Cauchemar d’enfance

Était-ce le milieu de la nuit ? Au début ? À l’aube ?

Je ne me rappelle plus, seulement, je sais que la chambre était plongée dans la pénombre.

Pourquoi étais-je réveillé ? Je ne me rappelle plus.

Pourquoi je fixais la porte de ma chambre ? Vous avez deviné, je ne me souviens plus.

Est-ce que j’étais éveillé ou encore dans les bras de Morphée ? Encore une question sans réponse.

Ce dont je me rappelle, ce sont ces mannequins de boutiques, ceux que je voyais quand je passais devant cette boutique de prêt-à-porter, boutique qui dans mes souvenirs n’était jamais ouverte. Les mannequins n’étaient jamais habillés, il semblait y avoir de la poussière sur eux, de la crasse. Ces mannequins n’étaient pas ceux que l’on trouve habituellement dans les boutiques. Ils étaient plats, grands, aucunes formes, asexuelles. On distinguait évidemment la tête, les bras, peut-être un peu de hanche, les jambes et c’est tout. Mais ils étaient plats et chacun avaient sa couleur, bleu, rouge, gris, blanc, noir, vert.

Je passais devant souvent. La boutique était dans une galerie marchande où ma mère m’emmenait pour faire les courses et je jetai toujours un coup d’œil à ces mannequins, abandonnés au regard de tout le monde.

La nuit dont je parle, ces mannequins ont ouvert la porte de ma chambre, ils étaient toujours aussi plats, leur bras et jambes bougeaient et c’était tout. Qu’ils étaient maigres ces bras et ces jambes ! Mais ils étaient sûrs de leur mouvement. Celui (ou celle…) qui avait ouvert la porte était le mannequin de couleur jaune, j’ai vu sa main et son avant-bras lentement redescendre à ses flancs après avoir ouvert la porte pour lui et ses camarades.

Ils rentrèrent tous, toutes les couleurs et s’installèrent debout, devant mon lit et ne bougèrent plus.

Attendaient-ils de moi quelque chose ? Voulaient-ils que je les habille ? Que je leur parle ?

Je n’en sais rien car j’ai crié et me suis caché sous ma couette. Le temps que ma mère arrive pour demander ce qu’il se passait et me rassurer, ils avaient disparus.

Cauchemar… Cauchemar ? J’avais environ 6 ans, je me rappelle distinctement les voir rentrer doucement, et même si leur visage n’était qu’un vulgaire ovale sans traits aucuns, j’étais persuadé qu’ils me regardaient. Maintenant encore, quand il m’arrive de repenser à cette horreur onirique, je ne m’en rappelle pas comme d’un cauchemar mais comme un vrai souvenir, comme si j’étais éveillé et que ces mannequins étaient vraiment entrées dans ma chambre. Qu’ils étaient vivants, avec une conscience. Si je me concentre, j’ai presque l’impression qu’ils m’ont parlé, pas physiquement, ils n’avaient pas de bouches mais communiquaient par télépathie.

Pourquoi étaient-ils venus ME voir, moi un enfant et pas un autre ? Que me voulaient-ils ? Que me serait-il arrivé si ma mère n’était pas venues à mon secours ?

Peut-être qu’en fin de compte, tout ceci était un rêve, enfin un cauchemar. Même si ma mère ne s’en souvient pas du tout, et pourtant, je n’étais pas le genre d’enfant à crier et à appeler à l’aide après un mauvais voyage onirique.

Après tout, pourquoi, après cette nuit, les mannequins avaient disparu de la boutique ?

Tant de questions, dans un monde qui est obsédé par les réponses. Je ne cherche pas plus loin, les choses sont parfois mieux laissées sans réponses.

Jaskiers

Une histoire de fantôme (une histoire vraie… si si !)

J’étais enfant, je dirais que je devais avoir 8 ou 9 ans. J’étais en vacances chez mon père qui m’avait amené à la campagne, dans la maison de ma grand-mère. Une vielle maison qui nous appartient depuis plusieurs générations, si j’ai bien calculé.

C’était (et est toujours) une vieille bâtisse, avec de massifs volets en bois, un étage, un immense jardin, une petite cour devant et l’atelier de menuisier datant de mon arrière-grand-père juste en face. En faite je pense même que l’atelier a été construit à l’époque de mon arrière-arrière-grand-père, mais je ne suis pas sûr.

Toujours est-il que cet été, je jouais dans la cour de devant, une cour pas bien grande mais constituée de cailloux, de sable et de mauvaises herbes qui semblent pousser en une nuit.

Mon père bricolait dans l’atelier et moi, j’avais découvert comment faire du ciment, du moins je pensais que j’avais découvert comment en faire.

J’avais décidé de créer une sorte de petit fort en utilisant le sable et les cailloux de la cour mélangés avec du ciment « prêt à l’emploi ».

