Le serment de Kolvillàg par Elie Wiesel

Quatrième de couverture :

Un jeune homme veut se tuer ; il a vingt ans ; il est Juif. Le vieillard qu’il rencontre l’après-midi de ce qu’il croit devoir être son dernier jour, est juif ; il a quatre fois vingt ans ; il est le seul survivant de Kolvillàg.

Cette petite ville d’Europe centrale ne figure sur aucune carte, dans aucun manuel d’histoire. Elle n’existe plus que dans la mémoire du vieillard ; et dans un livre dont il est dépositaire. Lié par un serment, il assure ne pouvoir en parler. Pourtant il en parlera : « Si je te racontais Kolvillàg ?… Il y a là une leçon dont tu pourrais tirer profit. Kolvillàg : la haine contagieuse, le mal libéré. Les conséquences graves d’un épisode banal et insensé… Brisant les chaînes, l’Ange exterminateur a fait de tout les hommes ses victimes… »

C’est l’histoire d’un pogrom. Histoire absurde à l’origine ; angoissante dans la progression de l’inévitable ; hallucinante par l’Apocalypse finale qui n’épargne pas plus les massacreurs que les massacrés. C’est aussi la peinture d’une communauté juive, avec ses figures pittoresques ou émouvante dominées par celle du hassid Moshe, « le fou ».

C’est enfin l’illustration entre toutes pathétique d’un thème obsédant Elie Wiesel : la fidélité aux morts devenant raison de vivre : « Ayant reçu cette histoire, tu n’as plus le droit de mourrir », dit le vieillard au jeune homme.

C’est impossible, ou presque, de mettre des mots sur ce roman. J’essaye de tourner cette expérience de lecture en article mais je doute que cela soit possible tellement l’expérience était puissante.

Nous connaissons, sûrement, tous le livre La Nuit d’Elie Wiesel. Ouvrage qui avec celui de Primo Levi, Si c’est un homme, ont marqués la littérature concentrationnaire de manière indélébile.

Bien que Le serment de Kolvillàg ne soit pas sur l’univers concentrationnaire, du moins pas entièrement, il traite avec une force, une plume et une philosophie incroyable l’antisémitisme. Le martyre du peuple Juif, spécialement durant le XXe siècle. Il est, de mon point de vue, aussi important que les deux premier ouvrages cités dans ce paragraphe. Une plongée dans l’épouvante d’un pogrom dans un petit village de l’Est européen.

Le livre m’a touché, directement. Parlant de suicide dès la première page (Wiesel voulait-il exorciser le suicide de son ami Primo Levi avec se livre ?), avec une rencontre entre un jeune homme suicidaire et un vieillard, près à lui dévoiler son plus grand secret pour lui sauver la vie.

Le récit est rempli de passage sur la culture Juive, sur les traditions, la vie, des hommes et des femmes qui ont tous une personnalités marquantes et une histoire personnelle. On plonge dans le doute, l’enfer que vie cette communauté innocente tout en étant plongé dans l’immensité et la magnifique culture juive. L’horreur inconsciente opposée à l’immense histoire du peuple Juif.

Ce pogrome se déroule avant la Seconde Guerre Mondiale, avant la Shoah. Un terrifiant rappel du martyr que vivait le peuple Juif avant l’Holocauste.

Bien sur, j’avais sélectionné des passages à partager avec vous. Mais je ne pourrai pas faire justice au livre avec juste des passages. Il faut le lire en entier pour le comprendre. Un extrait ne serait pas assez.

Un livre qui étonnamment ne semble pas avoir marqué beaucoup d’esprits, dans le monde littéraire du moins. Pourtant je pense que sa lecture est importante, aussi importante que la lecture de La Nuit. Pour quelle raison ce livre est-il passé inaperçu ? Pourquoi personne n’en a parlé ? Ou bien est-ce moi qui manque de culture ce qui n’est pas impossible, loin de là.

