobaye est arrivé ! Et il est impatient, impatient de parler des résultats de votre expérience. »

Mes mots aussi raisonnèrent, je savais qu’il me voyait et m’entendait car tout semblait sécurisés dans ce bâtiment. Je repérais une caméra de surveillance, fit un geste amical de la main et pointa ma montre en signe d’impatience.

« – Bonjour cobaye ! »

La voix du docteur se fit entendre par des hauts parleurs. Je m’attendais à de la peur mais pas à de la lâcheté pour un homme de science.

« – Montrer vous doc’ ! Croyez-moi, vous aurez envie de voir ce que je suis devenu grâce à vous ! 

  • Est-ce… une bonne chose ?
  • Ce que je suis devenus ?
  • Oui !
  • Et bien venez vous faire votre propre avis !
  • Vous me paraissez bien agité cobaye ! La destruction de la porte d’entrée blindée sera retenu sur votre rémunération !
  • Oh ! Il n’y a rien dans le contrat que j’ai signé stipulant ce genre de chose docteur ! Mais ce n’est qu’une porte, vous devriez voir ce dont je suis capable grâce à vous !
  • Oh mais quel empressement ! Quel changement effectivement !
  • N’est-ce pas ? Venez voir de plus près !
  • Oh mon garçon ! Pas besoin d’être si pressé ! Dans une expérience il faut observer, avoir de la patience !
  • D’accord, mais… »

John, son homme de main, sortit d’une des portes latérales de gauche et se précipita sur moi. J’avais attendu ce moment depuis plusieurs jours.

Il sortit une matraque télescopique et m’attaqua avec. Je dressai mon avant-bras gauche pour me protéger, la matraque percuta mon bras et elle éclata en plusieurs morceaux. Je ne laissai pas le temps à John de comprendre et lui envoyai un direct du droit en plein nez. Je sentis le cartilage de son nez craquer, je lui envoya un coup de poing avec mon poing gauche dans le ventre. John s’affaissa par terre, à genoux. Je mis un terme à ses souffrances en frappant sa tête d’un coup de pied. Sa nuque fit un bruit de branches séchées sur lesquelles on aurait sauté.

John, allongé sur le dos, la tête dans une position étrange émît un râle rauque, du sang sortait de sa bouche et de ses oreilles. Il agonisait.

« – Docteur ! J’ai besoin d’un autre cobaye ! Le vôtre n’était pas très solide ! »

Le docteur ne répondit pas. Une alarme se mit à gémir.

D’instinct, je me précipitais vers une des portes latérales de gauche, celles où je n’étais jamais allé, celles par où était sorti John. Je pensais que c’était de ce côté que les scientifiques créchaient. Les portes de droites étant sûrement réservées à leurs expériences.

Je me retrouvais dans un couloir similaire à celui où j’avais été torturé. Je pensais qu’ici serait un bon endroit pour une bagarre si plusieurs sbires du docteur se rameutaient, étant dans un couloir plutôt étroit, ils ne pouvaient m’attaquer à plusieurs à la fois.

J’ouvris quelques portes, au petit bonheur la chance. Toutes les portes semblaient mener à des chambres. Des chambres avec lit, table de travail scientifique avec éprouvettes, écrans de surveillance et tutti quanti. J’étais bel et bien dans le quartier où les docteurs et scientifiques observaient et travaillaient sur leurs projets.

Je tombais sur un pauvre hère en caleçon, le crâne chauve avec de fine lunettes.

« – Bonjour monsieur, je suis de la sécurité. Pouvez-vous m’indiquer où se trouve le docteur ?

  • Lequel ?
  • Le docteur qui fait des expériences avec la baignoire.
  • Ah… »

Je sentis que ce monsieur avait compris que je n’étais pas de la sécurité. Il se jeta sur moi. Je l’attrapai par les épaules et le souleva de terre.

