Just Another Haunted Hotel Room Story – FINAL

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

The pack of cigarettes is still here, untouched.

«- Is this a fucking nightmare once again?!»

He tense up, waiting for something to happen. A couple of minutes passed without something happening excepted for a dull silent.

Jack look at the ceiling, the smoke stain looked like a rabbit, like the first time he entered the room.

«- That’s… the fucking sign!»

He waited another five minutes. Nothing.

With a little bit of anxiety, he looked back again at the ceiling, still the same rabbit form.

The author fell asleep without noticing it. The fire alarm woke him up.

«- This is a nightmare! You’ll not foul me this time!»

A knock on the door and the voice of the young hotel clerk rose along the horrible alarm noise:

«- Mister, you have to exit the room, we have a fire here!

  • Ah! You stupid motherfucker!
  • Sir please! This is not a drill! Come out quickly!
  • Yeah! And the giant snake is as long as my cock!
  • What… this is not a joke! Yes, ladies and gentleman, leave through those stairs and gather to the front desk!
  • Is my fucking bitch of a wife here by any chance?
  • No! Sir, come on quick!
  • Of course, that’s definitely what’s a liar would say!
  • I can open the door for you and then, you’ll have to make a run for it!»

Jack was smelling the fire and started feeling the heat.

«- Very elaborate nightmares! You fucking… I don’t have words for this shit! And I’m a writer! »

The door opened and the young man passed his head through the doorway:

«- Ok, now I will leave, you better get the hell out of here! Because it’s gonna be… well, hell ! Come on sire, I’m leaving. If you stay well… God have mercy on your soul!

  • Fuck off! Let me alone Sonia! Where are you dumb bitch! Come on! Make this nightmare end already! Or make it more original! Jesus! A fire? How creative!»

The only answer was the fire swallowing the wall in front of him, making the same noise as the wind during a storm with cracking sounds added to it.

Jack took his notebook to write about the aesthetics of the fire when he noticed the pack of cigarettes untouched. He looked at the ceiling to see the smoke mark looking like a rabbit being devoured by flames.

This was real.

«- Fuck me! Jack you stupid fool!»

He took his notebook, let his trousers and grabbed his laptop, that was about to be destroyed, not without burning is hand.

As he ran outside, the roof started falling and he would have been a dead man if the hotel clerk didn’t grabbed him and pushed him toward the stairs.

After joining the other clients gathered in choc in front of the desk, Jack coughed, his lungs were suffocating him.

Red and blue lights flashed on the tired and anxious faces.

«- Sorry kid, had a weird nightmare and thought that… y’know.

  • Well, it’s probably more than a nightmare that you had. You probably sleepwalked, you are the one who started the fire!
  • What are you on about!
  • I saw you using a deodorant and a lighter and running around yelling non-sens words!
  • What? No!
  • I saw you too you crazy asshole! Said an old lady.
  • I… no! It’s a dream! You are my bitchy wife aren’t you! »

Jack punched the aged women in the face. The patrons restrained him until police arrive and took him to the nearest mental hospital.

Today, Jack still thinks that he is stuck in a nightmare. His goal is to go back to that hotel room to wake up.

The only problem, the hotel doesn’t exist anymore. In fact, it was an abandoned motel.

Jack was found by the police half-naked, screaming and yelling, alone in front of the burning abandoned building.

Jaskiers

P.S. : JOYEUX NOËL À VOUS TOUS !

Publicité

Ode To A Redemption (A Poem)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

This poem was inspired by Red Dead Redemption 2

Once there was a time
we would have kill for a dime.

No past,
forget the West,
here in the East,
feel like an undesirable guest.
No laugh, just pain,
pest,
and death.

Dreams of majestic beast in the wild,
a free roaming stag.
Everybody here is out of their minds.

Get on horses, run free,
no responsibilities,
no duties.
Just you and me.

It feels like the past,
come at me too fast.

How did we end up here ?
Starting to regret a lifestyle that I’d used to love.
Opened my eyes, should have been with you.
Give each other another shot,
I don’t have much left,
how could I dare,
express myself,
after so many lives destroyed,
by my own hands.

I am ashamed,
and scared.
But I’m waiting for no heaven
‘cause on Earth, I acted like a demon.
I am ready, to join the devil.

This is too easy,
to say sorry,
to ask for forgiveness.

They’re some things you simply can not change,
no going back,
nor going further,
until the end.

I’m roting from the inside,
the mad men I am,
show itself in the outside.

I will not lie,
I had good times,
the ones with you.

You’ll see me next,
six feet under the dirt,
if I have the chance,
to end it all,
with some honor.

As I try to make peace with my God,
I know, coming from me,
this is odd,
Thousand of questions,
starting all with why.
I’ll never have the answer,
I just have to tell you my goodbyes.

Your on my mind,
you were more precious,
than every gold I’ve stolen.
I guess this is the moment,
when we’re about to leave this life,
that everything seem so simple.

Maybe I should forgive everyone,
to disappear,
but know that for you,
I would have gone
a hundred thousand miles,
just to see your eyes.

Maybe one more last kiss,
you’re all I’ve ever missed,
a relationship
gone in the mist.

What a savage I was,
running and ruining
the poisoned gift of a life. Living a lie.

Nothing makes sens,
civilisation is putting fences,
around a property,
working days and night,
weekly,
monthly,
yearly.

That wasn’t the kind of life I’ve ever wanted,
nor a life that I’ve lived.

On the run, constantly,
friends murdered,
the worries.
It took its toll,
on my mind,
on my soul.

I hope that for you, the future hold,
a respectable life,
happiness, that you don’t necessarily
find in dollar bills.

I’ve been hunting for it,
never had enough.
Was I addicted to violence ?
Sure.
You didn’t deserve that life,
no future,
a constant blur.

You’ll live the rest of your existence,
knowing I was yours once.

I hope that you’ll live fully,
proudly,
knowing that all along,
you were in my heart.