Dans ces temps difficiles ou l’antisémitismes revient au premier plan, une œuvre comme celle-ci serait la bienvenue. La remettre sur les étagères des librairies et bibliothèques. Une force en émane. Celle de l’horreur, de l’horrible stupidité que l’être humain est capable de commettre et mettre en œuvre sans pitié aucune. Mais aussi de l’espoir, de la jeunesse, du combat contre l’oublie et pour la vie et pour la conservation d’une culture juive martyrisée mais millénaire. Ce livre est une preuve et une épreuve. Avec comme point d’orgue : témoigner peut sauver.

Lisez le et parlez en à votre entourage. Car cet ouvrage est important, beau, triste, même poétique, en lisant entre les lignes, pleins d’espoirs et de leçons pour les générations futurs.

Jaskiers

Japan’s Infamous Unit 731 par Hal Gold

Firsthand Accounts of Japan’s Wartime Human Experimentation Program

Quatrième de couverture :

Some of the cruelest deeds of Japan’s war in Asia did not occurs on the battlefield, but in quiet antiseptic medical ward in obscure parts of China. Far from the front lines and prying eyes, Japanese doctors and their assistants subjected human guinea pigs to gruesome medical experiments in the name of science.

Author Hal Gold draws upon a wealth of sources to construct a portrait of the Imperial Japanese Army’s most notorious medical unit, giving an overview of its history and detailing its most shocking activities. The book presents the words of former unit members themselves, taken from remarks they made at a traveling Unit 731 exhibition held in Japan in 1994-95. They recount vivid firsthand memories of what it was like to take part in horrific experiments on men, women and children, their motivations and reasons why they chose to speak about their actions all these years later.

A new foreword by historian Yuma Totani examines the actions of Unit 731, the post war response by the Allies an the lasting importance of this book. Japan Infamous Unit 731 represent an essential addition to the growing body of literature on the still unfolding story of some of the most infamous war crimes in military history. By showing how the ethics of normal men and women can be warped in the fire of war, this important book offers a window on a time of human madness and the hope that history will not be repeated.

HAL GOLD was a writer, journalist and historian who was a resident of Kyoto for over 30 years. He authored many books, essays and articles on Japanese history and culture including Japan in a Sake Cup, Neutral War, Japanese army medical officer and several articles on turn-of-the-century Kyoto development.

YUMA TOTANI is professor of modern Japanese history at the University of Hawaii at Manoa. She authored The Tokyo War Crimes Trial : The Pursuit of Justice in the Wake of World War II, co-authored, Justice in Asia and the Pacific, 19451952 : Allied War Crimes Prosecutions and has written numerous articles.

Comment écrire sur ces horreurs et surtout, quoi partager avec vous, ceci est le dilemme (encore) pour cet article.

L’unité 371 a été créée par le jeune et ambitieux Ishii avec l’aval de l’empereur Hirohito. Le but étant de préparer, de créer et d’améliorer des armes offensives et défensives chimiques en les testants sur des êtres humains vivants.

L’unité était installée dans l’état fantoche de Mandchourie, créée par les japonais lors de la guerre sino-japonaise, à l’est de la Chine. À Pingfang plus exactement. L’endroit était tenu secret défense. Construit comme un château, avec deux cheminées pour incinérer les corps.

Médecins, infirmiers, étudiants et jeune soldats y ont « exercés ».

Vivisections avec et/ou sans anesthésies, expériences sur le froid, sur les maladies vénériennes, le typhus, le choléra, la peste ect…

Les victimes étaient appelé des maruta, des « planches ». Elles étaient chinoises, coréennes, russe, anglaises, françaises et américaines. Les victimes occidentales restaient rares. Des femmes, des hommes et des enfants (incluant les nourrissons) en étaient les victimes et cobayes.

