This someone in the mirror (A short story/reflexion)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Have you ever had this curious sensation, when you look at yourself in the mirror and wonder who is it that the glass is reflecting?

Of course, it’s you. Here you are, this is you, physically at least.

You move your head, you realize that you’ll never have the possibility to see yourself with your own eyes, you need a mirror or a photography.

This is a curious and powerful moment. Everything that is happening, everything you lived through, every damned second of you life have been happening in that head, that head reflected by the mirror. This is you, your physical entity.

While thinking about this curious feeling, your thoughts lead you to the infinite of space, the universe.

You realize how futile the human body is compared to the apparent endlessness of our world.

After this weird feeling, which started to become an overwhelming one, you are confronted with death.

Am I really alive? Is this really my reflexion in that mirror or what I think I look like? Is it someone else? Am I really alive? What does « alive » mean? Living? I can see my face, it’s physical, my existence take it’s form in that body of mine.

And what if I die? Am I already dead? What if it was all a lie? What if this life I’m living is just my imagination? Do I really understand that I am real?

As you asking yourself those hypotheticals questions, imagine you see the reflexion in the mirror moving, reflecting you, but it’s start to move on it’s own, it is not reciprocating your movement but live and act on it’s own accord.

Imagine that you follow the movement of that reflexion.

You are becoming the mirror.

You are the reflexion now.

You’re in the wrong side of the glass, if there ever was a wrong side.

What are you really when your one true self is looking at the mirror?

Other than that, when your independent reflexion leave, you are nowhere, in a place where existence isn’t real, imagine space but you can’t move and at the same time you’re drifting slowly. You can see but you see nothing. You only really exist when the other you present itself in front of the mirror.

But let’s go back, you are yourself now. The reflexion in the mirror is living its life.

It’s something frightening to see your body living a life of its own. A feeling of loosing control slowly overwhelm you. What does your body do? What’s life in this reflexion for the other you? How do you think you’ll feel? Like this is not really you? This other body that look exactly like yours live a life that is completely different from the real one. Yet it’s your body that you can see. Is that other physical life completely at the opposite of what your current existence is? Are you the same entity?

What if that reflexion start noticing you and realize that you are his reflexion? Do you think you would talk to each other? What kind of questions would you ask to that other you? What kind of question will he ask you?

Imagine seeing this reflexion of you passing through the mirror, touching your face.

You can join them or let them join you.

What will be you decision?

What if life was nothing but a very long and painful hallucination? A farce? A joke? A simulation?

A simple, yet sophisticated, reflexion of you own thoughts?

What if since the beginning, you don’t exist? Never was and never will be?

Your physical being is just a reflexion. From a mirror, a photography, someone eyes. You only really exist inside your mind. So, should we really put this much importance towards apparence? Shouldn’t we trust what we feel instead of what we see?

Our world is inside our minds. Individually and collectively.

Jaskiers

Publicité

People are strange (A short story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Letter received and diffused by The New-York Pines after the gruesome discovery of a dead body in Greenwich Village :

Greetings New-Yorkers and to the whole wide world ;

I discovered that I must be a strange fellow since my art wasn’t recognized the way I thought it would be.

This is annoying to put your heart and soul into something and seeing it end up being a disaster.

Maybe because people are strange, or maybe this is all me. I’m confused…

I’ve carefully choosed my subject and the scenery. The message that I wanted to share with the world completely falled apart. Nobody seems to have really understood my work, my art. I have put a lot of heart and effort into it. But people don’t seems to appreciate this art of mine.

It was beautifull, at least from my point of view.

Carefully hanged on an old telegraphic wire linking two building, hanging in the air and crossing a busy and scenic commercial street, there was exposed my masterpiece, for you all to see.

A torso that I, the « misunderstood artist » sculpted and carved into the most noble components. A component that no artist ever use, or very rarely.

Just a torso a real human torso, suspended in the air in the same pose as the Christ on his cross.

It took some time to do this… finding the right materials, the place… It took some thinking to hang my art piece in the right place. I won’t really go into details, a magician keep is secret, and so does the artist.

What kind of message I wanted to vehiculate ? This is the kind of questions no artists should answer ! Let it to your audience to build their own opinion. Why does the artist always need to explain his work ? It’s too easy if we revealed the true meaning of our art ! Let the individual to make is own assumption. That’s why art exist : make up your own minds, find the meaning, your personnal one.

Does a piece of art always have to make sense ? Hell no ! It have a meaning for sure, unconsciously, we give it one when we’re creating it. Personally, I let my instincts take the wheel of my creativity. Can’t go wrong if it is from a feeling deep within my soul that my art come to life.

But, like I said before, people are strange. Jim Morrison used to sing about this. He probably knew how strange it was to be an artist, a successful one, and seeing all those peoples, fans, journalists, critics, others artists, criticizing your work and at the same time your life. Wich is stupid !

Let me give you and advice : you have to differentiate the personnal life of an artists from his work. Those are two completely different entities.

And as for the way an artist express himself, one should not judge them to harshly.

Of course I say that in my own defense because I know that I have traumatised peoples by hangin a real human torso in a middle of a busy street.

Lessen, it was an experience, yes a awfull one but I did get reactions !

Next time, I’ll kill the guy in front of your innocents and pathetic eyes !

What I did was art. And it’s a disrespectful to call me a narcissistic and perverted killer !

I have made New-York a trend Again ! I’m the new Andy Warhol !

I am a king maker ! That is the name that I want you all, fucking maggots, to call me : The King Maker !

Sincerely ;

The King Maker.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 5 | It’s all Over

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Today, it’s all over.

We buried the

Unknown Soldier.

Lighted a candle,

nourished the fire.

Walking in the desert and

Step on a wire.

Trip in the sand, and…

Fell in love with a witch

and her magic wand.

Slowly she raised my hand.

Til’ the heaven stop the hell.

That’s what’s she told me.

Did she loved it?

I can’t tell.

I loved her two time,

One for tomorrow and one for

Today.

It’s all seem to far away,

like the Beatles and Yesterday.

Life is a bet,

to no one’s,

we owe debt.

Baby we gonna be alright,

because we learned how to forget.

As the sun we’ve been waiting for,

Set.

I need to go away,

We are just wanderer,

on planet Earth.

Just flesh, eyes, nervous systems and beating hearts.

Cancel our subscriptions to the

resurrection.

They’re is but one direction,

one thing we will all go through,

you know what I’m talking about.

I leave you, remember me, flamboyant,

no encore.

Followed her in the wood.

You want the world,

Now !

Scream, act bold,

scold because they scorched

our beautiful sister.

As the world go round and round,

we going numb and dumb.

Nobody want to fight in the front line,

for a wicked politician.

Good news !

The hitchhiker is dead !

Peoples flock the street,

but I feel dread.

This was me, the all time !

I had this thirst for love I could not quench

I’ve fallen down.

I can not stand.

Because this is the END.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 4 |A Killer awoke before dawn

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wandering in the darkness

For a moment.

Approaching the light and another.

The hitchhiker full of hatred

Realize he is nothing less than dead.

A cold summer rain

A warm winter snow

in the blanket of ice

He took his final bow.

What happened ? His everything allright Pam ?

Young people still dying for Uncle Sam !

Jim !

Nothing have changed.

Put in some pill, cure my brain.

Of disease

with ease.

Coughing

I’ill stop drinking tomorow morning !

That’s what’s the doctor said.

How much did I paid ?

Cheap drugs

Grave dug

Père-Lachaise

Next stop.

The girl in the window

Still won’t drop.

How they will spread hateful inks

Puting on the paper my weirdest kink.

Always alive

For death I strive

One day I’ll dive

for one last night.

With my pal.

Cosmic Girlfriend

Witch and devil

Is this the end ?

Game ! Took a bet !

Dead body in a bath

mother, father, let your kids avoid the draft !

Beautiful friends, look for a cold blooded lizard

Instead of a scamming wizard.

In few decade will come a friend

destroying the establishment from the inside.

And a bullet In his brain

That will be all he gain.

Everyone carry their pain.

Perverted, divergent generation of unholy saints

Singing for the redemption of…

I’m glad you came.

When I do it alone darling

I feel such a shame.

This is not the same.

Can we stop that game.

Boring end of a day,

an other dead corpse

an other death for hopes.

Oh captain I feel sorry.

Why so much disdain ?

