Bonne année à vous !

Je vous souhaite le meilleur ! Surtout pour la santé, en grandissant on m’a souvent dit que c’était le plus important et je dois l’avouer, ça l’est.

Le meilleur dans vos projet, professionnels, personnels !

Le meilleur pour vos amours, vos ami(e)s, votre famille, vos proches.

Et pleins d’amour, c’est important ça aussi !

Jaskiers

La guerre, et après ?

Sébastien, un ami blogueur, s’interroge sur la difficulté de « vivre après la guerre » dans nos sociétés qui espèrent se protéger de tout.«  Se faire…

La guerre, et après ?

Guillaume Ancel a partagé sont expérience de soldat de retour de théâtres de guerres.

Ce Sébastien dans l’article, c’est MOI ! Je suis vraiment ému d’apparaître dans un de ses articles. Je lui ai posé ces questions car je souhaite écrire 4 nouvelles sur des soldats de retour de guerre, avec emphase sur le stress post-traumatique et la difficulté de réadaptation à la société civile.

Je vous laisse avec cet article de Guillaume Ancel en espérant qu’il vous éclaire sur la mentalité que peut avoir un soldat de retour d’intervention.

Jaskiers

Accordez moi cette valse de Zelda Fitzgerald

Quatrième de couverture :

Accordez moi cette valse est un roman autobiographique dans lequel Zelda Fitzgerald a transposé sa vision toute personnelle de son mariage avec Scott Fitzgerald. Elle y apparaît elle-même sous le nom, à peine voilé, d’Alabama Beggs, incarnation de ces belles du Sud dont elle était une parfaite représentante. Son mari y figure, lui, sous le nom de David Knight. Écrit en « six furieuses semaines », le manuscrit fut accepté d’emblée par Maxwell Perkins, le propre éditeur et ami de Scott Fitzgerald chez Scriber’s. S’il fut boudé par la critique à sa parution, le livre a été réhabilité lors de sa réédition au début des années 1950. Ce portrait d’un homme doué qui s’autodétruit, enfin apprécié à sa juste valeur, est désormais considéré comme une œuvre « puissante et memorable » (le Times literary supplément) dont les personnages et leurs actions – tragiques – contrastent magnifiquement avec le cadre de la Côte d’Azur ensoleillée où ils évoluent . Au-delà de cette peinture d’une époque et de ses personnages, Accordez moi cette valse est aussi, et peut-être avant tout, un grand roman d’amour.

Ayant beaucoup lu Hemingway, qui rejeté l’alcoolisme et la débauche de Scott Fitzgerald sur sa femme Zelda et, pensait Ernest, était jalouse de la réussite et du talent de son mari. Zelda, elle, pense qu’Hemingway était un macho, un bagarreur et un alcoolique.

Voilà dans quel état d’esprit je commence ce roman autobiographique de Zelda Fitzgerald, écrit pendant un de ses long séjour en hôpital psychiatrique. Elle y mourra d’ailleurs durant un incendie à l’âge de 47 ans.

Une écriture poétique tous le long du roman, la vie d’un couple célèbre des années folles d’après la Première guerre mondiale, le mari devient célèbre pour ses tableaux, la femme, ne voulant pas rester une épouse « passive », vivant avec la richesse de son mari décide, un peu tard, de devenir danseuse étoile.

Il faut voir, comme le dit la quatrième de couverture, entre les lignes la vie des Fitzgerald, Scott écrivain devenant célèbre et Zelda, peinant à trouver sa voie, sa place, un but, une certaine indépendance.

Ce livre est un combat, écrit en 6 semaines pendant son séjour en hôpital psychiatrique, Zelda lache ses regrets et ses rêves brisés tout en déclarant son amour pour son mari et son mariage, certes difficile mais qui a tenu bon malgré l’alcool, les fêtes, les voyages, la notoriété, les disputes et les éloignements.

En somme, oui, un beau roman d’amour, c’est beau et ça fait du bien.

Petite anecdote : Shigeru Miyamoto, le créateur du célèbre jeu vidéo Zelda, ce serait inspiré de Zelda Fitzgerald pour la création de son mythique personnage, la princesse Zelda.

Jaskiers

Le « shit post » du dimanche : un gif qui m’as bien fait rire !