Le livre est partagé en deux, une section historique, une section témoignages d’anciens soldats (car les médecins, infirmiers ect… étaient soldats). Les deux sections étant séparées par une toute petite partie photos, contenant juste les photographies des ruines de l’établissement et des reconstitutions des expérimentations. Cette section est plus anecdotique qu’autre chose, vous pouvez trouver sur internet plus de photographies.

Les témoignages des bourreaux sont important, car à la fin de la guerre, les soldats étaient priés de se taire. Et nous connaissons l’obéissance et la discipline des soldats japonais envers leur empereur. Surtout que beaucoup recevaient de l’argent pour leur silence. Heureusement, une poignée a décidé de témoigner pour ne pas oublier. Aucune victime n’a survécu, nous n’avons que les aveux des bourreaux pour savoir ce qu’il se passait dans cette unité. Les anciens bourreaux témoignent, expriment leurs regrets et demandent pardon.

Aucuns des ces criminels n’a été jugés, les japonais ayant utilisés judicieusement la guerre froide pour se couvrir. En échangeant des informations avec les américains, en les menaçants de révéler les résultats des expériences à l’URSS. La plupart de ces « expériences » n’ont pas apportées de découverte majeure, loin de là. Les japonais ont bluffés leurs juges.

Femmes enceintes éventrées, femmes de conforts, victimes gazées, forcées a des relations sexuelles pour étudier la propagation des maladies vénériennes.

Congeler des membres du corps pour tester la résistance des os avec un marteau, victimes vidées de leurs sangs, attachées à des planches pour observer l’efficacité des obus contenant des agents pathogènes, élevages de rats et de puces pour étudier et propager des virus. Ces expériences servaient à créer des armes bactériologiques, par bombe, ou par empoisonnement des rivières, principalement.

Aucuns « tests » sur d’innocents villages civiles chinois n’ont donnés de résultats concrets. Un témoin/bourreau raconte en fin d’ouvrage que la plupart des professionnels y travaillant le faisaient pour s’amuser.

Le sujet des « femmes de conforts », autrement dit des femmes forcées à la prostitution, est légèrement traité dans le livre. Leurs sort étaient évidemment terribles. Ce sujet aurait mérité d’être plus développé tant le sort de ces femmes durant la Seconde Guerre Mondiale est encore peu connut.

Est mentionné aussi l’entraînement de jeunes soldats japonais, apprenant le maniement de la baïonnette sur des civils vivants.

Est-ce que je conseil se livre ? Il n’est pas mal écrit, ce n’est pas la question, le sujet est difficile. Si vous voulez en apprendre plus sur ce crime de guerre japonais, oui, mais les informations que vous pouvez trouver sur internet sont amplement suffisantes. Je pense à la lecture du Wikipedia de l’Unité 731 notamment.

Je n’ai pas jugé important de partager des extraits de ces horreurs. Je ne me sens pas la force de les écrire ni de les relire.

Voici quelques photographies glanées sur internet pour compenser le manque d’extrait.

L’énorme complexe de l’unité 731.
Général Ishii, responsable et créateur de l’unité 731.
Une victime, appelée maruta (planche), emportée par des soldats japonais en combinaison.
Reconstitution d’une des nombreuses expériences commises dans l’Unité 731. Celle-ci consistait à enfermer un(e) prisonnier(e) dans une sale réfrigérée et de lui verser de l’eau sur les membres jusqu’à ce qu’ils gèlent, puis des les frapper jusqu’à ce que le membre se cassent. Expérience censée étudier l’effet des gelures et du froid extrême sur le corps humain.

Je regrette de ne pas avoir eu la force de partager avec vous les extraits du livre mais relire l’horreur et l’inhumanité de ces expériences m’est difficile. Comme noté plus haut, vous trouverez assez d’informations sur ce crime de guerre sur internet. Le plus important, je pense, est de ne pas oublier ce crime de guerre peu connu et, surtout, ses victimes oubliées.