Mistrust ? Why do they deserve

a bullet in the guts ?

Why Am I here ? What’s my worth ?

I will finish my days

with my mistress.

I’ve sang about the scream of a butterfly

Fly,

high,

a life unchained, untied.

Freedom for all.

The real one.

Don’t listen to your president

he too, kill innocent.

Exhuberent, arrogant.

All of them,

adamant,

lunging,

Clinging for power.

Humanity ? For that it’s over.

They send your child

to the slaughter house.

When they should be hanging out

in a road-house.

Dead generation

Forget the past.

It’s their turn now

To turn the tide.

A table turn

the forest burn

kids with gun,

They’ve got the fund,

to wage their war.

But none for them,

by the side of the road,

abandonned again.

The hitchhiker

modern Charon

Cross the river

it is shallow

everythings seems,

so hollow.

How the place you’ll go !

Fly high

Come down

to drown

and die.

You fell of the boat

their’s no one above

Neither below.

How the place you will hurt

Boots full of dust

rifles full of rust.

The killer of the futur,

will taste an other kind

Of lust !

Lost !

Mother ?

Yes son ?

Nothing, I’m moving out, moving on !

Buy the times this message reach you,

I will be long gone

because I alway awoke before dawn.

I put my boots on.

Father ?

Yes son ?

I’m not the one,

searching for honor.

Neither glory.

Don’t you worry

Mom, dad.

I’m glad,

thanks to you, a decent life I had,

reality hit me hard.

Nothing,

meet me at the psych ward !

Jaskiers

Tributes to The Lizard King # 3 | Rising your Mojo

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Lit a cigarette
In front of the audience.
Hit it once
Throw it on them.

Flamethrower
In the trenches,
Audacious !
Going over the fences.
Government lies are denses.

Valse
Tango
Spanish
And Flamenco.

Bulls love mouvement
Not the color !
Smell the blood
Iron odor.

Open the Doors !

travel, jump on the floor

no feast, again ?
No friends
No honor.

Bedroom full
Of books.
Trying to plant some
Roots.

Hangin on to something.
Check the noose.

Give him boose
So he can leave.
On the loose.
He cannot choose.

A freak accident,
By the side of the road,
Dead Natives Indians.
White Americans are
Guilty.

They said ;
Careful !
They’re a killer on a road !
You know the form of his brain !
Tried to change him in vain.
He want to inflict pain.

Hotel money sex and alcool
Hangover as an hyperbole.

Cigarette ashe burned my crotch.
I have to find another dealer
Another dope,
To float my boat.

Tell God
Face Satan,

He’s got himself,
A face, one of a goat.

Watergate,
Call Deepthroat.

A missing colony in Roanoke.

Soft balls, eyes.
hard bones, hole.
Die.

She just want to sleep with some guy.
He just want a relationship.
Church, mariage and
Everything.

How boring…

Guns on the night stand
gonna make the night end.
Note of Achille last stand.

Walking on one leg
shooting with one hand.

The other to busy,
Making provocative gestures.

Yesterday, far away
A Beatles is dead
imagine, song wrote in bed
For a protest
by a millionaire
it’s business
long hair
Man.
Really dont care.

Another shooting
Hitchhiker in the wilderness
Black tharp
Bullets
Cobain brain
Sex drive drained
clout gain
When the music start again.

Daughter of the storm,
birds feeding their offspring
Worms.
They’ve feasted on your dead body.

Morning glory.
Take good care of my wood.
please lady of the street
Be good.

Yelling compliments aloud
head in the clouds.

Give me one ! Please
put myself at ease.
The old men is wise
your thighs, my prizes.

Tight squeeze.

Reflection on the tempo
no mirror
Check ego.

Valentine, oh Valentine !
Officers, I’m innocent !
They started it,
stamping elephant
wear some elegant
cloths.
For you are the galant.
Bed sheets, a talent.

Lucy in the sky with diarhhea

way done bellow.
On the receiving end,
guess a color,
said yellow.

Submarine
Nuclear
missile. Launch.
Being eated alive
by a brown bear. Lunch.

With me you are
You
Tomorow we’ll be good.

But tonight
I’ve met a maniac,
Who think the hear is flat.

Walk on the moon
the dark side
of her. The bright
Influence the sea tide.

Tidy little bedroom
tank crew go boom.

Met the witch on her broom.

Patriarca
Pater Riot

Pussy,
super ball.
An invite
welcome home.

The same rhymes,
the same time.

Kill a men
Don’t go to prison
attacking a demon.

Stay with mom
leave us alone.

Quote on quote
Broad on Broadway’s sidewalk.

Take it, see you, shit sister.

Kneeling for the anthem,

Welcome.

Go home

you are a dead.

Mouvements and conflicts
In our eternity.

Leave
Live light show
making it flows.

Foes full of flaws.

Old papy pays the fine
With rusty Diamonds.

Stay easy and calm
Reproduce.

Scream at the wall.

Great lf the sea

make out the scenery.

Boddah
Woke up !

When ?

Foremost, tomorrow,

Forward, too hard.

First Forest, burn.
Familiar with the boss
But we hate him.

Ate.

Wink.

School called
Let him in.

Fallen
Dragged
Killed.

Holy war,

All in the
Film Noir.

And whiling to be reborn.

No renaissance.

Take your Time.
Reverse the big flow.

A sail laid on the sea tide.

Cancer diagnostic,

let me die.
For what.
Rested my case before and again.
Peaceful resident
Adamant and conscientiously resistant.

I let myself drown into the sea.

We are from another realm ?

Nod your head yes
And I’ll say no.

Go away demon of the night
Yesterday I rested
Today once more,

So let me go !

Your evil dance.

Demonic chance.
See you after.
Today.
The sun is up.
Ghosts throwing up.
They couldn’t handle
Their last cup.

Bye now
World of non-sense.

To never and ever.

Good sight.

For a good bye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King Series # 2 | Turn On The Lights !

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

The music as ended, get up and turn on the lights.

Slowly, my eyes will burn.

Onward !

Let me rest
Fight my inner demons
Unrest.

Outside the window,
Hear the tempest.
Invasive thoughts,
Unwelcomed guest.

Heavy burden, get of my chest.
your finger tips
Run on my skin,
The devil and his jest.

In the never,
Go west,
In the wilderness
thick bushy forest.

Turn on the lights,
Let’s make it bright !

Since the music’s over,
Watch out for the Hitchiker,
Faceless shadow,
Mean, rugged, you disgrace !

I’ll tell you,
When to
Put it off

Because my dear

Death…

it’s not the end
The dark feelings, the bitter,
Bend.
Once more. Over. We’ll do it again.

Just a beginning.

Pass the chemical,
for the American pastoral
Not a country for the Royals.

Let’s go back, to the Grace.
Dear Father, they’re sinner.

To the moon.

All above
A watchtower
No joker
Tell dylan
No tambourin man !

Come again come again !
No ! Next Time.

Right now,
Still need to gather
That mind of mine
thinking about that
Surprise gathering
unlocket it
Took of my hat.
Ready for
The blow-back.

Poor Ophelia, you said it.
The gambler hit.

All in
Chance are
One to five
I only have
Luck this time.

And you, angel,
Wipe out the Dust
With those fairy wings
wind gust.
Throught the Windows
Again, Hitchiker looking for.
Making Widows !

Still, it’s not the time
come
And talk. It will hurt
less
lizard hard eye,
bedroom a mess.

Bring in no priest
banned books all over the place.

Watch for every step,
gain distance from me,
Go away from you.

Still up
mine almost there
Their’s time to spend
life to waste.
no shackles

on wrist.
Welcome, this is not a test
put on weight. The robber
got no vest.

He’s always heading west.

Thunder rolling in the east
maggots and yeast.

Always the same,
Repeating storys
of mother crying
of machins, gunning
Killing,
Bombing.
Rising mister ?
Mojo willing !
Tasty !
Well, billing.

Money for nothin’
The Killer on the road
Gunslingin’

Hooker of my street
Corner.
Hustling with J.Edgar
Hoover.

Over. Not.

Let’s tie another knot !
Hear an other note,
go down and up.

Shining through sherif !
Show, shiner, shining
First photography
aliby !
No you honor,
I’ve condessed
I killed him
jury’s in horror.

Again the window !
Supected spectator
Spectacular and
Sceptical
illusions are not opticals

In my youth
Vigor
Optimum
Continuum
Momentum
Ridin’ bum
Numb
Thumbs press her gum.