I was lucky,
to ride along with you,
even if it was on a rocky road.
Your love was priceless to me,
I was too proud,
to express it,
in front of you face.

I regret too much thing,
but now it’s times,
to go away,
to write down my last will, pay back no depts nor bills
and to spread my wings.

Jaskiers

A Rider On The Storm (A Short Story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

As the wind blows threw my hair (yes, I’ve lost my hat in the firefight. Better this than my head !), I’m pushing Ernesto at full speed.

Brave horse, brave boy. Never scared of a gun shot nor roaming at full pace trough the dark night filled by a storm. Thunder, heavy rain and that brutal winds that push colds rain drops on my skins like thousand of needles prickling me.

It maybe sounds awful for you to imagine yourself in that situation but my friend, a storm is a dream gateway setting for running away from a bank heist.

The law can follow me, it’s impossible to see at 25 yards around. Can you really see what’s the thief even looks like in those conditions ? I can tell you, it’s like trying to find a shadow in the darkness. It’s dangerous for me to, but I trust myself and my horse, we make a great team, we complete each other.

The only things left to do for them ? Waiting !
Waiting ! The worse beginning for a law man trying to catch a thief.

I’m rich, yeah, of course from the money I’ve stoled, but I also have the luxury of time !

Every minute is a wasted one for the sheriff and his boys. I’m gaining more and more ground, they’re losing more and more opportunity to ever found me !

I bet ya’ that I could go back there one of these days, minding my own business, sip a whisky at the saloon and speaking with the local and they’ll never recognize my ass !

But I won’t do that, let’s not tempt the devil. He has been good to me so far, or maybe it was God.

Will God allow His sheep to be robbed of their money won honestly, through the hardship of a precarious life dedicated to provide for their families ? I don’t know. I’ve seen many poor bastards begging for His help before dying. He never got to help them with one of those miracles we hear He can do from those preachers everywhere.

Maybe God is on my side, after all ! He let me rob a bank to show His followers that money took too much place in their life, in their heart. And I’m just His pawn.

I’m not complaining about it ! Thanks God ! Help me whenever You want from now on ! I will gladly serve You if Your plans for me is: to rob more greedy cunts without any single regret. I won’t go to church thought. I have my limits too !

Heck, I can’t imagine everyone discovering that God will be on their side if they choose to rob from the rich and powerful.

Those rich cunts, never rich enough ! They seem to always want more ! Watch ‘em go to church to clear their guilty souls from the sins they commit on a daily basis.

Does God let us create gunpowder to watch us destroy one another, to judge the brave, the coward, the sinner, the poor and the (filthy) rich? To see where what kind of extremes we can go for one of our antic? Or maybe the devil gave us those tools of destruction. Like Prometheus who stole fire from the Gods to give it to the poor bastards that we were without it.

Of course, if you look at it closely, all religions kinda look the same.

But what am I boring you with?

Let’s conclude with those words : This is America, land of the free. This is God’s country, and I’m nobody to judge Him.

Now that I’m far away with that money, watch me wasting it on booze, alcool and gambling.

God, the hunt for money is not over for me, may I serve You well by stealing. I’ll dedicate from now on every stolen dime and dollars to You !

And for you dear friend don’t step on my toes, bank robbing is my thing, found your own way for your redemption !

God Bless America !

Jaskiers

A Pinkerton’s Warnings (A short story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

As I lay in this dens bush, the outlaws are drinking, singing indecent lullaby and exposing their latest successful crime like grandiloquent theatric actor with each other. Of course, those horrid story are embellished, coming out off their mouths.

I follow those bandits for two weeks now. They move often, from state to state, making their couple of weeks of stays a time of nightmares for the locals.

Robbing the poor and the rich folks that roam their lands, killing for a few dimes, stealing diligence, bar fights, rapes, you name it.

The reign of terror of those outlaws is coming to an end. The world has changed gentleman !

The United State is starting to hold up to its name and promises. We are uniting. It took time a good amount of death and misery to reach this ideal.

We, Pinkerton, are a federal agency charged to take down criminals who still haven’t understood that this is the end of impunity for those outlaws.

We have the means, we have the mens and the laws and even the President by our side.

The criminals only got their ideal. Wich belong to an ancient and savage era.

Modernity’s on it’s way. No more gunslingers, no more duels in the middle of the street, no more gangs.

Why did I follow those men for two weeks without interfering with their misdemeanor ?

Gathering proof. We want them to hang on nooses. They have to leave this world that don’t want them and, frankly, never needed them either.

As I am watching them laugh and throwing up their cheap moonlights, I just imagine myself putting a rope around their neck.

Sure, maybe a couple a them have some sort of code of conduct but the simple fact that they are riding together prove that they do not belong here either.

Show me your friends and I’ll tell you who you really are.

Those criminals talks about moral but they all are ready to sell their mother for a lighter sentence. The hanging noose, a simple rope frighten those bastards who can kill you for just looking at them the wrong way.

The curious things about those animals it’s that they know we are on to them. They even met us, exchanged fierce firefight with us, but they still think that somehow, we will let them do their crime. They bury their heads in the sand, but they will finish 6 feets under the ground. Well, if someone feels like digging holes for them. I don’t think anybody will go through this hardship for a single one of those maggots.

See, we are on to them. We know, we see, we gather proof, testimony. Their downfall is near. Society is ready… no even better, willing to get rid of them.

I deplore the amount of time we are offering them. They are, in some way, lucky that I am not in charge of their eradication. With me, no trials, just a bullet between the eyes. Quick, simple, effective. That would be the perfect way to end this non-sens.

But I will obey and keep a close watch on those fuckers. Discipline and obedience is key to a civilized society. And I will make sure to look at every single one of their cadavers, spit on them and carry on serving the law, the justice for the emerging and perfect civilisation. For the futur.

The time has come !