Jaskier

Paris : Les lieux de la résistance de Anne Thoraval

Quatrième de couverture :

La vie quotidienne de l’armée des ombres dans la capitale.

Dès l’été 1940, refusant l’armistice, quelques poignées de Parisiens se cherchent, désireux de « faire quelque chose ». Un premier groupe se forme, au musée de l’Homme ; d’autres suivront.

Résister à Paris de 1940 à 1944, c’est recopier un tract, imprimer une feuille qu’on hésite à qualifier de journal, tracer à la va-vite un graffiti sur un mur, glaner des renseignements dans l’espoir de les retransmettre à Londres… plus tard cacher des prisonniers évadés, des réfractaires au STO, trouver des faux papiers… L’action quotidienne est humble et obstinée plus que spectaculaire, même si elle expose à de grands dangers. C’est cet ordinaire qui transparaît dans l’évocation des lieux de la résistance parisienne : où dormir, où tenir une réunion, où imprimer un journal, où trouver des camarades… Une géographie se dessine d’un Paris clandestin, dérisoire par le nombre, immense par sa foie inébranlable dans la victoire.

J’ai eu se livre en cadeau. Je n’aurai pas choisi se livre, parce que je ne connais pas du tout la géographie de Paris. J’aurai pu lire se livre avec Google map ouvert à mes côtés mais les lieux ont changées. Certains bâtiments ont été démolis.

Je me suis plus focalisé sur les individus et leurs actions. Il y a tellement de chose à raconter, de personnes à citer, de lieux, d’actions clandestines que je me suis perdu dans se livre, perdu dans Paris. Je n’ai pas su par quel bout prendre cette œuvre. Nous passons d’un article (car le texte, dans son ensemble, ressemble à des regroupements d’articles), d’une action se passant en 1940 pour passer à un tout autre article, sur un autre groupe de Résistant se passant en 1943. J’ai lu l’ouvrage jusqu’au bout malgré tous. Hey c’était un cadeau !

J’ai quand même trouvé, en comparaison avec la quatrième de couverture, que beaucoup de parisiens se sont mobilisés. Des femmes autant que des hommes, parfois très jeunes. Les photographies illustrant le livre sont parfois un peu « légères », il y en a de très intéressantes, comme celle d’un gestapiste guettant sa cible à la sortie d’une bouche de métro, où les lieux où se sont déroulé des événements importants. Le livre contient beaucoup de photographies des résistants en états d’arrestations.

La collaboration de la police et de la gendarmerie française avec les forces allemande est omniprésente dans l’ouvrage. Une honte de lire de telles choses. Bien qu’il faut noter qu’il y avait des résistants dans les forces de l’ordre française.

La Résistance était aussi (et surtout ?) le fait de petites gens dont les actes anonymes, les petits coups de mains, faisaient une grande différence.

Il est intéressant de voir où a été imprimer Le silence de la mer de Vercors.

Un reproche que je ferais au livre, il n’y a aucune carte de Paris ! Je ne connais pas Paris, à part les grands monuments et bâtiments mais c’est tout. Une carte complète et légendée aurait beaucoup aidé ma lecture.

Je vous le conseil uniquement si vous connaissez Paris comme votre poche et/ou que la Résistance vous passionne. Car on vous balance les noms, les lieux, comme si vous étiez déjà un fin connaisseur de l’histoire, de la géographie de la ville et de la Résistance. Malheureusement je ne le suis pas. Le travail d’historienne fournie par l’auteure est impressionnant. Le travail de documentation est monumental.

Ne pas oublier les actes de sacrifices et de résilience de gens lambdas qui se sont battus et exposés à leurs risques et périls, je crois que c’est le but de cet ouvrage. Et c’est réussi sur se point.

Ce n’est donc pas vraiment une review du livre en profondeur, je voulais juste avertir un potentiel lecteur/lectrice. Pour appréciez pleinement, il vous faut connaître Paris comme si vous l’aviez construite.