« Est ce que j’ai vraiment l’air d’un gars avec un plan ? »

Voilà, ce petit gif que j’ai trouvé sur internet m’as bien fait rigoler, j’ai regardé il y a longtemps « Batman : the dark night » et j’avais complètement oublié cette scène.

Et une pensée pour Heath Ledger, mort à 28 ans. Il a incarné le Joker dans « The Dark Night » qui lui a valu l’Oscar du meilleur acteur pour un second rôle.

« Le Joker est un psychopathe, meurtrier de masse, clown schizophrène avec zéro empathie. La semaine dernière j’ai probablement dormis en moyenne deux heures par nuit. Je ne pouvais pas m’arrêter de penser. Mon corps est épuisé, mon esprit n’arrête pas de fonctionner » Heath Ledger.

Jaskiers

Pourquoi le suicide de Kurt Cobain nous hante encore :

I think I’ m dumb or maybe juste happy

Je n’ai pas connu la musique de Nirvana ni même Kurt Cobain de mon vivant. Kurt s’étant tué quelque mois avant ma naissance. Mais malgré ce fait, j’ai l’impression de faire un deuil de Cobain quelque fois par an ou la musique de Nirvana est la seule chose que je peux écouter. J’ai l’impression en visitant des forums et des conversations sur internet que beaucoup de personnes ressentent la même chose ou l’équivalent. Comme un grand frère parti sans que nous l’ayons vraiment connus. Je pense que Kurt aurai DÉTESTÉ ces mots, lui qui détestai plus que tout d’être un model, une idole, une icône, un porte parole de sa génération. Ce n’était pas le but de sa vie. Ont pourrait dire que le but de sa vie était de faire de la bonne musique, mais il était un éternel insatisfait et la musique tient une triste place dans sa lettre de suicide.

Our little group has always been
And always will until the end

Nous sommes donc là, à se demander, encore sonné, comment Kurt a t’il pu nous laisser. Toute une génération et les autres qui ont suivies, la mienne et les plus récentes sont comme en mal d’un musicien anticonformiste, rebelle mais doux, féministe, génie créatif et à fleur de peaux. Le rock pour moi, a disparu à la mort de Kurt Cobain. Je mets de côté les Slipknots et autres groupe de Métal, car Nirvana faisait du punk ROCK. Si il savait qu’aujourd’hui qu’un membre des Ramones fait des apparitions dans un supermarché pour gagner sa vie, je crois qu’il se demanderai sur qu’elle planète il vit.

A mosquito

Dave Grohl a continué son parcours en créant, avec succès, les Foo Fighters, Krist a lui prit son temps et vient de former un nouveau groupe Giants in the trees. Dave avoue ne toujours pas pouvoir écouter Nirvana encore aujourd’hui. Krist semble plus réservé, Kurt et lui étaient de loin de très bon amis, ensemble depuis le début, dans les galères, les jobs mal payés permettant de payer des sessions d’enregistrement au studio. Dave vint plus tard dans la vie de Kurt, il n’est pas le premier batteur de Nirvana, mais le peu de temps passer avec lui l’ont marqué, surtout que Kurt l’encourageait à continuer d’écrire ses propres musiques.

« Accroche toi, accroche toi mon fils ». Voici les paroles de la mère de Kurt Cobain la première fois qu’elle entendit « Smell like teens spirit ». Krist Novoselic dira après le suicide de Kurt qu’ils n’auraient jamais dû sortir cette musique. Kurt dans son journal écrira « On aurai dû être un groupe de cover de RIM » plutôt que de faire leur propres chansons.

Juste parce que tu es parano, ca ne veux pas dire qu’il ne sont pas après toi.

La mort a toujours hanté les paroles de Nirvana, toutes les chansons étaient écrites par Kurt. Des paroles parfois confuses ou qui n’avait aucun sens. D’ailleurs Weird All Yankovick fera une parodie de Smell Like Teen Spirit à cause de ces paroles sans dessus dessous ce qui amusa Kurt au plus au point. Mais les paroles étaient-elles sans aucun sens ? Quand un journaliste lui demande de parler un peu de lui, Cobain lui répond : It’s all in the meat men, all in the meat… fallait-il lire « You can’t fire me because I quit » dans Scentless Apprentis un avertissement ? J’ai lu plusieurs remarque sur ces fameuses paroles, personnellement, si vous écoutez d’autres chanson de Nirvana, les références au suicide ou à la mort son pléthore. Le triste et presque pathétique « Something in the way » semble être une blague, une parodie d’un Cobain moqueur et joueur, j’ai le même sentiment pour « love buzz », tournant en ridicule les chansons d’amour niaises (et ce n’est pas pour me déplaire).