Signed : a Pinkerton agent

Jaskiers

There’s A Killer On The Road (A Short Story)

FYI: I am not fluent in English, I’m trying to be at least. Sorry for the potentials mistakes. Feel free to correct me in the comment section.

« – Go now, let’s go !

  • What the fuck happened over there, shit !
  • Come on faster !
  • Yeah, but will you tell me where are Tim and Bryan for Christ’s sake ?
  • Dude, it’s all turned into a shit show in there !
  • Well I guess I already know that because you came back alone ! What was those gunshots that I’ve heard ? It was supposed to be a fine calculated job, no victim !
  • Dude, we thought we had it all under control. Everybody knew the plan and what he had to do but that… fucking security guard decided to be a hero ! Like he was paid enough to care about a robbery !
  • If you let you guard down man, they’ll take you out for sure.
  • What do you fucking know about a bank a robbery ! Shut the hell up and do your job, driving !
  • Well excuse me for being worried about bringing home one dude instead of three ! What happened to them !
  • Faster !
  • I’m at full speed ! Get out if you think you could run faster you shit ! Answer me ! Where are Tim and Bryan ?!
  • Tim got shot in the right shoulder by the security guard and Bryan was instantly killed by a bystander in the bank.
  • What ? And you came out of it unharmed !
  • Tim was badly injured but he could still fire his gun. We exchanged a copious numbers of bullets with the cops and the civilian. We killed the officer first, the bystander emptied is Smith&Wesson on us, Bryan took a bullet in the head… He died instantly. When the civilian started to reload, we took the opportunity to shower him with bullets and that wannabe hero died. Then, time started running out so Tim was guarding the civilians, I took care of the banker who opened the safe, took the money in my duffle bag and when I’ve came back, Tim was bleeding badly. I think that he had been hit sooner during the fire exchange with ether the civilian or the guard. At first, I’ve thought it was in the shoulder but he was hit in the left lung. Had to choose between him and the money so I’ve choose him but he refused and told me to go. To secure the money you see. He told me good luck and said he would cover my exit just in case someone decided to play hero… and here I am now.
  • Fuck. For real ? Men you’re full of shit ! I knew you were a coward at the second I laid eyes on you !
  • Men fuck you ! I did what had to be done !
  • Come on, you could have carried Tim with you !
  • Dude, I was literally carrying millions of dollars in a bag ! Money is heavy but you wouldn’t know this because you are our fucking gateway driver !
  • Man, I can fire a gun, be careful with what you said ! Can’t believe you left Tim to get die or… Wait… shit ! Was he the one who fired his gun just before you came running to the car ?
  • Yes I’ve told you, he was covering me !
  • You fucking lier ! He was trying to shoot you because you’re the one who killed Bryan ! »

Rami died on the spot, shot by Aubrey.

« – You haven’t see that one coming isn’t it ? Getaway driver my ass ! »

Throwing the body out of the car, Aubrey drove West.

Nothing was going accordant to the plan, he saw the flashing lights of law enforcement cars reflecting on his rear view mirror.

Taking his handgun, he fired at the blinding lights. He received a salve of bullets as an answer.

The car stopped going forward almost immediately.

He had a two possibility now. Run or facing the cops.

To this day, the faith of the five million dollars is still unknown. But they’re tainted in blood, sweat, tears and betrayal, like every currency in this world.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 20

Quand il entra, la jeune femme, elle devait avoir tout juste la trentaine, pleurait et sursauta quand elle le vit s’approcher d’elle.

« Vous allez bien ? » Question stupide se dit Rand en lui-même.

« – Pourquoi vous êtes revenus ? Vous allez vous attirer des ennuis. »

– Je ne suis plus à un soucis près vous savez.

– Vous devriez partir. S’ils repassent vous allez avoir droit à une visite au poste.

– Je ne fais rien d’illégal ! J’ai oublié de vous acheter des chaussettes !

– Ah…

– C’est du harcèlement ce qu’ils vous font subit !

– Ils… font leur boulot.

– C’est pas plutôt à un agent de probation, ou quelque chose dans le genre, de vous surveiller ? Enfin… vous aider plutôt.

– Si.

– Vous en avez un ?

– Oui, et eux en plus.

– Sacrés cerbères que vous avez…

– Oui…

– Vous… vous avez un avocat ?

– Oui…

– Commis d’office ?

– Oui…

– Et vous êtes encore en contact avec lui.

– Oh non, pas vraiment.

– Vous lui avez parlé de ce que vous subissez ?

– Non, et puis au final, je le mérite.

– Comment ça ?

– Ils ont sûrement dû vous le dire…

– Défoncer la boîte crânienne de votre mari ? Oui ils me l’ont dit…

– J’ai honte.

– Je suis sûr que vous n’avez pas prise la tête de votre mari pour une balle de baseball sans raison. C’était un de ces enfoirés hein ? »

Elle marqua une longue pose, mais ses sanglots repartirent de plus belle. Dante ne savait pas quoi faire et surtout, ne savait pas pourquoi, au final, il était revenu. Peut-être que la misogynie belliqueuses des deux cow-boys lui avait donnée l’envie de prouver à cette femme que tous les hommes n’étaient pas des porcs.

« – C’était compliqué Monsieur Rand.

– Je n’en doute pas une seconde.

– J’ai eu ce que je méritais.

– Est-ce que je peux vous demandez pourquoi vous avez fait ça ? Légitime défense ?

– Oui… d’une certaine manière.

– Laissez-moi vous faire un chèque, je peux contacter un bon avocat pour vous défendre.

– Non non ! Laissez-moi je vous en prie ! Je suis habituée !

– Mais vous n’allez pas continuer à vivre avec les flics aux trousses encore toute votre vie. Ils attendent le moindre faux pas de votre part !

– Je paie ma dette envers la société.

– Connerie oui ! Ils vous font culpabiliser ! Vous avez fait une erreur, ou peut-être pas, si c’était de la légitime défense. Et même, ce n’est pas le boulot des flics de harceler les gens, même ceux en probation.