Pentobarbital delirium
Til death tear us apart !
Glad to hear from them
the sect
The guru
Solding your gem.

What’s life but a game.

Lights are off, didn’t notice it at first
back at it,
last to run.
Lead the fun
cow-boy empty your gun.

Fragile, fragile !
Careful !
When you move the crate
Treatorous creature !

All on board !
Shot vulture !

Nothing is
Against nature,

Except deprived minds like ours.

Good allure…

Ascending !
Descending…
Deceiving.

Producting
Engenering
Ring
Of
fire.

Situation is dire !

Light spray faster than
A startled cat.

Gaining more fat
Bulking.
For the King.

silence, no more chat.
Dear audience
This is the end

Of the act.

Dim the light.

Slowly.

Dazed and confused.

Down the hatch

Once again, dear friend.

Down and out.

Goodbye.

Jaskiers

Tributes to The Lizard King series # 1 | Under the influence

The « Tributes to the Lizard King » series is my hommage to the poems and writings of Jim Morrison.

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

Wrote under influence

Here I am. Once again I have to take this pill supposed to make me feel good. To stop my sadness and to make me sleep.

Let me tell you, I hate those drugs ! My instinct, when I’ve been prescripted them, told me that’s wasn’t a good thing. I should have followed my instinct. After all, this ancient gift lead us, humanity, to where we are right now.

The first time I took them, they tasted like something… chimical. Almost sour and surely not a moment I look up to when I’m going to sleep.

I accuse them of being responsible for a lot of physical problems. Hair failling out from my scalp.

It mess with my whole body but others, them, they all seems ok after taking it but apparently… the problem is me.

So, once I swallow the pills, I was sure that this drugs will lead me to degradation.

Well I have heard many times, from my gut instinct, from the inside.

So I kept taking it… it was something. I took one a few minutes ago.

telle me the worse situation.

How much of pill consumption do i need ?

This pill also bring non-sens.

This is a strange things, what am I seeing ?

So now, I should really understand.

I dread having to take them.

They burn my brain.

Until the sun rise, that cruel mesure of time. A tic and a toc.

This is messing up everything over there. Why do we need sleep anyway.

Doing it’s things, it’s a very good service !

It’s difficult to write under the influence. Why ? Too hard for you to fully understand. Take one for yourself darling.

They want to kill a loyal customer. I wish I could go and see, but I’m on my way to become a zombi.

I don’t understand why I need this… come on. Why don’t you go inside and leave me alone after consumption ?

What kind of subject do you offer me ?

Vision of tree and fake leather.

Where do you wan’t to lead me ?

What do you want to show me ?

What do you want from me ?

Why are you showing me this ?

Is everything ok ? You burn my brain.

My energy you’re draining.

Too much damage ! I’ll finish in the gutters.

Stop enforcing your laws on me !

Segnõr stop ! I’m only daft, don’t wan’t to die yet !

If only my body could understand. I just want sleep.

How heavy is the mind ? How fragil it is. A simple pill !

The forest is waiting for me. I see the tree, green leaves ! I take some for thee…

How romantic ! Lost in my antics’!

Thanks you Jim for your wisdom,

Because know I’m feeling free !

In my poetry !

Unleash the crazy !

Down, my eyes are bleeding. For trying to escape an heavy mind. Can’t even found solace in the arms of the sleeping god !

Why Am I Even (heaven) here ?

Duality of the two sides of my brain. One telling me : give up yourself my dear. The other ? Too numb, to dumb.

I don’t want it ! But I need it ! Duality, this foe ! You ennemy !

Let me sleep !

But you have to do your deed !

Dead.

Writing till my mind shut off.

A gift for you, dear reader. Kind audience.

This is everyday, a battle for wellness.

A pill, and another one. Waking up in the middle of the night to finish the work. And meeting a strange fellow. A mysterious entity took control. Few hours of sleep and he disapear.

How strange.

Thanks Jim.

To the wizard king !

Keep dancing !

I wish I could… tame my music.

Sorry, I need some sleep.

Jaskiers

Le dessinateur et ses sujets.

Fiction (2 700 mots)

Assis au café des Reflets, le carnet de dessin sur sa table, une tasse de café dans les mains, Édouard ne donnait pas l’air de travailler. C’était là le secret de son succès.

Il y venait avec son carnet à croquis et dessinait les gens, qu’importent qui ils étaient, d’où ils venaient, ce qu’ils portaient.

Le bar était situé au cœur de la capitale, le dessinateur n’était donc jamais à court de sujet, toujours il y avait cette personne qui l’inspirait. De part l’apparence, la démarche, la voix, il trouvait toujours un sujet à croquer. Il apposait à côté de ses dessins quelques mots, quelques adjectifs qui ne pouvaient pas être transfigurés sur le dessin, du moins, pas immédiatement, c’était à son studio qu’il travaillerait à faire transparaître la personnalité de ses sujets. C’était traduire en dessin un caractère, une attitude, une mentalité, une personnalité.

Les serveurs avaient pour habitudes de ne pas le servir quand il dessinait. En pleins travail, dans une sorte de transe silencieuse, il ne répondrait pas à leur question. Ils savaient que c’était un artiste, il avait gagné en notoriété dans son milieu, mais très peu de personne le reconnaissait dans la rue. Peu de gens connaissent le visage d’un dessinateur, surtout quand il refuse la publicité. Son travail à lui, c’était dessiner, pas de faire le VRP de sa petite personne dans le monde hypocrite et faux du show-business.

Il commandait toujours la même chose, café très sucré avec un verre d’eau. Puis il partait s’assoir en terrasse, fumait une cigarette, buvait quelques gorgées de sa tasse puis prenait son carnet de croquis et son crayon de papier, le posait sur ses genoux et observait de manière innocente les passants et touristes.

Quand il repérait son sujet, il griffonnait en lui jetant des regards rapides, le crayon toujours posé sur la feuille, à croire qu’il pouvait dessiner en ne regardant que sa muse du moment, sans vérifier ses traits sur le carnet.

Pour lui, chaque personne qui passait avait une histoire qui se reflétait dans leur apparence. Une histoire qu’il créait de toute pièce au seul jugement de son regard, il ne parlait jamais avec ses sujets, tout était question d’instinct, d’inspiration.

Parfois, en finissant une planche dans son studio, il se demandait si un de ses lecteurs se reconnaîtrait, ou si il était déjà arrivé qu’une personne ouvrit l’une de ses bandes-dessinées ou visita un musée, où ses portraits étaient exposés, et s’était reconnu.

Était-il dans le vrai ? Avait-il deviné le caractère de ses sujets juste en l’observant déambuler le temps d’une minute ou deux ?

Cette exercice, il l’avait fais des milliers de fois, avec des proches, des amis, des petites amies, conquêtes d’un soir ou tentative de relation durable.

Il était convaincu qu’il y avait une relation entre le corps et l’esprit. Le corps faisant ressortir les caractéristiques de l’esprit. Dans les rides, sur le visage, dans leur manière de se mouvoir, de parler, dans le regard, les sourires ou les mous.

Jamais, depuis les 2 années qu’il venait dans se bar régulièrement, il ne repartait sans avoir griffonné un personnage. Parfois même, les histoires venaient d’elles-mêmes. Les gens ne se rendent pas compte de la manière dont leur vécus peut transpirer à travers leur être.

C’était une source d’inspiration intarissable que ce bar. Jusqu’aux jour où le virus arrêta net les habitudes d’Edouard. Plus de bar, pire, les masques cachaient les visages de ses sujets.

Il ne dessina plus et étant resté confiné avec ses sujets croqués sur le papier, il devint ce que les gens appellent « un fou ».

C’était le prix à payer de son art, une fois la source d’inspiration tarie ou disparue, l’artiste se doit d’évoluer et de trouver d’autres moyens. Et si il n’y en avait pas d’autres, il restait coincé dans le passé, au jour où tout basculât. Accusant le coup. Puis se rassurant en regardant ses anciens travaux, il décida de les retravailler, d’en extirper tout ce qu’il pouvait, de faire ressortir chaque pore, chaque fibre. Le temps qu’il passait seul, il le passait dans son univers, et l’obsession de justesse, de vérité l’amena vers des chemins dangereux, là où l’esprit sain se perd.

