Dante’s Dusty Roads – Chapitre 5

La route avait été bonne voir même agréable jusqu’à la frontière de l’Oklahoma. Arrivé à Westville, dans le comté d’Adair, il s’arrêta dans un vieux Diner pour manger. Déployant sa carte routière à côté de son assiette, il détailla son trajet ; d’ici à Tulsa. Puis de Tulsa jusqu’à Cherokee. Une bonne nuit de repos et il serait arrivé.

Une ombre apparue sur sa carte. Un homme dans la cinquantaine en salopette, botte et vieille chemise à carreaux de bûcheron était penché au dessus de lui et regardait la carte routière de Dante.

« – Z’avez besoin d’aide ? Demanda l’homme.

  • Non merci c’est gentil je vérifie juste ma route.
  • Dites-moi où vous allez. J’suis routier depuis trente ans, j’connais l’État comme ma poche.
  • Depuis trente ans ?!
  • Ouai ouai, l’asphalte c’est ma vie !
  • Je pense bien ! Trente ans !
  • Alors, z’allez où ?
  • À Forgan.
  • Forgan ? Qu’est z’allez fout’ là-bas m’ssieur c’est perdu !
  • J’ai… j’ai acheté un ranch, rénové et tout et tout.
  • Z’allez faire un triste paysan car y’a pas grand chose pour les bêtes là-bas. Même le diable il s’y emmerderait ! »

Dante Crand commençait légèrement à s’irriter. Si ils sont tous comme ça dans ce pays, je vais commencer à regretter, pensa-t-il en lui-même. Je suis sûr que c’est un de ces pèquenauds qui soutiennent encore Trump, malgré sa défaite à la dernière élection présidentielle.

L’écrivain croyait avoir une sorte de don, il pouvait juger les gens aux premiers regards.

Peut-être que si je me présentais, avec un peu de chance, il me connaîtra… et qui sait, peut-être m’a-t-il déjà lu ?

« -Ah laissez moi me présenter ; Dante Crand, je suis auteur.

  • Qu’est-ce qu’un gratte-papier va foutre là-bas ?
  • Ah… c’est pour être tranquille.
  • Croyez-moi, vous l’serez y’a personne là-bas ! »

Dieu merci, car, s’ils étaient tous comme toi, je me serai tiré une balle dans la tête.

« -Et vous ?

  • Moi quoi ? Ah oui, j’mappelle Peter Springsteen et…
  • Springsteen ? Comme Bruce !
  • Je n’ai aucun lien de parenté avec cette tarlouze de démocrate ! »

Bingo !

« – Je… le trouve plutôt bon musicien moi.

  • Une pédale que j’te dis qu’c’est moi ! Et maintenant v’la qui fait des trucs comme toi, un bouquin avec le Obama, cette espèce de sale…
  • Ok d’accord j’ai compris, rien avoir avec Bruce. Donc vous avez des conseils, une route à prendre plutôt qu’une autre ?
  • Bah j’vais jamais dans ce coin-là car y’a rien là-bas. »

Rand commençait à en avoir marre de ce plouc raciste et homophobe, qui ne faisait que répéter la même chose. Il replia sa carte.

« -Z’ecrivez des livres ?

  • O… Oui.
  • Ça marche bien ?
  • Oui, j’ai pas à me plaindre.
  • J’vois ça, une belle berline, un ranch, ça recrute les librairies ?
  • Bah… non… En fait on travail pas pour les librairies, mais plutôt pour une maison d’édition vous voyez ?
  • Bah librairie, maison, c’est pareil pour moi. Z’avez des conseils pour un gars qu’veut écrire ?
  • Vous voulez écrire ?
  • Bah, j’ai pleins d’histoires à raconter d’ma vie sur la route et des trucs comme ça.
  • Hey bien… le mieux c’est d’écrire tous les jours et de lire beaucoup puis, une fois que vous sentez que ce que vous avez écrit est bon, envoyez votre manuscrit à une maison d’édition.
  • Manus’ quoi ? »

Dante se leva, replia sa carte rapidement, laissa quelques billets de pourboire et commença à prendre la direction de la sortie.

« -Je vais y aller euh.. Peter !

  • Bah z’etes pressé ? Y’a personne qui vous attends là-bas y’a personne.
  • J’ai… je dois faire un peu l’état des lieux, voir si tout a bien été fait, si tout a été installé comme il faut. Et il me reste encore de la route.
  • Ouai… Vous v’nez d’où au fait ?
  • Hell’s Kitchen, New York.
  • Ah y’a beaucoup de monde là-bas !
  • En effet !
  • Tous des enculés qu’votent démocrate ! Z’etes un gay comme on dit maintenant ? Un LGB machin-truc ?
  • Non non… je dois vraiment y aller Peter, au revoir.
  • C’est ça ouai. Espèce de pédale ! R’met plus les pieds ici ! Et où t’va y’a personne car le démon, oui, le démon y vit ! »

Thomas sortit en trombe du dîner, en jetant des regards derrière lui.

Bienvenue dans l’Amérique profonde…

Jaskiers

Publicité