The Silence par Manchester Orchestra

Manchester Orchestra

Manchester Orchestra – The Silence sur Youtube

J’ai découvert cette musique en écoutant The Cinematic Orchestra.

Pour une fois que les suggestions YouTube font leurs boulots !

Je dirai que, selon moi, c’est un mélange de The Passenger et Muse. La partie soft et orchestral passant magistralement à un rock soft Mais punchy’.

J’ai adoré et je l’écoute trop.

J’espère que vous l’apprécierez autant que moi !

Je ne sais pas pourquoi j’ai mis cette photographie, j’avais juste envie de la mettre dans l’article alors voici pour vous. Source – Google

Let me watch you as close as a memory

Let me hold you above all the misery

Let me open my eyes and be glad that I got here

Jaskiers

Une histoire vraie personnelle #3 – Le jour où j’ai rencontré Hervé Vilard devant chez lui.

Source de la photo : Wikipedia

Il y a de ça très longtemps. Impossible pour moi de me rappeler l’année, j’avais dans les 12 ou 13 ans peut-être.

Je vivais chez mon père, dont l’une de ses passions était le moto. Quelque fois, il m’emmenait faire des promenades dans la campagne. C’était si je m’en rappel bien une Yamaha 125 CBR. Ces balades étaient l’un de ces rares petits moments père-fils que nous avions.

Un jour en faisant tourner sa moto, il me dit : « – Tu connais Hervé Vilard ? »

J’avais 12 ans Cher lecteur/lectrice. Hervé Vilard était inconnu dans le bataillon de ma playlist.

À ma réponse négative il me dit : « – C’était l’amoureux à ta mère ! Quand on été ensemble elle l’adorait ! »

Ah bon d’accord. Elle ne m’en avait jamais parlée… Et à mon paternel de rajouter : « – Il habite pas loin d’ici, 25 km environ. Ça te dirai d’y aller ?

– Allons-y, ça va faire une belle et longue balade. »

Nous voilà parti dans la campagne. La moto s’est sympa, mais derrière on se fait sacrément… chier pour être honnête.

Nous passâmes sur des petites routes au milieux des champs. J’en déduisais que mon père n’était pas à son premier voyage dans le village de Mr Vilard. Lui aussi était un fan on dirais !

Nous arrivâmes finalement devant une petite église avec à droite, un très long mur avec une porte.

« – Voila, c’est ici qu’il habite. C’est son église ! Il l’a racheté et rénové. Derrière ce long mur il y a sa maison je crois.

– Ah d’accord. »

C’était propre si je m’en rappel bien. La propreté m’a marqué pour une certaine raison.

On entendit un chien japper derrière le mur.

« – Il y a sûrement le jardinier. Je vais aller toquer à la porte on verra bien, dit mon père.

– D’accord, moi je vais visiter la petite église alors. »

Je rentre dans la petite église, elle était petite, belle et vraiment propre. Là, j’entend la voix de mon père et la voix d’un autre homme. Je décide de sortir.

Mon père parlait avec un monsieur avec les cheveux blancs. Le monsieur avait l’air un peu blasé. Mon père était complètement choqué. Ses yeux étaient grands ouverts et il peinait à trouver ses mots. J’ai compris qui était le monsieur aux cheveux blancs. Hervé Vilard.

« – Voici mon fils Monsieur, il a visité l’église…

– Il a bien fait, il a bien fait.

– Il s’appel Jaskiers, il a —

– Laissez le se présenter je crois qu’il est assez grand.

– Bonjour, votre église est très belle et très propres, dis-je.

– Merci. Tu peux te présenter ?

– Je m’appel Jaskiers, j’ai 12 (ou 13) ans. Je viens de Nevers. J’ai déménagé dans l’Allier avec mon père après la mort de mon frère… Et je suis au collège.