Rien de plus normal, donc, de devenir fou. Mais le cas d’Edouard est beaucoup plus grave.

En pleine journée, il attira un couple de touriste anglais coincé en France dans son atelier. Leur promettant de les loger gratuitement. En effet, il les logea gratuitement, nous, nous appelons ça un kidnapping.

Edouard avait tout prévu, une cage rectangulaire, en métal leur servait de chambre. L’artiste l’avait construite spécialement pour son projet. Avoir des sujets 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

Aucune intimité, les toilette étaient dans un angle, le lit dans un autre, un table en plastique avec ses chaises au milieu.

Le dessinateur s’installait où bon lui semblait, choisissait soigneusement où il posait son matériel de dessin et travaillait. Le couple demandait de l’aide, pitié, éclatait de colère contre Edouard ou entre eux, se rejetant la faute à l’un ou à l’autre, frappait les barreaux en métal, cassait les chaise pour en envoyer des morceaux à leur bourreau, pleurait, se lamentait, restait allongé, sans rien faire.

C’était du pain béni pour leur tortionnaire, il avait un couple dont les humeurs et comportements lui permettaient de dessiner l’Homme dans tout ses états. Sachant qu’il avait tout son temps et que l’occasion d’avoir de tel modèles à sa merci ne se renouvellerait pas de si tôt, il dessinait avec une extrême précision les traits de leurs visages, leurs muscles, leurs peaux. Profusion de mouvements, les membres, les tendons, torsions, pronations, supinations.

Ses prisonniers lui donnaient aussi l’opportunité qu’il n’avait jamais eu auparavant, celle d’étudier des êtres humains dans une détresse extrême. C’était une aubaine.

Quand il voulait des réactions spécifiques, Édouard n’hésitait pas à les priver de nourritures où à les empêcher de dormir. Toutes leurs réactions finissaient en croquis sur ses carnets, annotés de ses remarques.

Le couple réalisa après quelques jours que l’artiste semblait les garder captifs pour étudier leurs comportements. Ils essayèrent de l’amadouer, lui demandant de leur laisser la liberté, et qu’en échange ils poseraient pour lui, autant qu’il le désirerait. Mais Édouard ne se laissa pas berner, d’ailleurs il ne leur parlait presque pas.

Ils changèrent de stratégie, celle de ne plus rien faire, ni bouger, ni parler, ni se nourrir.

Pour le dessinateur, ce comportement était encore une fois l’opportunité de voir une facette de l’être humain et de son comportement dans une situation d’extrême détresse. Ce fut une bénédiction.

Même quand il vit ses sujets dépérirent. De la détresse, le dessinateur allait étudier la mort. Le lent déclin du psyché et du corps. Les multiples changements, la réaction d’un être humain devant la mort d’un être aimé. La folie, le suicide. Edouard jubilait quand arriva ce moment où le couple décida de mourir. C’était une fresque du côté obscur de l’âme humaine qui se présentait à lui.

Son crayon virevoltait sur le papier, il dessinait leur lente agonie, crayonnant la mort, qui jamais n’aurait pu se présenter comme sujet à lui dans une situation normale.

Le début du jeun forcé n’était pas très intéressant mais l’artiste trouvait des détails, des soupirs, des larmes, des visages et des corps résignés, des mots violents.

Puis, ce fut le moment de latence, entre la conscience encore vive et celle de leur privation de nourriture les esprits et les corps réagissaient curieusement. Le couple jubilait, des sourires, des paroles, ils firent même l’amour devant lui. L’extase pour l’artiste. Deux corps en mouvements, s’offrant à l’un et à l’autre. L’amour, même dans des situations difficiles trouvait un chemin.

Puis se fut le déclin, morale, psychique d’abord et physique ensuite.

La faim et la soif les poussaient au délire, à la violence. Edouard avait compris ce qu’ils faisaient ; mourir. Ne surtout pas perdre mes sujets pensait-il. Il les tenta en leur offrant des repas succulents, fumant. Il mangeait et buvait devant eux. Le couple céda et mangea.

Encore une victoire pour l’artiste, qui dessina l’être humain et ses réflexes de survie. La tentation, la manipulation, des histoires lui venaient en tête grâce à leurs faiblesses naturelles.

Ils recommencèrent à demander pitié. Le dessinateur ne leur parlait jamais, c’était son credo, ne pas les influencer, deux humains libres de toutes influences extérieures.

Il dessina la pitié, la sienne car malgré tout il restait lui aussi un humain, il devint sujet pour quelque temps, dessinant et annotant ses propres réactions et sentiments.

Puis ce fut encore une fois la rébellion, le refus de manger. Allongés sur leur lit, ils n’y bougèrent plus. Ne parlèrent, ne mangèrent plus, firent leurs besoins dans les draps.

Le dessinateur, après deux jours de ce comportement se décida à leur parler. Passée la surprise d’entendre leur bourreau parler pour la première fois, ils se concertèrent, en chuchotant et restèrent dans le lit à attendre la mort.

Mais l’artiste trouva encore de matière à être inspiré, dessinant le suicide, la détermination à mettre fin à leur vie.

L’artiste décida de ressortir la méthode de la tentation, leur offrant des mets succulent, du fast-food. Il mangeait devant eux, buvait devant eux. Quand il observa que cela ne marchait pas, il mit à exécution une torture qu’il n’avait pas pratiqué jusqu’ici, les empêcher de se réfugier dans le sommeil.

Il mit de la musique, au début, il changeait de chanson. La folie les guettaient encore, ils se disputaient. La femme voulait manger, survivre car un jour ou l’autre, ils sortiraient. L’homme faisait son possible pour lui faire comprendre que leur tortionnaire ne s’arrêterait pas, que leur mort lui servirait d’inspiration. Le manque de sommeil ajouté aux supplices de la faim et de la soif les poussa encore une fois à craquer.

Edouard s’en réjouissait, mais ses sujets commençaient à l’ennuyer. Il décida de continuer à les influencer en passant toujours la même musique, une vielle balade française. Au début il nota que le couple n’était pas très affecté mais passé une journée et une nuit, ils demandèrent à ce que la musique s’arrête. Il ne fit rien, dessinant leur désespoir.

Les tourtereaux entamèrent une nouvelle stratégie. Il y avait bien longtemps qu’ils avaient compris ce que voulait le dessinateur, faire d’eux ses modèles, cobayes, pour ses « desseins » artistiques.

Le mari décida de se couvrir le corps avec les couvertures, de manière à ce que le dessinateur ne puisse plus les dessiner. Edouard trouva évidement ressources à tirer de ce comportement. Mais le couple continuait à se cacher le visage.

La marche à suivre pour le dessinateur était toute trouvée ; monter le son de la musique, les priver de nourriture et de boisson.

Les amoureux comprirent son manège mais durent se découvrir pour se nourrir.

L’artiste était exalté, il commença à mettre de la drogue dans leur nourriture. Du LSD.

Les délires commencèrent pour le couple. Des éclats de rires, des exclamations de peurs, ils hallucinaient et devenait une nouvelle fois de parfaits cobayes pour le dessinateur qui jouissait d’avoir deux êtres-humains à sa merci pour son travail.

Il expérimenta avec d’autres drogues, marijuana et cocaïne.

Les deux drogues étants aux antipodes l’une de l’autre, le comportement du couple était erratique. Puis, Édouard décida de les rendre dépendant. Les endormants avec des somnifères toujours cachés dans leur nourriture, il décida de leur injecter de l’héroïne.

Ils se réveillèrent, se posant des questions, perdus. Il leur balança des seringues et du black tharp, une héroïne puissante.

Il sembla que d’instinct, ils savaient ce qu’ils avaient à faire. Peut-être n’était-ce pas la première fois que les amoureux se droguaient. Arrachant leurs guenilles pour en faire des garrots, utilisant des cuillers et un briquet, ils s’injectèrent le smack.

Bientôt, ils semblaient heureux, n’avaient plus besoin de manger. Ne se plaignait plus tant qu’ils avaient leur dose.

L’artiste dessina leurs corps qui se dégradaient, leurs peaux changeant de couleurs et même de textures. Leur comportement était devenu docile, ils passaient la plupart de leurs temps allongés après leur shoot. Parfois, ils faisaient l’amour, où ce qui semblait être l’acte car leurs corps ne semblaient plus capables de grand chose.

