Joker de Todd Phillips

Synopsis :

Arthur Fleck (Joaquin Phoenix), comédien de stand-up raté, est agressé alors qu’il erre dans les rues de Gotham déguisé en clown. Méprise de tous et bafoué, il bascule peu à peu dans la folie pour devenir le Joker, un dangereux tueur psychotique. Un chef d’œuvre du réalisateur Todd Phillips.

Comme je l’ai écrit pour mon article sur Once upon a Time in Hollywood, je ne suis pas un fin connaisseur de films. MAIS, ce Joker m’as attiré depuis plus d’un an.

Je me souviens de Phoenix dans Gladiator, film qui m’as marqué. Je connais aussi l’immense De Niro mais surtout, j’ai une fascination bizarre pour le Joker.

Car le Joker est peut-être le vilain le plus connus, mais aussi et surtout, je suis fasciné par la « psychologie » du personnage. Le Joker semble être un rôle que beaucoup d’acteur rêve de jouer, et ceux qui l’ont incarné précédemment (Mark Hamill, Jack Nicholson, Heath Ledger…) ont tous endossés avec brio et sérieux le rôle du vilain. Heath Ledger remportera, à titre posthume, l’Oscar du meilleur acteur pour un second rôle pour son interprétation du Joker dans Batman : The Dark Knight. Et au début de l’année 2020, Joaquin Phoenix a remporté l’Oscar du meilleur acteur pour Joker.

J’avais donc beaucoup de raisons d’espérer voir un bon film, un chef-d’œuvre comme présenté dans le résumé.

Trivia sympa : l’inspiration pour la création du Joker et de son sourire vient du film muet allemand L’homme qui rit, tiré du roman eponyme de Victor Hugo ! Les traits de l’acteur Conrad Veidt ont servit pour la création graphique du Joker ! (voir photo)

Place maintenant au film.

J’ai beaucoup lu d’articles décrivant des spectateurs sortant du cinéma (le film est sorti fin 2019, un temps où il n’y avait pas de Covid, oui oui, vous vous rappelez de ce temps ?) car le film était « trop violent » et je dois dire que je ne suis pas d’accord, loin d’être gore ou violant à outrance. Certes oui la violence est présente, mais placée judicieusement.

Je crois que le succès du film vient aussi de l’époque où l’on vie. Certaines scènes peuvent rappeler des problèmes qui ont eux lieu pendant la « crise des gilets jaunes » et maintenant la crise de la Covid.

Récemment, dans des soulèvements qui ont eux lieu à Hong-Kong, Londres, Beyrouth et aux États-Unis, des manifestants portaient le masque du Joker. -> https://www.midilibre.fr/2019/10/24/manifestations-le-masque-du-joker-un-symbole-de-protestation-qui-fait-le-tour-du-monde,8502223.php

Un autre sujet important, pour moi, et le problème des traitements psychiatriques et comment, la société considère, souvent péjorativement les malades. À mon humble avis, la psychiatrie a encore beaucoup de chemin à parcourir pour arriver à soigner dignement et efficacement les patients et la société aussi, à besoin d’apprendre et de comprendre les malades, qui ne sont pas fous, mais malades.

Dans le cas du Joker, sa pathologie s’empire avec l’effondrement du système sanitaire et du manque d’argent pour ce dernier.

Je ne puis en dire plus, je pense, par peur de vous spoiler le film.

On peut par contre parler de la prestation, superbe, de Joaquin Phoenix. Le Joker, un homme malade, qui souffre du syndrome pseudo-bulbaire(PBA) qui provoque chez le malade des crises de fou rire incontrôlable http://pseudo-bulbaire(PBA), devient un psychopathe. L’environnement, une faiblesse de la société et une enfance traumatisante et le cocktail est prêt. Le psychopathe est né.

Joaquin interprète et glisse de l’homme au tueur avec une certaine « finesse », le directeur Todd Phillips doit en être pour quelque chose aussi. La transition est parfaite, l’interprétation de même.

Je conseil le film à un public averti et mature.

Le Vilain le plus connus est charismatique certe, mais cela reste du cinéma, une fiction et j’ai peur que certaines personnes prennent le caractère du Joker comme quelque chose de « normal ». Ce qu’il n’est pas. Il reste un meurtrier de sang froid, de masse, un opportuniste, prenant avantage de la situation pour commettre ses crimes. Cela reste un bon film, qui a tapé pile au moment de sa sortie.