– D’accord très bien. C’est bien d’avoir visité l’église. »

Je ne répondis pas. J’avais tout à coup et sans le connaître pris la mesure du monsieur avec qui je parlais. Mais malheureusement, après cette réalisation, c’était déjà la fin de notre discutions.

« – Hey bien messieurs, je vous laisse repartir, faite bonne route au revoir. »

Nous lui serrâmes la main et partîmes. Sous le choc.

Mon père avait un énorme sourire sur le visage.

« – Dés qu’on rentre, tu appel ta mère, elle ne te croire JAMAIS ! »

Nous n’arrêtâmes pas de rigoler tous le long du chemin à la maison. Même derrière les casques et les vibrations de la moto, on s’entendais ricaner. Mon père était comme un gosse.

Arrivé à la maison, je pris mon téléphone et appela ma mère :

« – Maman ! Devine quoi ! J’ai parlé à un certain Hervé Vilard ! »

Bien sur, il a fallu lui raconter notre aventure et comment s’est passé la rencontre. Elle a peiné à me croire mais elle a compris.

Encore aujourd’hui, je lui raconte l’histoire et elle me répond :

« – Quelle chance tu as eu ! Je l’adore tellement ! J’en suis amoureuse ! »

Voici comment se termine la fois où j’ai rencontré Hervé Vilard sans savoir vraiment qui il était. Je garde en tête le toupet de mon défunt père qui a été cogner chez ce Monsieur comme si il était un ami de longue date du chanteur.

Je ne suis jamais retourner dans son village, ni dans son église, encore moins cogner à sa porte.

Hervé Vilard, la première (et dernière ?) fois que j’ai rencontré un grand artiste et une grande célébrité.

Ce sont des êtres humains comme nous au final. Ce qui m’as marqué, c’est la simplicité du monsieur. Même pas rasé, je présume qu’il faisait son jardin. Il avait par contre l’air fatigué mais heureux qu’un adolescent est visité son église. Église, qui, si je me rappel bien a été rénovée par ses soins car elle appartenait au curé qui l’avait recueillit. L’histoire est belle.

Et j’ai aussi appris que des fois, il fallait juste oser.

Jaskiers

Ma sainte trinité en t-shirt pour Noël :

Rihanna
Kurt Cobain
The Weeknd ( ne sois pas trop jalouse Paquerite )

Le père Noël m’a gâté ! Ils sont un peu froissés car ils sortent juste du papier cadeaux !

J’espère que vous avez passés de bonnes fêtes !

Jaskiers

Jim Morrison, le poète, l’écrivain après le chanteur.