L’addiction était devenue un objet d’étude importante. Et Edouard passait des heures à les dessiner, à les écouter. Ils ne parlaient que de leur prochaine dose, rien d’autre.

Après deux semaines de shoot intensif, l’artiste passa à une autre étape, réduire les doses. Les amoureux découvrir immédiatement, juste à la vue et au poids de la substance, que quelque gramme manquaient. Mais le shoot qu’ils se faisaient les calmer. Puis il ne leur donna qu’une seule dose pour deux. Les disputes commencèrent. C’était violent, passés les mots et insultes, les bagarres éclatèrent très rapidement. C’était à celui qui était le plus fort que revenait l’unique dose. La plupart du temps, l’homme l’emportait sur la femme mais l’inverse arrivait aussi. Les disputes faisaient couler le sang.

Quand l’un avait mis l’autre hors d’état de nuire, il se shootait sous les yeux implorant et avides du perdant. Le supplice de Tantale. C’était là encore un sujet rêvé, les yeux de ses victimes exorbités, l’un d’envie, l’autre de réconfort et d’extase.

Le dessinateur passa à la moitié d’une dose. Les amants maintenant se battaient, griffé le sol avec leurs ongles, ils étaient en manque, la petite dose n’était pas suffisante. Ils implorèrent l’artiste qui décida de les torturer en les narguants. Il prenait le black tharp, le leur tendait puis ramener la substance à lui. Ils déclamèrent des paroles de pitié, des appelles à sa générosité. Puis se fut les propositions innombrables d’échange de relations sexuelles et même d’organes pour une simple dose.

Il réalisa que le couple était à bout, c’était la fin. Car Edouard n’avait plus de drogue, dehors, tout était confiné et les dealers ne couraient plus les rues. Et qu’importe, il avait assez de matériel pour des années.

Il regarda le couple en manque, trembler, transpirer, vomir leur bile. Ils trouvait le moyen, la force de se battre, accusant l’un et l’autre, pensant aussi qu’en punissant l’autre, leur bourreau leur donnerait ce qu’ils voulaient. Mais c’était fini. Soit il se désintoxiquaient seuls, soit il mourraient. Édouard engrangeait encore des matériaux, l’agoni de l’être humain. Il le savait, c’était ses dernières études car il n’avait plus que la mort à étudier.

Il arrêta aussi des les nourrir. Ils tombèrent dans un état catatonique après les crises de manques. Leurs corps n’étaient plus que squelettes.

Il vit leur dernier souffle, qui étaient un râle roque. Leurs dernières paroles, des hallucinations. Plus rien, ils n’étaient plus rien, leur dernier souffle se fit doucement. L’homme mourut avant la femme. La femme resta encore vivante deux jours après la mort de son mari.

L’artiste dessina l’agonie du corps et les derniers sursauts de leurs esprits. Ces deux sujets ayant rendus l’âme, il dessina leurs cadavres. Il décida de garder les corps pour voir leur décompositions. Les corps n’était déjà plus rien, l’odeur devint insupportable. Il dessina ce qu’il put. Puis, il prit le risque de sortir avec sa voiture avec les deux cadavres enroulés dans un vieux tapis. Il s’arrêta au bord de la Seine, dans un endroit calme. Il lesta le tapis de pierre, le ferma comme il put avec des cordes, puis y mît le feu.

L’odeur intolérable et la fumée allaient le faire repérer, mais s’armant de patience et de sang froid, il laissa les flammes consumer le tapis aussi longtemps qu’il le pensait utile puis, ramassant ce qu’il resta après avoir étouffé les flammes avec un extincteur et du sable, il ramassa les restes qui n’étaient qu’une matière noirâtre et compacte. Il balança tout cela dans la Seine. Restant encore quelque instant pour voir si les débris allaient remonter, il sortit vite son carnet de croquis pour immortaliser l’endroit où il se sépara du couple pour toujours.

Il rentra chez lui et dessina ses histoires. Le confinement étant levé, il donna son travail à son éditeur qui était extatique quant à la qualité de sa nouvelle œuvre.

Il garda encore de la matière pour plus tard. Ce contentant de la bonne sommes d’argent tiré de son album qui devint un best-seller. Il resta toujours discret, refusant toute promotion, ce qui accroissait sa popularité et les ventes de ses œuvres.

Puis, le bar rouvrit ses portes et le dessinateur reprit ses anciennes habitudes.

Il était heureux d’avoir pu passer cette époque difficile, heureux d’être resté au meilleur de sa créativité et dessina.

On dit qu’il dessine encore, peut-être ferez vous un jour parti de son œuvre sans le savoir.

Jaskiers

California Rocket Fuel – Chapitre 1

CALIFORNIA ROCKET FUEL EST UNE FICTION

California Rocket Fuel : un traitement psychiatrique mélangeant Venlafaxine et Mirtazapine pour traiter les dépressions aiguës, névroses sévères, insomnies coriaces entre autres.

Chapitre 1

M’éclater la gueule contre le bureau.

Oui ! Tu vois, prendre de l’élan même, me cambrer en arrière le plus possible et BAM ! Rapide, efficace, surprenant ! Le front qui percute le bureau en bois massif de la psychiatre, sentir l’onde de choc résonner dans ma boîte crânienne et surtout, voir leurs réactions !

J’imagine l’infirmière, elle pousse un crie et la psychiatre qui se recule et me regarde ébahit !

« Oh là y’a un cas là ! »

Hey ouai l’amie, t’as un gros cas là ! Tu va en avoir pour ton argent. Et puis je recommence à prendre de l’élan avec l’envie cette fois d’ajouter mon gros pif dans le coup. BAAM !

C’est ce que je m’imagine planté là, devant elles. J’aimerai le faire juste pour voir leurs réactions. Leurs visages pétrifiés, terrorisées.

Foutu métier que d’être psychiatre. Est-ce que c’est impossible d’être fou quand t’es psy ? Tu t’autodiagnostique ? Ta vie est réglé au millimètre près, à la pensée près ? T’es parfait ? Et si tu te suicide c’est un peu la loose non ? Limite faute professionnelle !

Et si je me levais doucement, et que je commençais à faire d’amples mouvements avec les bras et mon bassin et que j’entonnais un « hmmmmmm » même, je pourrais dire quelque chose comme : « Vous sentez vous aussi cette tension ?! Oh oui chuuut j’invoque ! » Et je gueule d’un seul coup d’un seul « WE WANT THE WORLD AND WE WANT IT… NOW » et je me dandine comme Jim Morrison. Et je finis par un « All right all right ! »

Une performance psychédélique pour la psychiatre acariâtre, dame maigre, cheveux blanc qui ressemble à la tante avec qui votre mère se prends la tête. Elle a toujours les yeux sur l’écran, peut-être qu’elle se tape un solitaire.

L’infirmière est trentenaire. On l’a sens terrorisé par cette femme, acquiesçant à tous ce qu’elle dit, la psy’. Elle aide aussi la docteur avec son ordinateur.

« Non madame, il faut cliquer juste là.

Là ?

Non là.

Là ?

Oui. »

Sacré duo !

La pauvre. Travailler avec une femme comme ça, la panacée !

Et j’attends les médicaments. Ce sera duoxetine et norset.

« Et si vous avez peur du traitement, vous n’avez qu’a vous renseigner. »

Bien sûr, au lieu d’expliquer au patient, autant qu’il ou elle cherche sur internet. Internet ça fait tous maintenant. Vous voulez savoir pourquoi vous avez la diarrhée aujourd’hui, et bah doctissimo vous dira que c’est sûrement un cancer du cerveau. Panique pas, internet a des remèdes miracles ! Tu peux même grossir ton penis à l’aide d’une pilule magique ! En plus, elle guérira ton cancer mais aussi ta dépression et en prime, si tu l’a mélange à des herbes aromatisées elles te feront maigrir et tu aura une réduction d’impôts ! Et pendant que tu y es lecteur, accepte l’offre du prince saoudiens super riche qui t’a contacté par mail et qui a besoin de toi pour fuir en France. C’est pas une arnaque tu verra !

Toujours est-il que je sors. Je croise des cou-cous comme moi. Des types de toutes les couleurs des femmes, des hommes, des cyborgs !