– Je sais…

– Vous en avez parlée à votre agent de probation n’est-ce pas ?

– Il me dira quoi ? Que je me rebelle ? Et il trouvera un moyen de me remettre derrière les barreaux, car je suis une déséquilibrée, instable ?

– J’ai été témoin de leurs abus de pouvoir !

– Je suis juste fatiguée.

– Je suppose que vous ne pouvez pas sortir de la ville…

– Vous supposez bien.

– Fais chier ! »

Dante sortit son téléphone, son bloc-note et son stylo. Nota son numéro de téléphone et le numéro du cabinet d’avocat qui s’occupe de ses affaires légales à Manhattan, New-York.

« – Tenez, mon numéro et celui de l’étude d’avocat qui s’occupe de mes affaires. Je les appellerai quand je sortirai et je leur parlerai de votre cas. Aussi acceptez ça. »

Il sortit son chéquier, fit un chèque de 5 000 dollars et lui tendit.

Elle faillit s’évanouir à la vue du chiffre sur le chèque.

« – Je ne peux vraiment pas accepter… ils ont les yeux sur mon compte en banque.

– Il y a mon nom sur ce chèque, j’ai le droit de faire un chèque à qui je veux ! Encaissez-le. Gardez-en pour l’avocat. Je vous aiderai financièrement et je vous obtiendrai un bon avocat pour être à vos côtés, je ne peux pas faire grand-chose d’autre.

– Vous plaisantez ? C’est déjà beaucoup. Beaucoup trop. »

Il lui posa une main sur l’épaule puis la regarda droit dans les yeux.

« – Ayez confiance en moi. Les poulets vous lâcheront la grappe quand ils seront qu’un avocat de Manhattan vous défend maintenant. Et sûrement que cet avocat arrivera à vous tirer de cette sale affaire.

– Je ne sais pas comment vous remercier…

– En ne baissant pas les bras. Promis ? »

Elle fit oui de la tête. Rand se dirigea vers la sortie, fit un sourire à sa fan avant de se rendre compte qu’il ne lui avait jamais demandé son prénom.

« -Une dernière chose, comment vous appelez-vous ?

– Harley. Merci encore.

– Courage Harley. Et pour les chaussettes, je ferai sans ! »

Il regarda aux alentours, ne vit aucune voiture de flics. Il se dépêcha de rentrer dans sa voiture, démarra. Il mit son potable en connection Bluetooth avec sa voiture et contacta l’étude d’avocat de Manhattan.

« – Cabinet LeMaher, Sabine a l’appareil.

– Bonjour Sabine, c’est Dante Rand.

– Bonjour Dante ! Comment allez-vous ?

– Bien. Dites, puis-je parler à David s’il vous plaît.

– Un instant, je vérifie s’il est disponible. »

La musique d’attente se déclencha. Peu de temps car une voix rauque retentit.

« – Allô monsieur Rand !

– Bonjour monsieur LeMaher !

– Appelez-moi David ! Comment ça vas en Oklahoma ?

– Bien, dite, je suis tombé sur une jeune femme harcelée par des bouseux de flics. Je lui ai donné votre numéro et de l’argent pour vos honoraires. J’espérai que vous pourriez l’aider…

– Quel samaritain ! Vous êtes amoureux ?

– Non David, je ne plaisante pas, elle a besoin d’aide. Elle est sous probation, mais les flics surveillent le moindre de ses faits et gestes.

– C’est à un agent de probation de s’occuper de ça ! Et encore !

– Elle a un agent qui ne semble pas s’occuper d’elle, et pire, qui cherche à la faire retourner derrière les barreaux.

– Elle a fait de la prison pour quoi ?

– Elle s’est défendu à coup de batte de baseball contre son mari, qui n’avait pas l’air d’être un saint si vous voyez ce que je veux dire…

– Elle l’a tué ?

– Non, mais il est handicapé à vie. Écoutez j’en sais pas plus.

– Rand, moi j’m’occupe des affaires, du business, je fais pas dans la personne… dans les mœurs. C’est très bancale votre demande.

– Vous avez sûrement un collègue qui pourrait s’en occuper.

– Oui sûrement…

– Et je suis sûr que vous pouvez gérer cela. Vous avez le feu en vous, je suis sûr que vous avez envie de casser du flic et de secouer le système judiciaire de ces bouseux.

– Dit comme cela, c’est sûr que ça m’intéresse !

– Je paierai les honoraires, ok ?

– On verra pour l’argent plus tard. Vous avez son numéro ?

– Elle vous appellera. Ou si jamais elle n’ose pas, peut-être m’appellera-t-elle. Si vous n’avez pas de nouvelles d’ici deux jours, appelez-moi.

– C’est quoi son nom à votre dame ?

– Harley.

– Ok, c’est noté.

– Merci bien David !

– Hey ! Moi je suis toujours partant pour casser du bouseux.

– Je peux te dire que niveau racisme, misogynie et tout ce qui va avec, tu vas être servis. J’ai même rencontré un dealer d’arme qui croyait que j’étais du FBI !

– À la bonne heure ! Tu as besoin de moi pour quelque chose d’autre pendant qu’on y est ?

– Non, merci. Je compte sur toi.

– Pas de soucis. »

Il était déjà sorti de Alva, il ne s’en était même pas rendu compte.

À cinq miles, il réalisa qu’il avait complètement oublié d’acheter ses outils de dépannage. En aucun cas il ne retournerait à Alva. Autant ne pas tenter le diable. Il n’avait qu’à prier que tout se passe bien à Buffalo.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 19

Son estomac s’effondra dans ses talons.

Putain, on a même plus le droit de s’en griller une en voiture maintenant ? Si Hunter S. Thompson était encore de notre monde…

Il regarda anxieusement la voiture de police passer à côté de la sienne, se garer vers le magasin de la station-service. Deux policiers en sortirent. Il vit sa fan sortir des toilettes et pointer du doigt la voiture de Rand.