You can’t fire me ´cause I quit

La première tentative de suicide de Kurt se produit à Rome, dans une chambre d’hôtel, pendant que sa femme Courtney Love dort. Il prends des médicaments avec de l’alcool et laisse un mot accusant Courtney de le tromper. Love ne niera pas, comme on peux le voir dans le documentaire « Montage of Heck » qu’elle aime flirter. « J’aime flirter… Je flirt avec n’importe qui… Je pourrai même flirter avec une chaise ». Pour Kurt, l’infidélité présumée de sa femme lui est insupportable, aillant mal vécu le divorce de ses parents, ont peux comprendre la douleur d’un Kurt, qui déjà hypersensible, dépressif et accro à l’heroine, peut vite sombrer et penser que la mort comme dernier refuge ne serait pas un mal.

Here ´s the one who like all our pretty song

Kurt laisse derrière lui Frances Bean Cobain, sa fille, qui aujourd’hui est une artiste graphique et musicienne. Elle avoue que quand elle entends à la radio Nirvana, elle reproche à son père de l’avoir laissé.

Nous voyons en lui, je pense, une sensibilité que nous avons tous et que nous cachons. Nous nous voyons en lui comme un rebelle, ayant un besoin d’expression constant dont nous aussi nous avons besoin.

Le 5 avril 1994, Kurt s’enfuit de son centre de désintoxication, s’installe dans la dépendance de sa maison de Seattle, se shoot une énorme dose d’héroïne, écrit sa lettre de suicide et se mets un coup de fusils dans la tête, mettant fin à sa vie, à 27 ans. Le monde pleure Kurt Cobain et continu de le pleurer.

Kurt aurai pu être votre fils, frère, père, ami ou mari. Tout avait l’air tellement simple avec lui qu’il attirait beaucoup d’autres personnes par son aura de bonté (même si il ne fallait pas trop le chercher non plus), sa gentillesse et sa simplicité… Mais l’on dis souvent que les meilleurs parent les premiers.

Here we go now, entertain us !

Jaskiers

Mon premier Vanity Fair

Acheté par curiosité mon premier Vanity Fair. Je pensais que c’était QUE pour les femmes mais j’ai été surpris. Aussi, le teaser du nouveau Batman (starring Pattinson) contient la chanson « Something in the way » de Nirvana donc l’interview du nouveau Batman m’intéressais. J’ai adoré le Batman incarné par le super (jeux de mot ?) Christian Bale. Robert a de la pression sur les épaules mais j’ai entendu de bon retour de ses derniers films. L’article sur le psychiatre, le prisonnier iranien, les injections dans le « point G » et sur la venue de Lady Diana dans la série The Crown sont très intéressants. Le magazine propose aussi tous les mois un article sur une personnalité du féminisme et son activisme. J’ai aimé !

Jaskiers

Un hasard heureux ?

Hier, j’ai posté un article rempli de photographies et de gif d’un jeune Alain Delon. Ce soir en faisant les courses et en passant devant le rayon magazine, je tombe sur un France Dimanche hors-série sur LE MONSIEUR !

Un heureux hasard ? Oui ou non, j’ai 225 photos exclusives de Delon à regarder alors à la prochaine !

Jaskiers

Surveiller et punir, naissance de la prison de Michel Foucault

Image de couverture : Max Ernst, La Vierge corrigeant l’Enfant Jésus devant trois témoins : Paul Éluard, André Breton et Max Ernst 1926 (muséum de Ludwig, Cologne)

Quatrième de couverture :

Peut-être avons nous honte aujourd’hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier des forteresses qu’il construisait aux limites et parfois au cœur des villes. Elles figuraient toute une entreprise d’orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D’où viennent cette étrange pratique et le curieux projet d’enfermer pour redresser ? Un ciel héritage des cachots du Moyen Àge ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVIe au XIXe siècle, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois « dociles et utiles ». Surveillance, exercices, manœuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d’assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s’est développé au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l’armée, dans les écoles, les collèges, ou les ateliers : la discipline. Penser les relations de pouvoir aujourd’hui ne peut se faire sans prendre en compte l’ouvrage de Michel Foucault (1926-1984), devenu aussi indispensable à notre époque que le Léviathan de Hobbes le fut à l’époque moderne.