source : Wikipedia

Monsieur Mojo Rising. Parti à 27 ans d’une overdose dans les toilettes d’une boîte de nuit parisienne. Admiré par tant, notamment par un certain Oliver Stone, qui réalisera son biopic avec Val Kilmer dans le rôle de Jim. Mais qui été Mr Morrison ? Le sexe, la drogue, la sensualité, le charisme, la vie à la vitesse de la lumière, comme son contemporain Kurt Cobain. Des démêlés avec la police pour exhibition durant un concert (qu’il niera), il faut dire qu’à un très jeune âge, il vit le cadavre de 10 indiens d’Amériques sur une route avec son père. Depuis se jour, il est persuadé d’être possédé par le chaman de leurs tribus et dansera sur scène comme un gourou, virevoltant, sautant, s’allongeant, allume des cigarettes pour les jeter en pleins dans la foule, il se fait même arrêté en plein concert par la police. Il est le front man du groupe de rock mythique The doors (The doors, signifie les portes, a l’époque des expérimentations avec les drogues psychédéliques, le nom du groupe signifie Les portes de la perception.) Le groupe est composé de Robby Kriegger à la guitare électrique, Ray Manzerek a l’orgue et John Densmore à la batterie. Light my fire devient légendaire, considéré par beaucoup comme le plus grand titre rock avec Stairway to heaven de Led Zeppelin Mais des tensions se font jour entre Jim et le reste du groupe, le rock-band est au bord de la séparation. Il par pour la capitale française. A La fin de sa vie à Paris avec Agnès Varda comme meilleur ami, il tentera de devenir poète et écrivain. Mais les 70´s ne sont pas nos années à nous. Les Doors ne sont connu que par certains amateurs de rock en Europe. Il écrit des recueils de poème, traduits en Français, Nuit Américaine, Wilderness, Seigneurs et nouvelles créatures, Une prière Américaine, Arden lointain. Malheureusement, malgres l’aide et le soutien de sa grand amie Agnès Varda, le succès n’est pas au rendez vous. Comme écrit plus haut, Jim meurt d’une overdose dans dans des toilettes miteuse d’une boite de nuit parisienne, voulant tester la came qu’il venait d’acheter pour lui et sa compagne Pamela Susan Courson, sa « compagne cosmique ». Ne voulant pas que le légendaire Morrison soit connu pour s’être tué dans des toilettes, Agnès Varda et Pamela ramène son corps dans leurs appartement parisien, le mettent dans la baignoire. Les titres diront qu’il s’est camé à mort dans sa salle de bain… Mort à 27 ans, Mister Mojo Risin’ rejoins le tristement célèbre « club des 27 », les légendes de la musique décédées à l’âge de 27 ans ( Kurt Cobain, Janis Joplin, Tupac, Amy Winehouse, Jimi Hendrix, Brian Jones, Robert Johnson…). Voici l’histoire, en TRÈS condensée de Jim Morrison. Je conseille grandement la biographie de Jean-Yves Reuzeau simplement intitulé « Jim Morrison » si vous voulez en apprendre plus sur l’homme.

Jim en transe sur scène.
My wild love went ridin’ / She rode all the day
Meet me at the back of the blue bus
Jim arrêté par la police, en plein concert, après avoir été gazé.
When you’re … STRANGE !
Jim et sa « compagne cosmique » Pamela Susan Courson.
Morrison et Agnès Varda
Break on through to the other side !
If you give this men a ride sweet family would die
Let you’r Mojo Rising !
Come on baby take a chance with us !
Come on baby light my fire
La dernière photo de Jim vivant…
Être vous même, c’est la liberté la plus importante – Jim Morrison
Tombe de Jim Morrison au cimetière du Père Lachaise

Jaskiers

ELVIS : Aloha from Hawaï

Tout le monde vient de la même source. Si vous détestez un autre être humain, vous détestez une partie de vous même. – Elvis Presley
Je ne connais absolument rien à la musique. Pour ce que je fais, je n’en n’ai pas besoin. – Elvis Presley
L’amour est une chose que vous ne devez pouvez jamais partager. – Elvis Presley
Quand les choses vont mal ne les accompagnez pas. – Elvis Presley

Queen : live at Wembley Stadium

«Tu peux être tout ce que tu veux être, transforme-toi simplement en tout ce que tu penses pouvoir être.» Freddie Mercury
«J’adore le fait que je peux rendre les gens heureux, peu importe la forme. Même si ce n’est qu’une heure de leur vie, si je peux les faire sentir chanceux ou les faire sentir bien, ou changer une moue en sourire, pour moi ça en vaut la peine.» Freddie Mercury
«L’argent ne peut acheter le bonheur, mais peut mauditement bien le donner!» Freddie Mercury
«Je suis possédé par l’amour – mais ce n’est pas le cas de tout le monde?» Freddie Mercury

Électrisant et impressionnant, le charisme d’un Freddie Mercury suffis à enflammer le stade mythique de Wembley remplis par 172 000 spectateurs. N’oublions pas non plus le long solo de guitare de Brian May, qui rempli le stade de ses riffs hypnotisants et mystérieux. L’humour, la passion, l’humanité, le plaisir d’être sur scène fait de cette performance des sujets de sa majesté l’un des plus puissant live, si ce n’est LE plus puissant que j’ai vu. Jaskiers