Nan. Mais non elle n’a pas fais ça quand même !

Les deux flics s’approchèrent et lui firent signe de baisser sa vitre.

« – Bonjour monsieur, ne vous inquiétez pas, nous avons juste une question à vous poser.

– Messieurs. Allez-y je vous en prie.

– Est-ce que cette dame, l’un des policiers pointa la femme de la station-service du doigt, a consommé de l’alcool, de la drogue ou vous a proposé de l’argent contre une relation sexuelle ?

– Non… non pas du tout.

– A-t-elle eu un comportement dangereux pour vous ou pour elle-même ? »

Tom se rappelait l’avoir vu sortir, une cigarette allumée au bec. Allumer une cigarette au milieu d’une station-service n’était sûrement pas une chose à rapporter aux cow-boys.

« – Non, non rien de tout ça.

– Vous a-t-elle menacé d’une quelconque manière ? Verbalement ? Physiquement ?

– Non monsieur, c’est une personne très amicale et intelligente, enfin le peu de temps que j’ai eu à converser avec elle.

– Vous êtes sûr ? N’ayez pas peur, elle ne peut pas vous faire de mal.

– Non messieurs, elle n’a pas du tout était agressive, ni menaçante.

– Vous êtes nouveau par ici ?

– Je suis juste de passage.

– D’accord… »

Le deuxième flic, qui jusque-là n’avait dit aucun mots, s’approcha de Dante et chuchota :

« – Elle est en probation.

– Ah bon ?

– Elle a fracassé le crâne de son mari avec une batte de baseball.

– Putain de…

– Il est encore vivant mais il n’est plus vraiment… Le flic fit une moue de la tête des plus expressives.

– Ah. Légitime défense peut-être ?

– Stephen ? Il aurait pas fait de mal à une mouche !

– Son mari ?

– Oui.

– Vous savez, parfois les apparences sont trompeuses. » Dit le premier flic qui lui avait parlé.

Rand jeta un œil à sa lectrice dans le rétroviseur, qui les regardait en se rongeant les ongles.

« – Oui, surtout avec les femmes vénales comme elles. Mais on les a dans le collimateur ces sales putains. » Répliqua le deuxième officier.

Dante Rand resta bouche bée à cause de ce que les agents venaient de lui dévoiler et par les paroles proférées par des défenseurs de la veuve et de l’orphelin.

« – Vous feriez bien de partir car elle vous a vu nous parler.

– Mais elle n’a rien fait de mal messieurs, je vous promets.

– On vous croit ! On vous laisse repartir. Merci pour votre coopération.

– De rien… »

Il remonta sa vitre, ne repartant pas tout de suite, regardant les flics revenir vers la femme qui baissait les yeux et acquiesçait. Quand il vit les garants de la loi se diriger vers leur voiture, il démarra, mais ne se dirigea pas vers la sortie de la ville, il voulait aller parler à cette femme. Elle avait l’air innocente, ou en tout cas, pas la manipulatrice perverse que les messieurs à l’insigne lui avaient décris.

Mais peut-être que les meilleurs manipulateurs vous manipulent sans que vous ne vous en rendiez compte…

Il fit le tour d’un pâté de maison, en essayant de se repérer tant bien que mal, et arriva à l’entrée de la station-service. Pas de cowboys. L’écrivain profita de l’occasion et se gara juste à côté du magasin.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 18

La mauvaise réputation des toilettes de stations-services.

Petite bâtisse blanche, ou presque, de plein pied, la porte, d’un vert fatigué, était taguée et montrait des signes alarmant d’usures. Elle grinça à l’entrée de l’écrivain.
Un tout petit hall d’entrée avec des lavabos sur le mur faisant face à la porte. Une porte de chaque côté, à gauche les femmes, les hommes à droite.

Dante Rand rentra dans la section des hommes et constata qu’il n’y avait pas de toilettes, mais seulement des urinoirs. Rien pour pouvoir se déshabiller sans être vue. Les WC étaient déserts. Il ne perdit pas de temps, se déshabilla, changea son pantalon, enleva ses chaussures et ses chaussettes en réalisant qu’il avait oublié d’en racheter une autre paire. Il n’aimait pas vraiment déambuler sans chaussettes. Depuis tout petit il avait besoin de les avoir aux pieds. Il enfila sa nouvelle paire de chaussures à la couleur rouge presque aveuglante. Le genre Skechers qu’utilisent les personnes âgées pour rester cool et actif.

Il en profita pour uriner, quand le deuxième appel de la nature se rappela à lui. Il allait devoir essayer les toilettes des femmes pour la grosse commission.

Il passa le couloir et rentra dans les toilettes des femmes, qui possédait des cabines. Dante poussa un soupir de soulagement, s’engouffra dans l’une d’elle et fit ce que la nature lui demandait. Une fois la chasse d’eau tirée, il sortit de la cabine et se retrouva nez à nez avec sa fan tenancière de station-service.

« – Hey bien re-re-bonjour monsieur Rand !

– C’est très gênant je voulais juste des toilettes pour vous savez…

– Oui les toilettes des hommes n’ont que des urinoirs. Que voulez-vous, les hommes ici tiennent chèrement à leurs masculinités.

– Hey bien je ne sais pas comment leurs masculinités leur permet de couler un bronze dans ces urinoirs. Ça doit-être une sacré gymnastique. Limite de l’art pour viser dans le trou !

– Quel poète vous feriez !

– La poésie vous mange dans les mains dans les moments les plus atypiques !

– Je vois ça !

– Bon, je vais pas m’éterniser, je vous remercie encore.

– Pour ?

– Pour votre sympathie et votre compréhension, l’Oklahoma a été jusqu’ici une sacrée épreuve, un chemin de croix, une descente aux enfers, et il me reste encore de la route.

– Vous m’envoyez enchantée et aussi désolé pour votre mauvaise expérience du pays. Bonne route et faite attention à vous !