« Quand est-ce que vous êtes disponible Telemaque ? »

J’adore cette question. Je ne travail pas, en faite si, ma vie c’est de rester en vie. Un peu comme tous le monde, ou presque, peut-être comme les Kardashian mais moi j’suis en mode hardcore, sans sex-tape ni les millions. Pas moi qu’est décidé vraiment d’être déglingué du cerveau. Bon j’lui ai pas répondu ça bien sûr car je suis conscient. Enfin je crois.

« N’importe, comme ça vous arrange.

Mardi 12 à 15h ? »

Non j’ai pas envie mais je réponds

« Oui oui merci. »

Je dis merci tous le temps comme ça.

« Et pour voir l’infirmière, jeudi 7 a 10 h ?

Oui oui, merci. Au revoir. »

Et j’me tire. J’en ai pleins le cul de ces rendez-vous. Je viens pour faire le plein du cocktail de médocs qu’on appelle « California Rocket Fuel ». Je sais car je me suis renseigné sur internet. La vielle psychiatre est en faite une ricaine qui va pécho du jeunot en Floride pendant le spring-break. J’savais bien qu’y’ avais un truc avec elle. Au détour elle va a une conférence de psychiatre, un truc, j’en suis sûr, qui doit ressembler à un rite de la Bohemian Grove Society. Puis elle répare pour Vegas et se fracasse la tête comme Hunter S. Thompson, et se fait bourlinguer par des escorts boys qui profiterons de son coma pour lui faire les poches mais, pas surprise, elle avait tout prévu avant. Il reparte la queue entre les jambes, avec sûrement quelques toiles d’araignée dessus. Et une MST et la coronavirus variant VegasCon. Ça se soigne par inhalation de poudre de coca.

Je sors.

Et ça klaxonne. Là, dans la voiture de marque japonaise blanche, c’est ma blonde, qui est brune. Nan chèr(e)s lecteurs et lectrices, c’est pas une bière qui conduit. C’est les Canadiens nos cousins qui surnomment leurs demoiselles comme cela. Et pour eux des « gosses » ce n’est pas des marmots mais des testicules. Enfin j’crois. Ils sont taquins les cousins canadien tabernacle !

Quand elle klaxonne ça veut dire qu’il faut que je me grouille le cul. La pauvre.

J’ouvre la portière et c’est des discussions bateaux :

« Ça s’est bien passé ?

Oui

T’a donné quoi comme médicaments ?

Ça.

C’est quand le prochaine rendez-vous ?

J’m’en rappel plus mais ils m’ont donné un carton, c’est marqué dessus tient garde le s’il te plaît car moi je vais le perdre. C’était pas trop long ?

Non. »

Mais là, je sais qu’elle veut dire oui. Mais elle garde ça pour elle. C’est pas parce qu’elle est gentille, enfin elle l’est mais c’est pour me ressortir en cas d’engueulade :

« Et c’est qui qui t’emmène aux psy et qui t’attend une plombe hein ? »

Mais c’est de bonne guerre tu vois, moi je lui ai dis que c’était une pute par exemple. Juste pour la blesser. C’est le but d’une dispute, blesser l’autre le plus possible et après t’as gagné. J’ai aussi dis qu’elle pourrait aller faire le tapin quand même histoire de ramener plus d’argent à la maison qui est en faite un appartement minable où le gamin du haut passe ses journées à courir. D’ailleurs dans des pensées inavouables tu rêve de balancer le gamin par la fenêtre et de te taper sa mère, avec consentement bien sûr tu vois, t’es érotomane, fou et t’a déjà défenestré un gamin donc va pas trop loin dans le délire.

C’est la dame qui conduit. J’aimerai lui dire qu’elle est belle et gentille et tous mais je ne peux plus. Ni la toucher. Y’a un truc qui a merdé dans mon cerveau. La pauvre. Et en plus de ça je n’ai même plus envie de coucher avec elle, elle est belle tu vois, mais le traitement fait que tu pourrais avoir Rihanna, Beyoncé, Miss Univers et Patrick Sébastien nus devant toi que tu ressentirais même pas le désir qui fait monter ton penis en toile de tente. Et même si d’avenir tu l’as, hey bien bonjour l’orgasme ! Tiens, au moins tu tiendras pour celui de ta dame, pour une fois, mais le tiens AhAh tu peux aller te faire foutre (haha).

On sort du parking et on va sûrement faire des courses. Attends t’vas voir le prochain épisode sera peut-être folklorique. À tal’heure !

Jaskiers

Le jour où j’ai faillis finir en hôpital psychiatrique

art work : pinterest

C’était la fin 2019. J’avais eu la (très) mauvaise idée d’arrêter mon traitement contre la dépression.

Hey quoi ! J’allais mieux ! Je n’allais pas rester éternellement sous traitement, surtout qu’étant ambulancier, conduire sous médicaments est dangereux, et aucun patron n’aurait voulu prendre de risque, ça va de soi !

J’avais déjà dû arrêter mon traitement en fin 2018, cette fois, indépendamment de ma volonté. Vivant en plein désert médical et avec les médecins en vacances, j’avais dû faire sans. Bien sûr ça a failli mal se terminer, après deux semaines je me sentais replonger avec mes démons. J’avais vite repris en début d’année rendez vous chez le médecin, il m’avait re-prescris mon médicament habituel. Les démons ont pris leurs temps pour se calmer, ils avaient par contre laissé des dégâts. Prêt à bondir au moindre nouveau faux-pas. Et si la chance de s’engouffrer une nouvelle fois se présentait, ils n’allaient pas se faire prier. Mais cela, je ne le savais pas…

Ce bref moment sans médicaments a fais revenir l’anxiété en flèche, impossible de contrôler mes tremblements, les pensées néfastes, noires comme de l’ébène m’attaquaient dès le réveil.

Bien que le traitement avait été repris, il a fallu du temps pour que le médicament fasse sont effet. Comme tout traitement antidépresseurs.

Puis, tout est redevenu à la normal. Ou presque.

Le contraste entre la souffrance et l’apaisement a fais que je me sentais guéri. Au final, me suis-je dis, si cette fois j’arrêtais mon traitement par moi même, car je me sentais prêt à affronter la vraie vie sans artifice aucun, peut-être réussirai-je a vivre sans, à être libre, guéri et reprendre ma vie en mains.

Quelle erreur !

Les deux semaines après mon arrêt volontaire ce sont déroulées normalement. J’y étais enfin arrivé ! J’étais encouragé par certains proches à abandonner, je pensais qu’ils m’aideraient si les choses tournaient mal…

Bien sûr, l’inévitable est arrivé. Et c’était pire, bien pire que la dernière fois. Le faits de me l’être imposé, pensant réussir sans, pensant avoir la force de vivre sans béquilles médicamenteuses, l’intime conviction que je pouvais être libéré de ces médicaments n’ont pas suffis, loin de là, à rester sain d’esprit.

Ces deux premières semaines sans antidépresseurs ont été positive, comme je l’ai écris plus haut, tout avait l’air de ressembler à un bon et nouveau départ.

Et puis est arrivé ce qui devait arriver. La re-descente aux Enfers de mon esprit.

Passez Cerbère, le Styx, illico dans l’antre de l’horreur de mon esprit, là où se nichent mes Érinyes, mes démons.

Je me rappel avoir craqué, en larme, criant dans mon bureau qui ressemblait maintenant à un capharnaüm. Mes yeux brûlaient de fatigues, mon corps tremblait à chaque instant, même la nuit je me réveillais parfois en criant, en sueur. Mes nerfs, mon système nerveux, je sais que ce n’est pas possible, mais j’avais l’impression que mon réseaux nerveux était en feu. Mon esprit se battait, tous les jours. Comme un Sisyphe, chaque matin il fallait recommencer à affronter la terreur.

Je ne mangeait presque plus, la faim avait disparu. Mon cerveau a demandé à mon corps de lâcher, mais mon corps est solide, mon système nerveux était fracassé mais mon entité physique elle ne lâche pas facilement.

Mais j’ai tremblé. Tellement.