« – Monsieur, je suis là pour votre sécurité, le docteur a besoin d’aide, et d’ailleurs vous aussi. Je dois vous amener à la salle de sécurité. »

J’essayais de reprendre mon mensonge histoire de ne pas perdre trop de temps. Et plus les mensonges sont gros, plus les gens ont tendance à les croire. Mais il me regardait, terrorisé.

« – Monsieur ! Nous n’avons pas le temps d’attendre, dites-moi où est le doc’!

  • Su… sûrement dans sa chambre !
  • Quelle chambre ?
  • Au bout de ce couloir.
  • Porte de droite ou de gauche.
  • Gau… gauche ! »

Je reçus comme un coup de poing dans les reins accompagné d’un bruit sourd. Je lâchais le pauvre homme et me retourna pour voir le docteur, un pistolet dans les mains.

Jaskiers

Une opportunité rêvée – Chapitre 8

Je pris un couteau de cuisine et m’ouvris la paume de ma main gauche. Aucune douleur, seulement une pression, mon corps n’acceptait plus la douleur mais envoyait quand même à mon cerveau un signal avec ce ressenti de pression.

Je regardais ma paume ouverte, le sang couler et une croûte se former, là, sous mes yeux ! Le processus de cicatrisation se déroulait à une vitesse incroyable, toujours sans douleur, c’était fascinant de voir mon corps se soigner. En moins de deux petites minutes, l’entaille avait disparu de ma main, même pas de cicatrice, plus rien.

J’étais vraiment devenu une sorte de super-héros, je me demandais si je pouvais voler, oui c’est une pensée qui vous vient à l’esprit quand vous comprenez que vous êtes désormais doté de super-pouvoirs et que vous êtes gavé de films Marvel et DC.

Je ne tentais pas le diable à sauter par la fenêtre de mon immeuble. J’aurais pu le faire, m’éclater par terre et me relever comme si de rien n’était. Mais je ne voulais pas montrer publiquement ce dont j’étais désormais capable.

Je ne voulais pas finir cobaye dans un laboratoire secret du gouvernement.

Cobaye… à cette réflexion une idée germa dans ma tête. Et si j’allai rendre visite au docteur et à son petit ami John ? Et si, je n’étais pas le seul à être devenus super-humain ?

J’écartais cette dernière réflexion de ma tête, je devais être le seul car sinon, j’aurais entendu parler aux infos d’un fou furieux invinsible qui saccageait tout sur son passage. Je me pensais plus sage, un autre que moi se serait fait remarquer. Moi, j’allais la jouer fine.

J’allais demander quelques explications au docteur et lui passer l’envie d’expérimenter. J’allai l’avertir que, maintenant que j’étais devenu ce surhomme, je ne me laisserai plus prendre pour d’autres expériences. Et que son projet, quel qu’il a pu être, qu’importe son but précis, s’arrêtait là, avec moi.

Je décidais d’attendre jusqu’à la semaine prochaine, jusqu’à mon jour de « travail », avant d’entreprendre quoique ce soit. Je mentirais si je disais que je n’avais pas envie d’aller tout de suite aller trouver mon cher tortionnaire et son cher acolyte pour lui faire constater les résultats de ses expérimentations. Mais j’attendis une semaine, au cas où mon état redeviendrait comme avant.

Mais la semaine se passa sans changement dans mon état, je mangeais car j’en avais l’habitude, mais la faim ne me tiraillée jamais, ni la soif. Je dormais, je me forçais à dormir en prenant des somnifères qu’une amie m’avait dépannés. Je n’avais aucune envie de dormir et pas besoin non plus. Le problème était que je n’avais jamais de pauses. J’étais tout le temps conscient, toujours à réfléchir, à penser. C’était effrayant d’être toujours éveillé. Les somnifères ne me firent pratiquement rien du tout. Mon sommeil, si j’ose l’appeler comme tel, n’était qu’en faite de longs moments de méditations.