Jaskiers

[Reblog] Le poignard oublié de Jean-Marie Le Pen

« C’est un couteau des Jeunesses hitlériennes, celui de Jean-Marie Le Pen … il vient de faire torturer Ahmed Moulay devant ses enfants, avant d’être …

Le poignard oublié de Jean-Marie Le Pen

J’ai décidé de rebloguer cet article de Guillaume Ancel qui m’as choqué. Ne me parlez plus d’extrême droite, ni d’extrême gauche d’ailleurs. Mon pays est une honte, la guerre d’Algérie a été une horreur et comme vous le lirez sur l’article de Mr Ancel, on ne parle pas de la guerre d’Algérie à l’armée.

-> L’article de Guillaume Ancel.

Jaskiers

Le son des cloches

Journal intime de la fille de la famille X. Preuve Numero 441 dossier 2-B1.

[CONFIDENTIEL]

26/12/202X : Cher journal, aujourd’hui c’est le jour, je me lache. Je commence mon journal INTIME ! Je dois m’y engager, à toi, cher journal. T’as couleur bleu, ta couverture toute douce, on dirait qu’on carasse un petit animal. J’espère te faire honneur et j’espère vivre beaucoup d’aventure avec toi. Et mes secrets, mes histoires à dormir debout, mes rêves, mes cauchemars. Et tous et tous ! Aussi, maman elle m’a acheté ce petit stylo plume bleu, un peu plus foncé que toi cher journal. Elle n’a pas oublié la réserve de cartouche d’encre. Vais-je écrire tous les jours ? Hmmm… Je n’sais pas. À la rentré, peut être pas. Je rentre tard car je reste en étude avant que maman, des fois papa, viennent me chercher. Ils ont un emploi du temps chargé ! Surtout ces dernières semaines, avant les vacances de noel. Ils sont tous deux de bonnes humeurs, c’est sûrement grâce aux fêtes de fin d’année, et les vacances et cette nouvelle maison dans laquelle nous avons aménagé en début d’année. Février je crois. C’était un peu une surprise pour moi, presque du jour au lendemain. Ça m’a fais bizarre de changer de maison. Celle si est plus grande, plus proche de la ville, de l’école et tous. Jardin un peu plus grand que celle que l’ont a quitté, l’herbe était devenu de mauvaise qualité, le jardin était plein de terre, presque plus d’herbe. Maman dit qu’on a essayé de retourner la terre pour faire repartir le gazon mais ça ne faisait rien. En plus sa puai des fois. J’ai pas perdu mes copines, Angela, Melyne et Roméo. J’en ai d’autres mais se sont mes meilleurs amis ! J’avais une copine, Charlotte, mais elle voulait plus venir à la maison. Ont été tous le temps ensemble. Elle est venue dormir à la maison, on a parlé garçon bien sur, Steven Oulala !!!, on a regardé un film d’horreur. Je crois qu’elle a eu trop peur. Le lendemain matin elle est vite repartie, elle avait mal dormis on aurai dit que le film l’avait traumatisé !!! Depuis pendant la récré elle ne vient plus et reste souvent toute seule. Quand je lui parle elle répond presque pas. Elle m’inquiète mais si elle ne veut plus me parler, c’est son problème. J’ai d’autres amies comparé à elle. Sinon cher journal, je t’ai beaucoup attendu, toi aussi Mr stylo plume super classe ! Je dois trouver où vous planquer, je ne veux pas qu’on lise ce que je pense. Surtout pas que Steven découvre que j’ai un peu un crush sur lui. J’ai eu d’autre cadeau à Noël mais toi cher journal je crois que es mon préféré ! Je te laisse !