Autant vous dire que mon fort ressemblait plutôt à une sorte de montagne. Qu’à cela ne tienne, j’avais sorti mes petites voitures et avait créé des chemins avec une balayette qui passaient autour de la montagne, j’étais content.

Je jouais tranquillement, mon père toujours en train de bricoler je ne sais quoi dans l’atelier, ma grand-mère, handicapée, devant sa télé quand j’entendis quelqu’un cogner dans une vitre.

Je me retournais pour voir si c’était ma grand-mère qui cognait à une des vitres du rez-de-chaussée, personne.

Trois nouveaux coups retentirent à ce même moment et je levais ma tête. Une femme pâle, brune, un visage fin, avec sur la tête une sorte de voile, me faisait signe, avec un grand sourire.

Je lui rendis son signe amical et recommença à jouer. Je pensais que c’était une nouvelle femme de ménage qui était venue aider ma grand mère, sans que je ne m’en rende compte. Je n’ai pas plus été surpris que ça.

Après une demi-heure de course poursuite effrénée autour de la montagne de ciment, appelons cette montagne ce à quoi elle ressemblait vraiment, un monticule de sable, de cailloux mélangé avec du « ciment » et de l’eau, je décidais de rentrer pour prendre mon goûter.

En rentrant dans la cuisine, je dis à ma grand-mère, qui était devant sa télévision, que je ne savais pas qu’elle avait une nouvelle femme de ménage. Elle me répondit qu’elle n’avait pas changée de femme de ménage depuis plus de 10 ans. Je lui demandais donc qui était cette personne à l’étage qui m’avait fait « coucou ». Elle me répondit par un silence, une expression un peu inquiétante, comme si elle parlait à un fou. Elle me répondit que personne n’était monté là-haut, les femmes de ménages ne pouvant faire le ménage que dans les espaces de vies de la bénéficiaire. Ma grand-mère étant lourdement handicapée, l’étage n’était pas un espace de vie. Aussi, personne n’était venu faire une visite de courtoisie à ma grand-mère, ce qui était chose courante à cette époque pas si lointaine.

L’étage n’était occupé par personne, excepté par mon père et moi quand nous y dormions.

J’affirmais avec certitude avoir vu quelqu’un à l’étage, une femme. Mais ma grand-mère trouva l’explication : j’avais imaginé ça, j’étais tellement pris dans mes courses de petites voitures que j’ai imaginé une femme me faisant un signe de la main et un sourire.

Depuis ce jour, c’est la chose la plus inexplicable qui m’est arrivée. Je suis persuadé que j’ai vu cette femme car je me rappelle exactement à quoi elle ressemblait, et surtout, je me souviens avoir entendu distinctement les coups sur la vitre, le signe de la main, le sourire, le beau visage de la femme et son châle de marié.

En regardant des vieilles photos de famille, je crois avoir reconnu mon arrière-grand-mère, une femme brune au visage fin, je n’ai que cette photo d’elle… en robe de marié. Je n’avais jamais vu cette photo auparavant, c’était en fouillant il y a 3 ou 4 ans dans une vieille armoire que j’ai trouvé cette photographie.

J’ai demandé des renseignements à ma grand-mère, elle m’a dit que c’était une femme très belle, avec des cheveux magnifiques, mais avec une personnalité des plus… extravagantes. Elle croyait aux extraterrestres par exemple, ce qui n’est pas rien quand on sait qu’à l’époque, cette croyance était très mal vue.

Parfois, ma grand-mère me dit parfois qu’elle entend quelqu’un cogner à une vitre la nuit. Elle et moi ne croyons pas aux fantômes. J’aimerais qu’ils existent, cela rendrait la vie plus intéressante, mais je ne peux expliquer ce que j’ai vu ce jour-là. Je m’en rappelle comme ci c’était hier.

J’ai dormi des années et passées plus de dix ans dans cette maison et je n’ai jamais vécu quelque chose de paranormal. Je n’ai jamais entendu les bruits que ma grand-mère entends la nuit, jamais vu d’autre apparition ni senti de présence.

Mais j’ai vu, j’en suis sûr et certain, ce que je crois être le fantôme de mon arrière-grand-mère, dont je porte le prénom en troisième prénom (ça se dit ça ?).

Je préfère cette théorie là, celle du fantôme, à celle d’une personne qui vivait en cachette dans la maison familiale, à l’insu de ma grand-mère, et même de moi et de mon père.

Je sais ce que j’ai vu, et jamais je n’ai vécu d’autres expériences. Et honnêtement, j’aime à me souvenir de son beau visage.

Jaskiers

Abercrombie Writing Prompt 4 – Déception

Ce texte est une FICTION

« – Papa, quand est-ce que tu t’arrêtera !