– Encore merci ! »

L’auteur sortit en trottinant. Il rougissait, légèrement gêné et honteux. Mais quand dame nature appelle, on avise.

Il grimpa dans sa voiture, arrêté au stop de la sortie de la station à essence, il s’alluma une cigarette.

Une voiture de police fit entendre ses sirènes juste devant lui.

Jaskiers

Dante’s Dusty Roads – Chapitre 9

Il sorta en trombe de la ville.

Entre colère et peur, il essaya de ne penser qu’à sa destination. Là bas, à Forgan, dans son ranch, il allait enfin pouvoir se défouler, sortir ses démons et ses frustrations, ses sentiments enfouis, ses fantasmes, grâce à l’écriture. Quitte à ce que son prochain roman ne soit pas un récit d’horreur fantastique mais un récit d’horreur tout court, ancré dans la vraie vie.

Oui, pensait-il en lui-même, peut-être que ça surprendra mes lecteurs mais, ce qu’il a de plus effrayant dans la vie, c’est la réalité.

Une fois prit la bretelle d’autoroute, il partit en direction de Tulsa, prochaine étape de son périple. Il y avait encore quelques miles à engloutir avant d’arriver à Forgan, et ils semblaient interminables. Dante décida de mettre le pied au plancher, plus vite arrivée, mieux ce serait.

Après une dizaine de minutes d’une conduite à vive allure, des lumières rouges et bleus firent leurs apparitions dans son rétro ainsi qu’un bruit strident.

Manquait plus que la flicaille, merde !

« – Ranger vous sur le côté immédiatement ! Immédiatement ! »

Le haut-parleur ? Carrément ? Les lumières et les coups de sirène n’étaient pas suffisants ? Un cow-boy ! J’en suis sûr !

Rand mit son clignotant à droite, ralentissant pour s’arrêter sur la bande d’urgence. Pas besoin de faire l’innocent, il avait roulé comme un malade.

Donnes moi ton amende, je te paie immédiatement et je me casse.

Les ‘bouseux’, il en avait sa claque, mais là, c’était un bouseux flic. Et Dieu sait que ça pourrait vite tourner au vinaigre au moindre mot de travers.

Il voyait déjà les gros titres dans la presse et sur internet « Dante Rand, le nouveau Stephen King, arrêté pour outrage à agent, refus d’obtempérer dans un trou pommé de l’Oklahoma. » Toute publicité est bonne à prendre dit-on, mais celle-là, il préférait s’en passer.

Il vit le flic sortir de son rutilant 4×4, tous feu encore allumés. Un chapeau vissé sur la tête, une chemise bardée d’insignes superficiels, sûrement pas réglementaire d’ailleurs, et un pantalon marron qui semblait lui coller à la peau, rentré dans une paire de botte de motards brillante. C’était à quoi ressemblait son policier.

Génial, j’ai le droit aux Village Peoples maintenant.

Il souriait de sa plaisanterie quand le flic toucha la carrosserie de sa berline allemande, geste que Rand trouvait énigmatique.

C’est sûrement un truc qu’ils font pour se donner un genre. Un truc qu’ils voient dans les films et qu’ils reproduisent pour montrer qu’ils ne rigolent pas. Sacrés clowns !

« – Vous souriez monsieur ! Vous savez pourquoi je vous arrête sûrement ?

  • – Je roulais un peu vite ?
  • – Un peu ? Un peu beaucoup oui. Papier du véhicule ainsi que licence de permis de conduire s’il vous plaît. »

Tom se pencha sur le siège passager, ouvrit la boîte à gants, et sortit les papiers. Il prit son portefeuille et tendit le tout.

« – Votre tête me dit quelque chose. Dit le policier.

  • – Ah ?
  • – Oui oui… »

Le policier regarda le permit de conduire et s’esclaffa :

« – Putain mais c’est vous ! Dante Rand !

  • – Ouai… Ouai c’est moi oui.
  • – Merde alors ! Jamais j’aurai pensé vous rencontrer un jour ici !
  • – La vie est pleine de surprises monsieur l’agent !
  • – Ah vous pouvez m’appeler Leonard ! J’ai adoré « Personne n’est en danger » woaw !
  • – Merci merci.
  • – Nan mais j’en ai fais des cauchemars mec ! Et j’suis flic j’en ai vu des trucs mais merde, c’était diabolique votre truc.
  • – Ah merci, enfin désolé et merci.
  • – Ah ! Merde ! Qu’est-ce que vous faites dans l’Oklahoma ?
  • – Je… Le travail.
  • – Bordel ! Vous allez écrire sur l’Oklahoma ?
  • – Non. Juste prendre un peu de recul, m’isoler pour écrire.
  • – Ah cool. Et ça vous dérange si on fais un selfie ?
  • – Ah… non allons-y. »

Le flic sortit son smartphone de son pantalon moulant, enleva ses lunettes Ray-Ban Aviator, retira son chapeau dévoilant des cheveux blond fins qui commençait à se clairsemées. Il doit avoir dans les 35 ans pensa Rand.

Il tendit son bras armé de son téléphone, se pencha et demande à Rand de sortir sa tête de la voiture pour la photo. Le flash se déclencha, ce qui fit sursauter Dante et lui marqua la rétine de traînées violettes à chaque mouvement et battement des yeux.

« -Ah putain j’oublie toujours d’enlever le flash !

  • – Ça arrive, ça arrive.
  • – Et j’peux avoir un autographe ?
  • – Sur mon PV ?
  • – Nan nan, on va passer l’éponge. »

Le blondinet arracha un bout de feuille d’un petit calepin froissé et un stylo qu’il tendit à Rand.

« -Juste une signature ou un p’tit mot ?

  • – Vous pouvez mettre « À Leonard, vieux briscard ! »
  • – D’accord. »

Il gribouilla le papier, tout en évitant de sourire à la mauvaise dédicace qu’il devait écrire et le tendit au flic.