Commissariat de Blanc Bec 16/04/202X à 16h40. Interrogatoire de Charlotte X par l’officier Morné

Retranscription écrite de l’interrogatoire

Officier Morné : je veux que tu sache que tu n’est pas en danger, plus maintenant, nous sommes là pour t’aider. Il faut tout nous dire d’accord ? Charlotte X : Oui… M : tu n’as rien fait de mal, n’oublie pas. Tu es protégé maintenant. Courage, tu peux tout me dire, même si tu ne pense pas que c’est important, je suis là pour t’aider, pour faire en sorte que ce qu’il s’est passé dans notre petite ville ne recommence plus jamais, et toi tu peux nous aider !

C : oui… je vais essayé mais des fois c’est dur… j’en parle avec maman et ça me donne envie de… partir…

M : partir où ma grande ?

C : loin… très loin. J’arrive pas à croire, ont vois ça que dans les films ou les documentaires. Mais là en vrai c’est pas pareil vous savez j’en fais des cauchemars la nuit.

M : j’imagine ta souffrance et je suis désolé, j’ai une petite fille de ton âge, ou presque. Tu verra, on avancera ensemble.

C : ok… Mes parents seront protégés aussi ?

M : bien sur ! On surveille ta maison et toi, tu ne risque rien ! Alors maintenant, tu te souviens de qu’elle jour, la date du jour où tu est allé dormir chez Helena X ?

C : deux semaines avant Noël je crois, environ.

M : d’accord, donc un peu avant Noël. C’est Helena qui t’as invitée ?

C : oui, enfin on voulait passer une soirée film d’horreur depuis longtemps donc… En fait on l’a un peu organisé à deux. On a dû prévoir avec nos parents.

M : est-ce que t’es parents ont rencontrés ceux d’Helena ?

C : ils se sont eu au téléphone, c’était plus simple pour eux, ils travaillent tous à des heures pas possible.

M : donc vous deux vous attendiez vraiment impatiemment cette soirée entre copines, ce faire peur et tous. Quel films vous aviez prévue de regarder ? Une nuit blanche de film d’horreur ?

C : au début ont été sur internet à regarder des tik tok. A regarder des vidéos drôles sur YouTube, ont rigolez bien. La nuit commence à tomber et on s’est dis qu’on allez regarder Scream car mon grand frère m’en avait parlé et il dit qu’il avait eu peur quand il était petit.

M : d’accord, vous regarder Scream. Vous faites des poses ou vous regarder le film entièrement.

C : une petite pose pour manger des gâteaux et boire du jus d’orange.

M : tu es allé chercher les gâteaux avec Helena ou vous aviez déjà tous sur place, tout préparé.

C : non, Helena est descendu puis est revenue avec les gâteaux.

M : et quand elle est revenue, elle avait l’air comment ?

C : normal… Je peux pas croire qu’elle ai pu vivre dans cette enfer, ça se trouve… pleurs… elle a… elle a aidé ou… ou… elle a vu et a du vivre avec… Comment j’comprends plus rien.

M : tu veux faire une pause ? De l’eau ? Voir tes parents, ils sont dans la salle à côté, tu veux les voir ?

C : mais si j’avais su pour tous ça, je me disais bien qu’en rentrant, quelque chose cloché, avec eux, cette maison. On avait l’impression que… silence.

M : tu avait l’impression que quoi Charlotte ? Tu as vu quelque chose dès que tu es entrée ?

C : ça sentait la MORT, y’avais du parfum mais ça se sentait… Quelque chose de démoniaque. Vous êtes flic, vous connaissez cette odeurs !

M : oui, je co…

C : non vous pouvez pas comprendre, pas à ce point. Une odeur de cadavre c’est sûrement quelque chose mais l’odeur de plusieurs… C’est…

Fin de la première partie de l’interrogatoire de Charlotte X.

Fin du premier chapitre. La suite sur @jasquiers sur Wattpad ! (Bientôt)

P.S : si vous vous y connaissez dans le monde du droit, les méthodes, la classification des preuves ou que vous avez de bonne adresse pour que je puisse me renseigner, je suis preneur ! MERCI !

Jaskiers