  • De quoi tu parles ?
  • Arrête de jouer avec moi tu le sais très bien.
  • Je ne vois pas de quoi tu parles.
  • C’est tous les jours la même chose !
  • Mais que veux-tu dire ?
  • Tu crois que je suis aveugle !
  • Non !
  • Tu crois que je suis trop jeune pour comprendre ?
  • Mais de quoi parles-tu bon sang !
  • Je sens les relents jusqu’ici !
  • Relents de quoi ?
  • Tu n’as même pas un peu honte ?
  • Je crois que tu deviens fou.
  • C’est moi le fou ? Mais regardes toi !
  • Mais que veux tu dire enfin merde !
  • Lève toi !
  • Pourquoi ?
  • Tu sais très bien que tu ne pourra pas tenir debout plus de 10 secondes sans tanguer !
  • N’importe quoi !
  • Tu crois que je ne te vois pas ?
  • On vie ensemble mais je ne te vois jamais.
  • Parce que j’en ai marre de te voir ainsi.
  • Sûrement que tous ça, c’est ta mère !
  • Elle n’a rien à voir avec ça ne commence pas avec elle !
  • C’est elle qui te monte contre moi !
  • Non ! Non seulement je le vois, je le sens et tous le monde le sais. Tu te crois discret en plus !
  • Je n’ai rien à cacher !
  • Ah bon ? Et si j’ouvre cette glacière recouverte de vielles couvertures, que vais-je trouver ?
  • Rien…
  • Ah bon ? Tu es sûr car tu a l’air plutôt inquiet sur le coup.
  • Laisse-moi tranquille ! On dirait ta mère !
  • Et tada ! Du vin de table ? Sérieusement ?
  • Tu affabules !
  • Mais bien évidement, c’est la même chose à chaque fois ! Elles sont bien là ces bouteilles non ?
  • C’est à cause de toi !
  • Tu buvait avant ma naissance, on t’a même retiré le permis avant que je naisse !
  • C’est toi et ta mère !
  • C’est tellement simple de rejeter la faute sur les autres.
  • Fallait me laisser tranquille merde !
  • Chaque jours tu te détruit, c’est la mort que tu veux !
  • Oui ! Exactement !
  • Et tu penses un peu à moi ?
  • J’ai assez pensé aux autres !
  • Donc ça veut dire que te saouler tout les jours, c’est penser à toi ?
  • Mais laisse moi tranquille !
  • Tu vois pas à quoi tu ressemble ?
  • Je ressemble à quoi ?
  • À un déchet !
  • Les chats ne font pas des chiens, tu verra toi aussi tu boira !
  • Quand je vois le résultat ça ne me donne pas envie.
  • Tu disait la même chose pour la cigarette !
  • Sauf que la cigarette ne rend pas saoul !
  • On verra ça quand tu aura des enfants.
  • Des enfants, tes petits enfants qui n’auront jamais l’occasion de rencontrer leur grand-père plutôt. C’est ça que tu veux ?
  • Mais ça ne regarde que moi.
  • Tu m’as un jour promit d’essayer d’arrêter.
  • Et bien j’ai pas réussis !
  • Essaie encore une fois pour moi.
  • Tu ne le mérite pas.
  • Donc je ne le mérite pas ? Et si tu le faisais pour toi ?
  • Ma vie est faite, je m’en fou, je n’ai plus rien.
  • Je ne suis rien si je comprends bien.
  • Les chiens ne font pas des chats comme je te l’ai déjà dis.
  • Je te le dis, en face, et j’espère que tu t’en rappellera le moment venu, tu finira attaché à des machines. Tu souffrira pour mourrir. Ça sera trop tard pour faire machine arrière.
  • On récolte ce que l’on sème.
  • Exactement, c’est ça que tu veux ?
  • Oui.
  • Je crois que tu aurai peut-être besoin d’un psy, un professionnel à qui parler.
  • Ces gens, ces psychologues et tout leurs dérivés sont des magouilleurs, des charlatans. Je ne veux pas entendre parler d’eux.
  • Dans ce cas qu’est-ce que je dois faire ?
  • Rien. Parce que il n’y a rien à faire.
  • Très bien. Ne compte pas sur moi quand tu vomira tes entrailles.
  • C’est pas à toi de te faire du soucis pour moi.
  • C’est trop tard.
  • Ça ne sert à rien, tu as toute ta vie devant toi.
  • Justement, j’aimerai la passer avec toi aussi longtemps que possibles.
  • On ne dirait pas.
  • Et pourtant si.
  • Tu me gonfles ! Arrête maintenant avec tes inepties et dégages.
  • Très bien. Au moins je saurai que quand tu sera mort, j’aurai au moins fais mon possible.
  • Très bien, tu n’auras pas à te culpabiliser, tu as dis ce que tu voulais me dire…
  • Plutôt ce que j’avais besoin.
  • D’accord, maintenant c’est fait. Laisse moi, dégage merde ! »

Jaskiers