Je passais des heures à regarder le sol, le sol car il n’y avait pas ou peu d’information à apporter à mon cerveau, ceci est dur à expliquer : le sol, c’est juste un sol. Mon cerveau devait-être en surchauffe et a décidé de ne regarder que des endroits vierges ou presque de toutes informations, informations qui passeraient par mes yeux et finiraient traitées par mon cerveau épuisé. Ne pas regarder. Sinon :

Quatre symboles sur cette partie du mur, selon le pattern il devrait y en avoir 40 au moins, chiffres pairs c’est mal, le 3 c’est mieux, le père mort, le fils mort et le sain esprit qu’à besoin d’un psy. Je vais devenir aveugle si je ne compte pas entièrement tout les symboles, il est quelle heure 13 heure ? 13 ça porte malheur attendre 14 h c’est mieux, 14h03 même car 03, la sainte trinité, et mon père c’est ma faute si ça s’trouve c’est parce que j’ai mal compté, ramasser la poussière à la main car j’peux compter mais pas penser au bonheur sinon je l’aurai pas donc j’vais pas le jeter et faut que regarde cette vidéo YouTube si je le fais pas ma mère attrapera un cancer et ça sera d’ma faute et j’dois souffrir pour mon frère ça aurait dû être moi pas lui et ne pas parler surtout à la minute 08 juste pour être sûr puis ect…

La folie était déjà là mais je ne me l’avouais pas. C’est les autres qui sont fous, pas moi !

Je luttais comme je le pouvais, c’est-à-dire presque plus. A par lire, et encore, je ne pouvais pas (plus) faire grands choses.

La date anniversaire de la mort de mon père arrivait. Trop, c’était trop. Je ne pouvais encaisser la décharge de pensées, d’émotions, de démons, de tristesses et de réflexions qui arriveraient avec cette date.

La veille de l’anniversaire, j’ai décidé que j’allais me faire du mal, pour demander de l’aide ou mieux, pour mourrir. Je voulais mourrir doucement, comme avoir un cancer et ne pas décider de se soigner. Sachant que ça aurait été mes derniers moments sur Terre, je me serais libéré de mes carcans et supprimé en même temps mes démons pour vivre libre quelque instant en sachant que la mort viendrait me libérer.

Debout à côté de mon lit, dans le noir, je me suis mis des coups de poings dans mes côtes flottantes, espérant briser une côte qui, elle, endommagerait un organe interne, un foie, un rein, la vésicule biliaire, le pancréas, l’estomac ou même des organes, pourquoi pas aussi une artère, une veine n’importe quoi, je ne connais pas grand chose à l’anatomie du corps humain… il fallait que je m’inflige quelque chose de grave, d’irréversible. Je ne sais pourquoi j’ai choisi cette « méthode ».

Les coups que je m’infligeait faisait un bruit sourd, et moi de taper de plus en plus fort. Je ne ressentais aucune douleur, pourtant je frappais au niveau où la cage thoracique semblait la plus vulnérable.

C’est là qu’un coup, finalement, m’enflamma le côté droit du corps, la respiration presque coupée, une douleur, franche, s’était insinuée au milieu de mon ventre.

Je m’étalais sur mon lit, respirant, souriant. Enfin la douleur ! Physique et non psychique, cette dernière, personne ne l’a prend au sérieux ! La douleur physique, elle, est normale.

Peut-être que j’aurais la chance de ne pas me réveiller demain matin.

La fatigue prit l’ascendant sur la douleur. Je m’endormis… pour me réveiller. Vivant.

J’avais mal aux côtes droites mais c’est tout. J’avais échoué et je n’avais aucunement la force, mentale, de recommencer.

Seul la lecture m’apaisait mais ce n’était pas assez, je ne pouvais même plus écrire. Trop de tremblements et aucunes pensées saines ni cohérentes.

Des jours à affronter une dépression aiguë, des névroses extrêmes, une anxiété débilitante, jusqu’à ce que je demande de l’aide.

Mon médecin traitant est venu à domicile. Me voyant dans l’état lamentable où j’étais, nous parlâmes d’une potentiel hospitalisation. J’étais d’accord. Allons-y, pourquoi pas, finissons-en. Tout un côté de ma famille voulait que je sois hospitalisé, pour eux c’était la chose à faire.

Le médecin appela un ami à lui, psychiatre, qui accepta de me recevoir en urgence pour évaluer mon état et voir si une hospitalisation s’avèrerait nécessaire. La consultation était primordiale, l’hospitalisation n’était pas forcément sur la table.

Le médecin parti, il me prescrivit 3 piqûres de Valium et mon antidépresseurs habituel. J’ai eu le droit à la leçon de morale, méritée, du docteur, ne jamais arrêter son traitement sans en parler à son médecin.

Je pleurs. D’une part je pleurs car j’ai peur de ce qui va arriver, de l’autre je suis heureux car je vais peut-être moins souffrir. Et puis je me demande si on peut lire à l’hôpital psychiatrique.

Mes proches appellent un taxi et une infirmière au cas où je reviendrai de l’hôpital, les piqûres ne se font pas toutes seules.

Il est 19 h quand je quitte mon domicile pour grimper dans le taxi. Le même qui a emmener mon père à sa chimiothérapie, le même chauffeur.

En route, nous parlons. Cela faisait des jours que je n’avais pas eu de conversation avec quelqu’un. Je tremble de tout mes membres mais de parler avec le chauffeur m’aide à me détendre. Nous passâmes à travers le village, je n’étais pas sorti depuis tellement longtemps que j’avais presque l’impression de le redécouvrir. J’espérais en moi-même que personne ne me voit dans le véhicule. Dans un village, les informations, les rumeurs et ragots circulent à grande vitesse. Le fou du village, c’était moi…

Le trajet prit un quart d’heure. Nous arrivâmes.

Je fut accueilli par une infirmière à l’accueil d’urgence. En faite, je croyais que c’était l’accueil, je me retrouve en faite en plein milieu de l’hôpital, dans son cœur même car les patients y mangeaient.

L’infirmière referma derrière moi.

« On a un fugueur » me dit-elle.

Autant vous dire que je n’aime pas, je déteste, j’exècre être enfermé contre mon gré, comme beaucoup de personnes vous me direz, c’est normal mais j’en ai une peur panique. Par exemple, je ne ferme pas la porte des toilettes à clé, je suis resté coincé dans des toilettes à l’école primaire, je ne ferme pas non plus la porte à clé quand je prends ma douche au cas où je tombe et me blesse ou qu’un incendie ou un truc dans le genre se déclare. Je ne prends jamais d’ascenseurs de peur de rester coincé, cela m’est arrivé quand j’étais petit. Je ferme quand même la porte de chez moi à clé, être cambriolé (ou pire) ne fais pas parti de mes projets.

Je suis maintenant enfermé, je vois des patients déambulants, traînants les pieds, le regard dans le brouillard. Leurs regards n’étaient pas vides, non, ils pensaient, rêvassaient peut-être. Une femme dans la quarantaine me dévisagea de la tête au pieds, nos regards se croisèrent, elle devait sûrement penser : « Hey bien, encore un jeune qui va nous rejoindre, là-bas dehors, ça ne s’arrange pas

Elle continua sa marche, doucement, elle semblait être autre part. Perdue dans la recherche de quelque chose qu’elle ne trouvera sûrement pas ou plus.

Un jeune homme, je dirais dans les 25-27 ans arriva, des boots noires aux pieds, la coupe de cheveux à la mode, rase très court sur les côtés et une mini queue de cheval sur la tête. Il regarde les autres patients manger. Il semble être à l’aise ici.

L’odeur de soupe, cette odeur épaisse, qui aurait presque une consistance à elle seule me monte au nez, mélangée avec l’odeur de javel qu’à tout les hôpitaux me donne une seule envie : fuir.

Pour ne pas arranger la situation, certains patients se mettent à crier, une infirmière accourt, d’une table à l’autre, demandant à ses patients de se calmer où la prochaine fois, ils mangeront seuls.

Ces cris m’ont rappelé mes visites à mon arrière-grand-mère paternelle à la maison de retraite. Elle était centenaire et non, ce n’était pas elle qui criait, elle avait toute sa tête, elle était un phénomène qu’elle disait. Deux guerres mondiales, 4 enfants à élever pendant que son mari était dans le maquis. Les nazis ont cogné à sa porte, soupçonnée d’avoir donné refuge à un réfractaire au STO (elle avait bien donné refuge à un réfractaire, un collègue de mon arrière-grand-père).Jamais elle n’a perdu la tête elle, à croire que les générations d’antan était faites d’un autre bois. On soignait la dépression à coup de Pinard à cette époque, mais elle, elle n’a jamais touché une goutte d’alcool et encore moins fumée. Elle est partie à 1 mois de ses 106 ans.

Retournons à ma petite visite en psychiatrie.