Jaskiers

Ma sainte trinité en t-shirt pour Noël :

Rihanna
Kurt Cobain
The Weeknd ( ne sois pas trop jalouse Paquerite )

Le père Noël m’a gâté ! Ils sont un peu froissés car ils sortent juste du papier cadeaux !

J’espère que vous avez passés de bonnes fêtes !

Jaskiers

J’ai découvert Ian Curtis, le front men de Joy Division.

Ian Curtis

En lisant un article dans le dernier Vanity Fair, un certain Ian Curtis est apparu dans l’article. Dans l’article, il était mentionné qu’il souffrait de nombreuses crises d’épilepsie, qu’il était marié, était papa, qu’il ne trouvait pas sa place en tant que père et qu’il était gravement dépressif. Des crises d’épilepsies et, il me semble d’angoisse, l’empêchait des fois de prendre sa place sur scène. Le manager prenait donc le premier fan venu et l’envoyer sur scène chanter à sa place pour 20 dollars en attendant que Ian sorte de sa crise, reprenne courage et parte sur scène devant une foule criant son nom.

Je ne suis pas expert en musique, loin de la. Mais j’ai senti une certaine vibe à la Dépêche Mode. Des textes poétiques, un homme ténébreux et surprenant à la vue de sa « epileptic danse » qu’il a dû inventer pour se moquer, pour provoquer son corps qui lui a imposé cette torture.

Son fameux pas de danse « The epileptic danse »

Il se suicida par pendaison à l’âge de 23 ans… Il ne m’en fallait pas plus pour me pousser à découvrir sa musique et je l’ai découvert avec ma mère à mes côté.

Love will tear us apart

Tout ce petit article pour dire que je viens juste de découvrir Joy Division. Il y a peut être beaucoup d’erreur dans cet article, que les fans ne m’en veuillent pas. Je veux en apprendre plus sur l’homme, sa vie, le groupe. Je reviendrai un jour peut-être avec un article beaucoup plus complet, d’ailleurs un film très intéressant pourra peut être m’éclairer encore plus sur lui et son groupe JOY DIVISION… Unless Love tears us apart

Il s’est pendu à tout juste 23 ans…

Jaskiers

Mon premier Vogue

J’avais le choix entre ce Vogue et le Vogue homme. J’ai choisi le Vogue normal. Bien sur il y a beaucoup de sujet pour les femmes mais il y avait des articles, et surtout des photos, plutôt intéressants sur l’époque hippie ! Les photographies des mannequins, les habits, bijoux sont impressionnantes. Tout est hors de budget pour moi bien sur mais la mode est une culture qui témoigne de chaque époque, qui part et revient suivant l’état de notre société. C’est pour cela, je pense, que Vogue a choisi de parler de la culture hippie, de ce monde ou tout ce voulait plus simple et avec surtout, surtout, plus d’amour. C’est peut être pour cela aussi que je l’ai acheté.

Maintenant je vais aller écouter Hendrix, Janis Joplin, The Doors, les Stones et un peu de Beach Boys !

Jaskiers

Pourquoi le suicide de Kurt Cobain nous hante encore :

I think I’ m dumb or maybe juste happy

Je n’ai pas connu la musique de Nirvana ni même Kurt Cobain de mon vivant. Kurt s’étant tué quelque mois avant ma naissance. Mais malgré ce fait, j’ai l’impression de faire un deuil de Cobain quelque fois par an ou la musique de Nirvana est la seule chose que je peux écouter. J’ai l’impression en visitant des forums et des conversations sur internet que beaucoup de personnes ressentent la même chose ou l’équivalent. Comme un grand frère parti sans que nous l’ayons vraiment connus. Je pense que Kurt aurai DÉTESTÉ ces mots, lui qui détestai plus que tout d’être un model, une idole, une icône, un porte parole de sa génération. Ce n’était pas le but de sa vie. Ont pourrait dire que le but de sa vie était de faire de la bonne musique, mais il était un éternel insatisfait et la musique tient une triste place dans sa lettre de suicide.