Les cours étaient devenus simples, je retenais au mot près, chaque chose émises par mes professeurs. Je venais les mains vides en cours, mes amis hallucinaient de ce changement. J’étais un élève moyen toute ma vie, mais là, mes partiels étaient un jeu d’enfant.

Mais le plus étonnant pour moi, c’était ma forme physique. Comme je l’ai mentionné plus haut, je n’étais jamais fatigué, et j’avais une force impressionnante. Je n’ai jamais vraiment fait de sport en dehors de l’école, je n’avais aucun intérêt pour l’activité physique. Mais tous les jours, je constatais une progression dans ma force brute. Je cassais les poignées des portes de mon appartement à simplement appuyer dessus pour les ouvrir. Les poignées me restaient dans les mains. Les verres éclataient sous la pression de mes doigts, j’enfonçais les touches de mon ordinateur et elles finissaient encastrées dans le clavier, qui devint d’ailleurs inutilisables. Les petites choses du quotidien me demandaient de faire attention à ma force.

Ma journée de travail arriva et j’étais pressé de montrer au professeur ce que j’étais devenu. Une sorte de super-homme.

Après avoir passé une nuit à méditer, je me levais pour enfin régler mes comptes avec mon bourreau.

Jaskiers

Une opportunité rêvée – Chapitre 7

« – Très bien… ça sera comme ça à chaque fois ?

  • Ah ! On a changé d’avis ! Hum… je vous laisse la surprise cobaye ! Vous n’avez pas le droit de savoir à l’avance cela pourrait fausser les résultats !
  • Bien… évidemment. Puis-je rentrer chez moi ?
  • Vous sentez vous bien ? Enfin je veux dire… mieux ?
  • Ça ne pourrait pas être pire que durant l’expérience honnêtement mais oui. Quelle heure est-il ?
  • 23h45. Votre journée de cobaye finie à minuit. Je vous conseille de rester encore 10 minutes avec la perfusion et vous serrez complètement remis d’aplomb !
  • Évidement… remis d’aplomb… j’enlève ma perfusion seul et je sors seul aussi ?
  • Voulez-vous que j’appelle John pour vous enlever cette petite aiguille dans votre bras et vous portez jusqu’à la sortie ?
  • Très drôle ! Je me débrouillerai…
  • Bien ! Voyez comme nous nous entendons bien ! À la semaine prochaine cobaye ! Frais et dispos, même jour même heure pour encore marquer l’histoire avec un grand « H » ! L’histoire de la médecine ! Vous serez peut-être un jour dans les livres d’histoires qui sait ? Ah ! Sacré veinard ! Sayonara !
  • C’est ça ouai à plus.
  • Ah j’oubliais… vous les jeunes et vos téléphones ! »

Il me balança mon smartphone et claqua la porte derrière lui.

J’attendis jusqu’à 11h55 comme conseillé par le charmant docteur. J’enlevais la seringue de mon bras d’un coup sec comme j’avais vu faire dans les films d’horreur. Je ne sentis aucune douleur, le liquide était sûrement un anti-douleur puissant.

Je me précipitai vers la sortie, mes muscles, mes poumons ne me faisaient plus souffrir, je me sentais léger, l’impression d’être sur un nuage.

Les portes s’ouvrirent automatiquement à mon passage. Dans le grand hall d’entrée, toujours personne, une fois dehors, dans la nuit, je réalisais que j’allais devoir rentrer chez moi à pied car plus aucun bus ne passait. J’aurais pu prendre le métro mais à cette heure, les rames étaient un repère de gens pas vraiment fréquentables et pas du tout amicaux.

Je me sentais dans une forme olympique. Je me mis à courir, sans m’arrêter je fis une bonne quinzaine de kilomètres, je n’étais pas essoufflé, pas fatigué et à ma grande surprise, ma course se faisait à une vitesse dont je ne me croyais pas capable. J’étais étudiant, et pas dans une filière sportive loin de là. J’étudiais pour vivre confortablement derrière un bureau pas pour enchaîner les marathons. Je n’avais aucune condition physique, et aucune envie de l’améliorer, cette condition.