Après les cris, une infirmière demande qui a éteint la télé, un patient répond que c’était lui, personne ne l’a regardé cette émission ! L’infirmière de rétorquer : Avez vous au moins demandé si personne ne l’a regardé ? Et lui de répondre non, et de se prendre une petite semonce. La télé est rallumée.

C’est à se moment que j’entends « La chambre du nouveau patient est prête. » Une infirmière, jeune, 22 ans grand maximum, brune, yeux gris, plutôt petite, teint bronzé et sacrément belle demande où peut bien être ce nouveau patient.

Parle-t-elle de moi ?

À tout hasard je répond : Je suis là !

Elle me fait un signe de tête me disant qu’elle a compris et demande à ses collègues « le numéro de chambre du nouveau patient c’est laquelle déjà car il est là ».

Là, c’est un électrochoc, l’hospitalisation était probable mais pas certaine, je devais voir un psychiatre avant.

Je m’adressa à une infirmière, dans la cinquantaine, sûrement la chef de service, je lui dis qu’une hospitalisation n’était pas sûr, que je devais et voulais voir un psychiatre d’abord.

Elle me regarda d’une moue étonnée, on l’avait appelé pour une hospitalisation. De toute façons, le médecin de garde allait arriver, je n’avais qu’à l’attendre. (Après tout, on appelle pas « patient » les patients pour rien…)

Retour donc au petit sas d’entrée. Mon chauffeur m’attend… et moi aussi d’attendre ce docteur qui tient peut-être en main mon futur. Mais ma décision est déjà prise, je ne resterai pas ici.

Tout les voyants de mon mental fracassé virèrent aux rouge ! Enfermé dans un endroit qui ne respire pas du tout la sérénité ni la guérison, c’est l’instinct de fuite qui à prévalu chez moi. Je ne peux pas partir en essayant d’enfoncer la porte, il va falloir m’affirmer devant le docteur, rester sur mes positions tout en prenant des décisions pour ma guérison.

Je reste 10 minutes à me motiver, sans bouger, en regardant le sol. Je ne céderai pas, je veux rentrer chez moi avec ma médication, me stabiliser et passer à la suite de ma guérison. Je le sais, je le sens, ici ce n’est pas pour moi.

Le docteur rentre, je trouve qu’il titube et je pense sentir un léger relent d’alcool, odorat entraîné par un père alcoolique, j’ai l’odorat et la vue extrêmement bien calibrés pour repérer l’effet de l’alcool chez quelqu’un, surtout quand il essaie de le cacher. Directe je m’imagine le psychiatre à bout, un boulot difficile et peut-être qu’il est en plein divorce, un truc comme ça.

Je lui souris de toute mes dents, lui adresse un bonsoir, lui tend la main. Réflexe. (C’était avant la Covid hein…)

Lui, passe tout de go, sans même me répondre et se dirige je ne sais où.

J’attends encore, le balais des infirmières (toutes des femmes) est ma seule distraction. Dès que je vois un patient je baisse les yeux, je suis comme eux tout compte fait. Je relève brusquement mon regard à chaque fois qu’une infirmière passe. Je le comprend maintenant que je l’écris, j’avais devant moi le reflet de ma maladie : les patients. Peut-être que mes proches avaient cette même vision.

Mon attente s’arrêtent brusquement quand une grande infirmière de 40 ans, les cheveux courts et dont la teinture blonde commençait à déteindre me demande de la suivre.

Putain mais où je vais là ?

Et bien en faite pas loin, quelques mètres. J’entre dans un bureau, le docteur est assis devant son ordi, l’infirmière s’assoit au bord de la table, stylo bic et énorme bloc note posés sur la table.

Je n’attends pas que l’on me propose de m’assoir, comme le veut la politesse. Je passe entre les deux chaises qui me sont proposés et manque de m’étaler.

Je tremble.

À ce point, je ne me rappel pas exactement de la conversation. Je me rappel du fort accent du psy, de l’infirmière qui écrit et me demande des renseignements sur ma situation.

Au docteur de dire : « Monsieur Jaskiers, dans l’état où vous êtes, là, j’ai peur de vous renvoyer chez vous ! Vous avez l’air vraiment très mal, vous n’arrêtez pas de trembler !

– Non je ne veux pas rester là, j’ai peur, je pense pas que cela soit bon pour moi.

– Restez avec nous 1 ou 2 jours aux moins, en observation. Dit l’infirmière.

– Non, désolé mais je ne peux pas. Je vais rentrer chez moi, le docteur m’a donné des piqûres de Valium puis je prendrai rendez-vous avec l’un de vos médecins pour voir pour un traitement.

– Vous êtes libre monsieur, mais je vous dis qu’en temps que professionnel, vous serez bien ici.

– Oui j’comprends bien mais je ne peux pas être ici.

L’infirmière : – Vous avez peur ?

– Un peu. Je veux rentrer chez moi, prendre mon médicament et dormir. Je verrai un psychiatre mais je ne veux pas être ici.

– On nous a parlé d’hospitalisation pourtant.

– Appelez mon médecin traitant et il vous dira qu’il était question d’abord d’une consultation puis, peut-être, d’une hospitalisation.

– C’est n’importe quoi.

Le psychiatre d’appeler mon médecin traitant, qui lui confirme mes dires. Ce n’étais bien sûr pas le psychiatre que mon médecin traitant avait eu au téléphone quand il était chez moi. C’est dire la confusion qui a régné durant tout l’entretient et avant…

Et un ping-pong d’arguments et de contre-arguments se déroule entre nous trois. Mais je n’ai pas cédé.

L’entretien finit, l’infirmière me déverrouille la porte de sortie. Je crois n’être jamais sorti aussi vite d’un établissement de ma vie.

Je saute dans le taxi, direction la maison.

Le lendemain matin, j’ai le droit à un piqure de Valium dans la fesse droite (désolé pour les détails). Les couleurs sont devenues… intenses, l’anxiété quittait mon corps, la faim revenait. Sacré drogue. J’ai eu ce traitement pendant 3 jours, puis je n’ai eu que les antidépresseurs pendant 1 mois, 1 mois d’anxiété abrutissante avant de voir un psychiatre.

Un super psychiatre, un excellent. Il m’a tellement aidé.

Maintenant, j’ai déménagé, je ne le vois plus mais je suis content de moi car j’ai demandé de l’aide et je mesure la grande chance que j’ai eu d’avoir rencontré un très bon psychiatre.

Aujourd’hui, la vie suit son cours dans une nouvelle ville, loin de mon village, tant mieux. Les soins continuent, le traitement est fort mais il faut ce qu’il faut. Et le plus important, j’ai ma famille, ma mère et ma sœur à mes côtés. Il y a des jours avec et des jours sans. La lutte sera encore longue et difficile, je le sais.

Et durant tout ce temps, les livres, silencieux compagnons remplis d’histoires m’ont tenu compagnie, même dans les moments où le sombre gouffre dans lequel je m’étais fourré raisonnait de mes plaintes, pleurs et cris pathétiques, ils m’apportaient la lumière, le réconfort, couvants en moi la voix de l’espérance. M’ouvrants la voie d’un futur possible.

C’est ainsi que je me suis passionné pour Hemingway et ses œuvres.

Pour terminer, juste un petit message personnel https://youtube.com/watch?v=26Nuj6dhte8

Si vous souffrez actuellement, demandez de l’aide est la meilleure chose que vous pouvez faire. C’est un énorme pas en avant, vers la voie de la guérison. Vous n’avez pas nécessairement à dire « oui » à tous ce que l’on vous propose, écoutez-vous aussi. Mais gardez en tête que le combat contre la maladie psychique ne peut pas être gagné seul. Se battre seul contre la maladie c’est comme vouloir courir sous l’eau, c’est ne pas avancer malgré tout les efforts que vous y mettez et s’épuiser.

Voici un numéro d’aide en cas d’urgence, pour vous ou un proche en difficulté : S.O.S suicide : 09 72 39 40 50

La guérison prend du temps, tout ce qui est important dans la vie en prends.

Ne désespérez pas, et n’oubliez pas que si l’aide apportée ne vous convient pas, ou que quelque chose vous dérange, vous avez le droit de dire non. Mais vous vous devez d’écouter vos proches et les professionnels de santé pour avancer.

Si je l’ai fais, vous pouvez le faire aussi.

Jaskiers