« -Ah j’vous remercie vous êtes super cool en vrai. »

En vrai ? Et en faux je suis comment ? Non, ne dis rien Dante !

  • « – C’est gentil merci.
  • – Vous pouvez y aller. Au fait, vous allez où ? »

L’écrivain ne savait pas s’il devait dire sa destination. Surtout que c’était un fan ET un flic. Mais il pourrait trouver facilement son ranch avec son ordinateur de service. S’il mentait, Rand était sûr que ce blondinet se vengerait en lâchant l’info à TMZ ou un truc dans le genre… voir pire.

Il doit connaître Peter et consœur…

« – Forgan.

  • – Forg’ ? Y’a personne là-bas ! »

Si Dante avait perdu le contrôle de lui-même à ce moment-là, il se serait cogné la tête contre son volant en espérant que l’airbag l’assomme.

« – Ouai c’est le but, être tranquille pour travailler.

– Là-bas vous aller être tranquille parce que c’est la ville de personne. Merde ça peut être dangereux là-bas, on raconte des trucs…

– J’ai entendu parler oui.

– Z’inquietez pas ! Je vais prévenir mes collègues, comme ça, on sait jamais ! »

Pitié doux Jesus, Aidez-moi !

« – Non non, ne vous donnez pas de mal pour moi, pas d’inquiétude, je suis sûr que ça ira. Mais c’est gentil, vraiment. »

Mais ces dernières paroles étaient inutiles, car l’officier était déjà parti en trottinant dans son SUV, démarra et reparti dans le sens inverse.

Dante Rand s’alluma une nouvelle cigarette et enclencha la marche avant pour reprendre sa route, à vitesse plus respectueusement de la loi cette fois.

Le panneau pour Enid s’affichait, encore 20 miles.

Mon dieu… je suis si proche de Forgan mais j’ai l’impression que je ne vais jamais y arriver…

Jaskiers

Bienvenue à la cure de Rien – Partie 4

-> Partie 3 : https://jaskiers.wordpress.com/2022/06/27/bienvenue-a-la-cure-de-rien-partie-2/ <-

J’essayais de me débattre autant que je le pouvais avec l’énergie du désespoir. Je criais, j’étais épuisé, dégoûté.

Je n’avais déjà plus de force après toutes ces émotions et le voyage. Mon corps ne répondait plus, l’adrénaline s’était dissipée, j’étais résigné, j’avais été pris au piège.

On me saisissait par les bras et les jambes.

« – Ne me tuez pas par pitié ! J’admets tout ! Laissez-moi rentrer chez moi et retourner travailler ! »

Mais on ne me répondit pas. J’étais porté par deux personnes, j’entendais une troisième dicter des ordres.

« – Tenez le bien, parfois ils regagnent un surplus d’énergie, celui du désespoir !

  • Très bien.
  • On l’emmène comme d’habitude chef ?
  • Comme d’habitude. Chez la patronne. »

J’entendis un grincement lourd et sinistre, sûrement celui de la barrière métallique que j’avais vu en arrivant, du moins, je pensais que c’était cette grille par laquelle on me portait vers un supplice certain. Je pensais encore une fois aux mots de Selena Brown, je m’étais fourré dans la gueule du loup.

J’entendais le bruit des pas de mes bourreaux qui me portaient je ne sais où.

Un bruit de porte lourde, des bruits de pas qui raisonnent, des voix, mais le sac bien serré autour de ma tête m’empêchait d’entendre clairement ce qu’elles disaient.

Je sentais les virages que prenaient mes kidnappeurs, parfois on me tournait sur la gauche ou la droite.

Puis, un énième bruit de porte automatique qui s’ouvre, puis se referme et cette sensation de monter, j’étais dans un ascenseur.

Les portes se rouvrirent, mes bourreaux continuèrent leur marche.

« – Encore un nouveau ?

  • Y’en a de plus en plus !
  • Ça vous fait les bras !
  • Et ça nous casse les c…
  • Elle est là la patronne ?
  • Oui, on a été prévenu de l’arrivée du nouveau !
  • Bon, bah ouvre nous !
  • Oh ça va ! On peut même pas faire la causette avec les collègues !
  • Il est lourd le monsieur là !
  • Ça va ! Je la préviens. Docteur Proust, le nouveau est arrivé. »

Une voix électronique lui répondit :

« – Faites le entrer Natacha ! »

Le bruit d’une lourde porte fit vibrer mes tympans. Puis, après avoir été transporté, on me posa sur une chaise.

Une voix de femme dit :

« – Merci messieurs ! Vous pouvez nous laissez. »

Les bruits de pas s’éloignaient puis la voix de femme me parla :

« – Monsieur Gaspard Dincy ! Heureuse de vous rencontrer ! Enfin…

  • Ce n’est pas ce que vous croyez.
  • Comment cela ?
  • J’ai fait une erreur !
  • Ah bon ? Et quelle erreur ?
  • J’ai abandonné mon travail ! »

Je sentis la cagoule se soulever d’un geste sec. Une femme, Noire aux yeux verts portant une blouse et des talons se tenait devant moi.

« – Je suis le docteur Proust.

  • Ah… c’est vous !
  • Oui !
  • Je pensais pas que…
  • Que quoi ? Que le docteur était une femme ? Une femme Noire en plus de ça ?
  • Non… enfin… les gens qui m’ont emmené… Ils me parlaient de vous comme si vous étiez un homme.
  • Ils essaient de brouiller les pistes jusqu’aux moindres détails.
  • Mais je suis dans le pétrin non ?
  • Tout dépend de qui vous êtes.
  • Je m’appelle Gaspard Dincy, 40 ans et je suis employé à l’Electric National Company.
  • Vous m’en direz tant ! Où habité vous ?
  • Salt Lake City.
  • Votre date de naissance ?
  • 20 juin 2022.
  • Hmmm… patientez quelque minutes s’il vous plaît. Ah ! Mais de toute façon vous n’avez pas le choix, vous êtes ici fait comme un rat ! Et puis, on ne vous appelle pas patient pour rien ! »

Elle s’installa derrière son bureau, tapa sur le clavier de son ordinateur et pendant deux minutes, ses yeux restèrent fixés sur l’écran.