Je repris ma foulée, les rues étaient vides à l’exception des banlieusards, des chats et des chiens errants. Aucun ne m’importuna pendant ma course.

J’arrivai chez moi en moins d’une demi-heure, surprenant, car l’aller, où j’avais pris les transports en commun, m’avait pris plus d’une heure.

Je me jetai dans mon lit sans me déshabiller et je fermais les yeux, je pensais m’endormir comme une masse mais non, je n’étais pas fatigué. J’aurais voulu dormir sur le coup pour vite oublier cette terrible journée, me réfugier dans le sommeil mais il me fuyait. Après quelque minute de réflexion, je pris une douche, ouvrit mon ordinateur et décida de rattraper mes cours. J’y passai toute la nuit.

Il me fallait aller en cours, sans avoir dormi de la nuit et après avoir été torturé la veille. Aucune fatigue, même après cette nuit blanche a travaillé. Je commençais à me poser des questions. Était-ce l’effet du mystérieux liquide de la perfusion ou était-ce dû à la terrible expérience, à cette piqûre qui m’avait enflammée les poumons ? Étais-je tout simplement en état de choc ? Encore sous l’influence de l’adrénaline après tout ce temps ?

J’allais à mes cours, à pied. Mes quelques amis me trouvèrent « radieux », « changé mais en bien hein ! », « énergique », « sous l’effet d’un rail de coke » ou encore « t’as l’air éveillé tu vois, comme si t’avait bien dormi toute la nuit et tout tu vois ».

Les changements n’étaient pas que dans ma tête, ils étaient physiques et mes amis l’avaient remarqué.

Encore une surprise quand en cours, j’assimila tout ce que disait les professeurs. Aucunement besoin de prendre de note, tout me semblait si simple. À midi, je décidais de rentrer à l’appartement. J’avais peur de ce nouveau moi, j’avais déjà dû faire face aux questions de mes amis, comment avais-je pu changer autant en une journée ? Est-ce que tout cela n’était que temporaire ?

Est-ce que je redeviendrai comme avant, normal ? Et si la douleur revenait ?

La réponse à cette question, c’était le temps. Attendre et voir. J’estimais que si au bout de deux jours, j’étais encore dans cet état, cela signifierait que j’étais bel et bien une nouvelle personne, j’avais quelque chose d’incroyable, je deviendrai un superhéros comme on le voit dans les films.

Est-ce que cela m’enchantait ? Oui et non. Même si c’était une galère, ma vie d’étudiant fauchée était une vie que j’avais choisie et appris à apprécier. C’était difficile mais l’être humain peut s’habituer à tout, nous avons une capacité d’adaptation qui a fait de nous l’espèce en haut de la chaîne alimentaire. Je n’avais par contre pas prévu de devenir une sorte de « super » homme après avoir servi de cobaye. Je m’attendais à être malade, voir à mettre ma santé future en danger et tout ça pour un bon paquet de fric. Mais tout le contraire s’était produit, j’étais comme invulnérable. Pas soumis au sommeil, ni à la faim, ni la soif. Car depuis que j’étais revenu, je n’avais rien avalé, ni nourriture, ni boisson, je n’en ressentais pas le besoin ni l’envie.

Chez moi, je fis quelques expériences, c’était à mon tour de d’expérimenter.

Jaskiers

Une opportunité rêvée – Chapitre 6

Je me réveillai dans une pièce blanche immaculée, allongé sur un petit lit.

Mes poumons me brûlaient moins, je pouvais me mouvoir plus facilement. Je découvris aussi que j’étais sous perfusion, un liquide bleu phosphorescent se déversait dans mon bras droit.

J’eus l’instinct premier de l’arracher mais considérant que mon état s’était amélioré, je pensais que c’était ce liquide qui me redonnait des forces.