Our little group has always been
And always will until the end

Nous sommes donc là, à se demander, encore sonné, comment Kurt a t’il pu nous laisser. Toute une génération et les autres qui ont suivies, la mienne et les plus récentes sont comme en mal d’un musicien anticonformiste, rebelle mais doux, féministe, génie créatif et à fleur de peaux. Le rock pour moi, a disparu à la mort de Kurt Cobain. Je mets de côté les Slipknots et autres groupe de Métal, car Nirvana faisait du punk ROCK. Si il savait qu’aujourd’hui qu’un membre des Ramones fait des apparitions dans un supermarché pour gagner sa vie, je crois qu’il se demanderai sur qu’elle planète il vit.

A mosquito

Dave Grohl a continué son parcours en créant, avec succès, les Foo Fighters, Krist a lui prit son temps et vient de former un nouveau groupe Giants in the trees. Dave avoue ne toujours pas pouvoir écouter Nirvana encore aujourd’hui. Krist semble plus réservé, Kurt et lui étaient de loin de très bon amis, ensemble depuis le début, dans les galères, les jobs mal payés permettant de payer des sessions d’enregistrement au studio. Dave vint plus tard dans la vie de Kurt, il n’est pas le premier batteur de Nirvana, mais le peu de temps passer avec lui l’ont marqué, surtout que Kurt l’encourageait à continuer d’écrire ses propres musiques.

« Accroche toi, accroche toi mon fils ». Voici les paroles de la mère de Kurt Cobain la première fois qu’elle entendit « Smell like teens spirit ». Krist Novoselic dira après le suicide de Kurt qu’ils n’auraient jamais dû sortir cette musique. Kurt dans son journal écrira « On aurai dû être un groupe de cover de RIM » plutôt que de faire leur propres chansons.

Juste parce que tu es parano, ca ne veux pas dire qu’il ne sont pas après toi.

La mort a toujours hanté les paroles de Nirvana, toutes les chansons étaient écrites par Kurt. Des paroles parfois confuses ou qui n’avait aucun sens. D’ailleurs Weird All Yankovick fera une parodie de Smell Like Teen Spirit à cause de ces paroles sans dessus dessous ce qui amusa Kurt au plus au point. Mais les paroles étaient-elles sans aucun sens ? Quand un journaliste lui demande de parler un peu de lui, Cobain lui répond : It’s all in the meat men, all in the meat… fallait-il lire « You can’t fire me because I quit » dans Scentless Apprentis un avertissement ? J’ai lu plusieurs remarque sur ces fameuses paroles, personnellement, si vous écoutez d’autres chanson de Nirvana, les références au suicide ou à la mort son pléthore. Le triste et presque pathétique « Something in the way » semble être une blague, une parodie d’un Cobain moqueur et joueur, j’ai le même sentiment pour « love buzz », tournant en ridicule les chansons d’amour niaises (et ce n’est pas pour me déplaire).

You can’t fire me ´cause I quit

La première tentative de suicide de Kurt se produit à Rome, dans une chambre d’hôtel, pendant que sa femme Courtney Love dort. Il prends des médicaments avec de l’alcool et laisse un mot accusant Courtney de le tromper. Love ne niera pas, comme on peux le voir dans le documentaire « Montage of Heck » qu’elle aime flirter. « J’aime flirter… Je flirt avec n’importe qui… Je pourrai même flirter avec une chaise ». Pour Kurt, l’infidélité présumée de sa femme lui est insupportable, aillant mal vécu le divorce de ses parents, ont peux comprendre la douleur d’un Kurt, qui déjà hypersensible, dépressif et accro à l’heroine, peut vite sombrer et penser que la mort comme dernier refuge ne serait pas un mal.

Here ´s the one who like all our pretty song

Kurt laisse derrière lui Frances Bean Cobain, sa fille, qui aujourd’hui est une artiste graphique et musicienne. Elle avoue que quand elle entends à la radio Nirvana, elle reproche à son père de l’avoir laissé.

Nous voyons en lui, je pense, une sensibilité que nous avons tous et que nous cachons. Nous nous voyons en lui comme un rebelle, ayant un besoin d’expression constant dont nous aussi nous avons besoin.

Le 5 avril 1994, Kurt s’enfuit de son centre de désintoxication, s’installe dans la dépendance de sa maison de Seattle, se shoot une énorme dose d’héroïne, écrit sa lettre de suicide et se mets un coup de fusils dans la tête, mettant fin à sa vie, à 27 ans. Le monde pleure Kurt Cobain et continu de le pleurer.