« – Voyez-vous vous ça ! Monsieur Dincy ! Vous êtes un vrai tire-au-flanc n’est-ce pas ?

  • Je… j’ai contacté l’institut pour la cure de Rien car je pensais avoir besoin de…
  • Tirer au flanc !
  • Non ! J’étais épuisé ! Épuisé !
  • Vous ne l’êtes plus ?
  • Si… si et encore plus maintenant que je réalise ma faute !
  • Quelle faute ?
  • J’aurai dû rester travailler, travailler apporte tous les bienfaits dont nous avons besoin…
  • « Nous » ?
  • Que voulez-vous dire ?
  • Que signifie ce « nous » ?
  • Les citoyens…
  • D’accord… Vous voyez une annonce dans le journal qui vous promet monts et merveilles et vous appelez ? N’était-ce pas un peu trop beau pour être vrai ?
  • Je ne sais pas ce qui m’a pris ! J’avais… j’ai été attiré, c’était… comme si on parlait à quelque chose d’enfoui en moi et…
  • Enfoui en vous ? Mais que dites-vous ?!
  • Je n’en sais rien… je veux retourner au travail et si je passe en jugement pour manquement au devoir du citoyen, je plaide coupable.
  • Aviez-vous exercé d’autres métiers avant ?
  • Non, j’ai toujours travaillé dans la même entreprise.
  • Ça doit être sacrément chiant ! Je vois dans votre dossier citoyen que vous étiez assistant d’expert-comptable polyvalent. Je ne sais pas vraiment ce que ça veut dire mais je suis persuadé que c’était un boulot ennuyeux, abrutissant et mal payé.
  • Non… j’étais heureux de mon travail. Je réalise à quel point j’ai été ingrat envers notre gouvernement et je demande une deuxième chance. Je m’inscrirai comme bénévole au parti de l’Unique. Pitié…
  • Hey bien ! Vous en avez des projets pour l’avenir ! Mais une chose me chiffonne. »

Elle se releva, se posta devant moi et me fixa de ses beaux yeux verts.

« – De quelle unité faites-vous partie cher monsieur Dincy ?

  • Unité ?
  • Vous êtes sourd ? C’est pour ça que vous êtes venus ici ?!
  • Non !
  • Votre unité agent !
  • Je ne suis pas un agent du Gouvernement Unique !
  • Un citoyen modèle, sans problème, aucun blâme… pourquoi risquer une telle position, plutôt confortable pour venir ici ? Vous ne faisiez pas d’effort physique… Votre dossier citoyen ressemble à un dossier monté de toute pièce !
  • Rien n’est monté de toute pièce !
  • Vous êtes vraiment un bon citoyen ! Mais que venez-vous faire ici ?
  • Je vous ai dit que…
  • C’est qu’il s’énerve en plus !
  • Pardonnez-moi, mais je ne sais pas comment vous prouvez que je ne suis pas un agent !
  • Peut-être que moi, j’en suis une ! Que diriez-vous de ça ? Vous en avez entendu parler des Déviants et de la chasse menée contre eux par le Gouvernement n’est-ce pas ? Le présumé attentat commis par des Déviants à Atlanta, vous en avez entendu parler aussi ?
  • Ou…oui.
  • Évidemment… saviez-vous que le Gouvernement Unique avait empoissonné l’eau courante d’Atlanta avec je ne sais quel produit toxique qui tournaient ces pauvres gens en mangeur d’oiseaux… le saviez-vous, monsieur l’agent, que le Gouvernement était derrière tout ça ? Ce n’était pas les Déviants… vous le saviez, bien évidement…
  • Je ne…
  • Suis pas un agent, oui je sais. Peut-être êtes-vous dans un black site, nom de code, pas très discret, utilisé par le gouvernement pour torturer les Déviants liés à des groupuscules terroristes anti-Unitaire.
  • Je ne sais pas quoi vous dire… Je ne vous comprends plus !
  • Moi je vais vous dire ce que je sais. La chaise sur laquelle vous vous tenez contient des capteurs intégrés, permettant d’enregistrer votre pou, vos constantes et tutti quanti. C’était utilisé durant la guerre Unique. J’en ai récupéré une, ne me demandez pas comment. Enfin, tout les résultats sont sur mon ordinateur. Je vais y jetez un coup d’œil et nous aviserons pour la suite ! »

Elle s’asseyait une nouvelle fois à son bureau, je fixai son visage. C’était comme être arrêté par la police même si vous n’aviez rien fait, quelque chose pouvait être mal interprété et votre vie changeait pour toujours. Intérieurement, j’espérai que ces capteurs n’étaient pas défectueux, rendant ainsi les chiffres faux et me mettant dans un pétrin dont je ne supporterai pas de voir la fin.

Je scrutais ses yeux verts émeraudes, sa tête était posée sur son poing, utilisant l’index de la main gauche pour faire descendre les informations sur l’écran tactile de son ordinateur.

Le temps me paraissait long, j’étais au bout de mes forces, seul mon cœur, qui battait depuis un quart d’heure à cent à l’heure était la seule chose qui semblait encore pouvoir supporter cette interrogatoire.

Elle leva les yeux sur moi, appuya sur une touche de son ordinateur et dit :

« – Faites entrez les agents de sécurité. »

Je baissais la tête, mon cœur fit un dernier grand bond dans ma poitrine, même lui avait fini par capituler.

J’entendis une porte automatique s’ouvrir derrière moi.

« – S’en est bien un, messieurs. Protocole habituel.

  • Bien m’dame »

Je sentis une main se poser fermement sur mon épaule droite et une aiguille me rentrer dans la nuque et puis plus rien.

Jaskiers