La pièce n’avait aucune fenêtre, aucune horloge. Je n’avais aucun moyen de savoir l’heure. Par instinct, je mis mes mains dans mes poches à la recherche de mon portable mais ne trouva rien. Aussi étonnant que cela puisse être, jamais, au cours de cette expérience on ne me demanda de me changer. J’étais resté habillé comme j’étais entré.

La tête encore lourde, pas comme une migraine mais comme si mon cerveau pesait une tonne, je me rallongeais et dormis encore.

Je fus réveillé par le docteur.

« – Hey bien cobaye au bois dormant ! Bien dormis ?

  • Ouai…
  • Ça va mieux ?
  • Oui…
  • C’était quelque chose hein ?
  • C’était l’horreur oui…
  • Oh petit ingrat ! Tu es aux premières loges d’une révolution de la médecine !
  • Vous pouvez changer de disque un peu ! Je suis plutôt une victime de cette révolution.
  • Mais vous n’êtes pas une victime ! Arrêtez votre cinéma ! Et vous savez, vous avez signé de votre plein gré.
  • Oui, et je le regrette.
  • Ingrat !
  • D’ailleurs j’arrête, c’est fini. Payez-moi et laissez-moi filer.
  • Bien sûr que vous allez être payé ! Mais vous vous êtes engagé pour huit séances !
  • Je ne pensais pas affronter la mort.
  • La mort ? Mais quel acteur ! Quel acteur ! Vous n’avez pas affronté la mort ! Au contraire, vous étiez immortel !
  • C’est ça le truc donc, vous voulez rendre l’humain invulnérable ?
  • En gros oui ! Savez-vous combien de temps vous êtes resté la tête sous l’eau ?
  • J’en sais rien, je n’avais aucune notion du temps.
  • Estimez ! Allez !
  • Ce n’est pas un jeu ! J’arrête tout !
  • 21 minutes sous l’eau ! Presque une demi-heure sous l’eau et sans mourir ! Vous pouviez même bouger autant que vous le vouliez, enfin prenant en compte que vous étiez attaché à une planche mais jamais vous n’avez perdu conscience sous l’eau !
  • Mais après si !
  • Mais c’est à cela que vous servez cobaye !
  • Arrêtez de m’appeler cobaye. J’arrête aujourd’hui !
  • Voyons, un contrat est un contrat.
  • Hey bien je le romps ce contrat !
  • Malheureusement… cela me chagrine vraiment et je comprends votre colère, ou plutôt votre peur. Mais vous êtes obligé de remplir les clauses de votre contrat.
  • Je prendrai un avocat, je ferai tout mon possible pour arrêter ce calvaire.
  • Rien ne vous empêche d’agir comme cela mais, voyez-vous… nous sommes… riches. Riches et avec des… contacts. Contacts assez haut placés pour vous mettre des bâtons dans les roues. Voyez… vous êtes à la fac et… en quelque coup de fil, je pourrai m’arranger pour que votre année ne soit pas validée, modifié quelque résultat de partiels à votre désavantage, faire propager quelques rumeurs… pas très glorieuses à votre propos.
  • Ah bon, vous vous donnerez tant de mal que ça pour moi ?
  • Évidemment ! Vous êtes précieux pour nous cobaye !
  • Arrêtez de m’appeler cobaye maintenant !
  • Il serait tellement dommage, tellement, que quelque chose de fâcheux arrive à votre mère ou à votre sœur. D’ailleurs, comment ça se passe son entrée au lycée à cette dernière ? »

Je pâlis à ces dernières paroles. Le docteur menaçait ma famille, une menace est une chose mais une menace avec des informations précises sur un point de pression sensible, dans mon cas ma famille, c’est tout autre chose.

Même si je décidais de lutter et d’en subir les conséquences, je ne voulais en aucun cas mettre ma famille en danger.

Il me tenait. J’étais un cobaye. Son cobaye.

Jaskiers