-Il faut s’accrocher pour lire ce livre et surtout le comprendre, en même temps c’est un livre de Michel Foucault, il fallait s’y attendre. Ce que j’ai appris, c’est que le monde carcéral, les règles de la prison sont en faite un peu présentent partout dans notre société. Surtout à l’époque de la Covid. Respectez les règles ou vous serrez punis. Faites ceci, surtout pas cela, si vous le faites, les sanctions tomberont. Toutes les règles de notre société semblent êtres régis par des codes, des lois, que nul citoyens ne doit ignorer. Il faut apporter à la société ou sinon vous êtes un pestiféré, quelqu’un de potentiellement incontrôlable, dangereux. Ces règles sont en vigueurs, pour notre bien, dans les hôpitaux, les écoles et même les entreprises et bien sur l’armée.La docilité, plus important la discipline nous ont été inculquées dès l’école. Plus intéressant et au sujet de la première partie de l’ouvrage, le corps, en tant qu’entité prends une place importante dans la punition du criminel, la torture et la mise à mort sont un spectacle, au fil du temps, la mise à mort seul, puis l’esclavage et pour finir la prison. Foucault n’omet pas de stipuler que les plus riches s’en sortent beaucoup plus facilement, pire leurs crimes beaucoup « subtiles » sont plus difficiles à découvrir. Le livre date un peu et propose une analyse du système de la prison au XIXe siècle, mais même dans cette analyse qui date, nous voyons ressurgir des problèmes qui demeurent. Notamment l’état d’insalubrité des prisons et le travail carcéral qui peine à trouver ça place et sa légitimité dans la société. Les illustrations en fin d’ouvrages offrent une perceptive intéressante sur le fonctionnement des êtres humains sous l’égide des règles de notre société, dans les multiples milieux déjà cités plus haut.

Deux petites paroles de deux musiques mythique de deux groupes tout autant mythiques me sont venues à l’esprit pendant ma lecture, je me permets de le partager avec vous :

You can check out anytime you like but you can never live – Hotel California The Eagles

All in all it’s just another brick in the wall. All in all you’re juste another brick on the wall. – Another brick in the wall Pink Floyd

Jaskiers

Something in the way| Les dernières photos de Kurt Cobain vivant.

Kurt Cobain et son ami de 6 ans, Thor. 10 jours avant sa mort
Lors de la dernière séance photo officiel de Nirvana.
Une des dernières photos de Kurt avec des fans.
It’s better to burn out than to fade away – Nirvana
You can’t fire me because I quit – Nirvana
Lettre de suicide de Kurt, à son ami imaginaire Boddah.

Je n’ai pas voulu me permettre de mettre les photos du corps sans vie de Kurt Cobain, ni les photos de la scène du suicide par respect, pour l’homme et sa famille. Je voulais juste par ces photographies, montrer quel enfer, quelle sombre pensée, un espoir sans lumière au bout du tunnel peut se tapir dans votre psyché. Aussi, ne laissez pas les sourires de l’un de vos proche souffrant vous rassurez. Même si vous avez tout, l’argent, le succès, une famille, les démons peuvent s’installer, détruire votre « moi » intérieur. Les gens diront pourquoi, ils jugeront comme nous jugeons tous. Mais vous êtes vous et ils ne sont pas vous. Chacun est comme il est et porte sa croix. Pour certains, elle est beaucoup trop lourde. Ne nous laissons pas envahir. Vivons, aimons avec compassion. C’est tous ce qu’il nous reste.

Je suis vraiment confus
La mort, c’est qui je suis
J’ai dû mourrir seul, il y a très très longtemps

Si vous avez besoin d’aide, voici la plateforme d’écoute et d’aide en cas de pensée suicidaire : SOS suicide.

Jaskiers