Kurt aurai pu être votre fils, frère, père, ami ou mari. Tout avait l’air tellement simple avec lui qu’il attirait beaucoup d’autres personnes par son aura de bonté (même si il ne fallait pas trop le chercher non plus), sa gentillesse et sa simplicité… Mais l’on dis souvent que les meilleurs parent les premiers.

Here we go now, entertain us !

Jaskiers

Mon premier Vanity Fair

Acheté par curiosité mon premier Vanity Fair. Je pensais que c’était QUE pour les femmes mais j’ai été surpris. Aussi, le teaser du nouveau Batman (starring Pattinson) contient la chanson « Something in the way » de Nirvana donc l’interview du nouveau Batman m’intéressais. J’ai adoré le Batman incarné par le super (jeux de mot ?) Christian Bale. Robert a de la pression sur les épaules mais j’ai entendu de bon retour de ses derniers films. L’article sur le psychiatre, le prisonnier iranien, les injections dans le « point G » et sur la venue de Lady Diana dans la série The Crown sont très intéressants. Le magazine propose aussi tous les mois un article sur une personnalité du féminisme et son activisme. J’ai aimé !

Jaskiers

Despérados

Inspiré par Rihanna – Despérados (Album Anti)

Nous avons roulé toute la nuit. Somme nous si fatigué de ces ennuis, ces ennemis, nos yeux cernés, depuis l’aurore ont s’enfuis. Avec nos doutes, nos non-dits, incapables d’affronter de face, plus la force, la vie est un éternel recommencement, autant brisé de cercle vicieux, défier les dieux à deux. Casser le cercle infernal, même si au bout, Dante nous attends. Au moins somme nous déjà loin, enfin, aucun cavalier n’a suivis, courrir a l’aube sans soucis. La route sans âme n’attends que nous, traversons, sortons, vivons. Partout les problèmes nous aspire comme un siphon, diantre tes démons, on vois leurs vagues, le typhon. Dégaine maintenant, le doigt sur la détente, la gâchette, la pression. Tonnerre de tous les diables, nous sommes la, invivable. Vidons ensemble notre dernier verre, ensemble nous franchirons le Styx mais oublions les Champs Élysée, le Tartare a une place réservé pour nous , les amants fous, les âmes en peine, nous rencontreront Tantale et d’autres amis. Faisons le dernier des voyages, les billets sous la langue, prêts à affronter l’éternité.

D’autre poème, nouvelles, texte et prose sur mon Wattpad @jasquiers

Jaskiers

Desperados, un poème. Inspiré par le titre Desperados de Rihanna (album Anti)

my.w.tt/sMb1CI2BKbb

@jasquiers sur wattpad

Something in the way| Les dernières photos de Kurt Cobain vivant.

Kurt Cobain et son ami de 6 ans, Thor. 10 jours avant sa mort
Lors de la dernière séance photo officiel de Nirvana.
Une des dernières photos de Kurt avec des fans.
It’s better to burn out than to fade away – Nirvana
You can’t fire me because I quit – Nirvana
Lettre de suicide de Kurt, à son ami imaginaire Boddah.

Je n’ai pas voulu me permettre de mettre les photos du corps sans vie de Kurt Cobain, ni les photos de la scène du suicide par respect, pour l’homme et sa famille. Je voulais juste par ces photographies, montrer quel enfer, quelle sombre pensée, un espoir sans lumière au bout du tunnel peut se tapir dans votre psyché. Aussi, ne laissez pas les sourires de l’un de vos proche souffrant vous rassurez. Même si vous avez tout, l’argent, le succès, une famille, les démons peuvent s’installer, détruire votre « moi » intérieur. Les gens diront pourquoi, ils jugeront comme nous jugeons tous. Mais vous êtes vous et ils ne sont pas vous. Chacun est comme il est et porte sa croix. Pour certains, elle est beaucoup trop lourde. Ne nous laissons pas envahir. Vivons, aimons avec compassion. C’est tous ce qu’il nous reste.

Je suis vraiment confus
La mort, c’est qui je suis
J’ai dû mourrir seul, il y a très très longtemps

Si vous avez besoin d’aide, voici la plateforme d’écoute et d’aide en cas de pensée suicidaire : SOS suicide.

Jaskiers